Panoramic

Manchester City - Dynamo Kiev (0-0) : City n'a pas forcé pour valider son premier quart

City va découvrir les quarts

Mis à jourLe 16/03/2016 à 09:09

Publiéle 15/03/2016 à 22:39

Mis à jourLe 16/03/2016 à 09:09

Publiéle 15/03/2016 à 22:39

Article de Lucile Alard

LIGUE DES CHAMPIONS - Manchester City n'a pas tremblé pour valider sa qualification pour les quarts de finale. Les joueurs de Manuel Pellegrini se sont contentés mardi soir d'un nul 0-0 devant leur public, confirmant ainsi sans forcer le succès de l'aller sur la pelouse du Dynamo Kiev (1-3). C'est la première fois que City se hisse en quarts de la C1.

Manchester City est en quart de finale de la Ligue des champions pour la première fois de son histoire et c'est bien la seule leçon à retenir de la soirée. Au terme d'un match soporifique et dénué de tout spectacle, City et le Dynamo Kiev se sont quittés sur un nul logique (0-0). Les Citizens ont parfaitement capitalisé sur leur victoire du match en Ukraine (1-3). La fête est cependant quelque peu gâchée pour City, qui a vu sa défense centrale décimée. Le club anglais a perdu Vincent Kompany puis Nicolas Otamendi sur blessure après moins de 30 minutes de jeu.

Après cinq minutes de bataille au milieu de terrain, le premier fait marquant de la rencontre est venu d'une action apparemment anodine. Trompé par une feinte de corps d'Oleg Gusev, Vincent Kompany s'est blessé en reprenant ses appuis pour empêcher son adversaire de s'ouvrir le chemin du but (5e). En s'écroulant immédiatement et en affichant un visage résigné, le Belge a tout de suite montré qu'il était sévèrement touché. Sa sortie prématurée au profit d'Eliaquim Mangala a plongé la rencontre dans un faux-rythme.

Otamendi a accompagné Kompany à l'infirmerie

A part un bon centre de Gaël Clichy en direction d'Agüero, les deux équipes ont été totalement inoffensives lors du premier quart d'heure. Et le second fait de match a été...la blessure du second défenseur central de City, Otamendi, dans un duel avec Buyalskiy (15e). Après avoir tenté de tenir sa place, l'Argentin s'est résigné à sortir (24e). Le match, lui, a continué à se jouer sur un petit rythme. Il a alors fallu attendre la 63e minute et une frappe de Yarmolenko pour voir la première tentative cadrée du match. Avant ça, Navas s'était procuré la plus belle occasion du match en trouvant le poteau sur un tir lointain (61e).

Apparemment résigné au vue de son déficit du match aller, Kiev a tenté de se relancer en réalisant rapidement ses trois changements. Mais le entrants n'ont pas apporté de souffle de folie sur cette rencontre bien terne. A part les percées de Yaya Touré (73e), plein de bonnes intentions mais jamais concluantes et les dribbles d'Agüero (79e), le public n'a pas eu grand-chose à se mettre sous la dent. Quant à Joe Hart, il a dû attendre la dernière minute et une frappe de Yarmolenko à bout portant (90e+4) pour mettre en valeur ses réflexes. En évitant une défaite à son équipe, le gardien de City a évité de rendre la soirée historique de Manchester encore plus tristounette.

0 commentaire
Vous lisez :