Getty Images

Gerard Piqué : "Personne ne peut remettre en question mon implication en sélection"

Piqué : "Personne ne peut remettre en question mon implication en sélection"

Le 04/10/2017 à 16:01Mis à jour Le 04/10/2017 à 18:51

QUALIFICATIONS COUPE DU MONDE 2018 - En pleine tempête médiatique au sujet de la légitimité de sa présence en sélection espagnole, Gerard Piqué s'est présenté devant la presse ce mercredi pour réaffirmer son attachement à la Furia Roja, tout en assumant ses propos sur la Catalogne.

Gerard Piqué n'a aucune intention de quitter la sélection espagnole. C'est ce qu'il a tenu à répéter en conférence de presse ce mercredi, deux jours après avoir été insulté et sifflé lors de l'entraînement de la "Roja". En cause, son soutien à la tenue du référendum pour l'indépendance de la Catalogne, que le gouvernement espagnol avait interdit et ne reconnaît pas, et qui s'est déroulé dans un climat houleux et très tendu dimanche dernier.

Avant de parler politique et d'exprimer son point de vue sur la situation de la Catalogne, Gerard Piqué a tenu à manifester son engagement total envers la sélection espagnole, à l'heure où ses opposants estiment qu'il n'a plus rien à y faire : "Je joue pour la sélection espagnole depuis mes 15 ans et je la considère comme ma famille. Personne ne peut remettre en question mon implication. Je suis très fier d'être en sélection espagnole", a-t-il insisté.

Vidéo - Piqué sifflé et insulté à l'entraînement de la Roja

00:42

Piqué réfléchit à continuer au-delà du Mondial 2018

Favorable à la tenue du référendum pour l'indépendance de la Catalogne, Piqué refuse pour autant de se qualifier "d'indépendantiste". Pour lui, il s'agit de toute façon d'un faux débat : "Un indépendantiste peut très bien jouer pour la sélection espagnole. Je ne dis pas que j'en suis un, mais l'indépendantiste catalan n'est pas contre l'Espagne, il veut simplement avoir son propre pays", a déclaré le défenseur du Barça, qui prône le dialogue pour régler cette très délicate question. "Je ne me suis pas positionné en faveur d'un camp ou d'un autre. J'ai simplement dit qu'il fallait que ce vote ait lieu, a-t-il ensuite tenu à préciser. Je comprends aussi ceux qui sont contre. En se respectant et en dialoguant, on peut tous réussir à s'entendre".

Première de son groupe G avec trois points d'avance sur l'Italie, l'Espagne affronte ce vendredi l'Albanie à Alicante et se déplacera ensuite lundi à Jérusalem pour y défier Israël.

Vidéo - Piqué : "Je suis extrêmement fier d’être ici"

00:20
0
0