AFP

En pole devant Rosberg, Hamilton a maintenant besoin de Ricciardo et Verstappen...

En pole devant Rosberg, Hamilton a maintenant besoin de Ricciardo et Verstappen...

Le 26/11/2016 à 18:12Mis à jour Le 27/11/2016 à 10:58

GRAND PRIX D'ABOU DABI - Lewis Hamilton (Mercedes) ne pouvait pas faire plus en s'appropriant la pole. Mais avec Nico Rosberg (Mercedes) derrière lui, il doit compter sur Daniel Ricciardo et Max Verstappen (Red Bull) pour s'intercaler et priver l'Allemand du titre.

Dimanche à 14h00, Lewis Hamilton attaquera le Grand Prix d'Abou Dabi en pole position, devant son coéquipier Nico Rosberg. Mais il faut en convenir, le circuit de la marina Yas n'est sûrement pas l'endroit rêvé pour trancher la question du titre 2016. A moins de ne pas parler de course mais d'essais qualificatifs. Car on peut se demander si le duel tant attendu au sein de Mercedes n'a pas déjà eu lieu ce samedi.

Depuis son arrivée dans le calendrier international en 2009, le circuit émirati n'a en effet pas défrayé la chronique statistique en termes de dépassements. Avec 40, 30 et 28 manœuvres décisives opérées respectivement en 2013, 2014 et 2015, le tracé d'Hermann Tilke se situe dans le tiers des circuits les moins spectaculaires du Mondial. Et malheureusement, ce qui se passe devant obéit à cette tendance. A trois reprises déjà (2010, 2011 et 2015), le Top 3 du premier tour était celui de l'arrivée.

Lewis Hamilton et Nico Rosberg (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016

Lewis Hamilton et Nico Rosberg (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016Daimler AG

Hamilton déjà frappé deux fois par la malchance à Abou Dabi

Cela ne suffit évidemment pas à avancer que cette tendance dictera le déroulement de la "finale" de dimanche mais il faut rappeler que l'homme de la pole position a viré en tête au départ à cinq reprises lors des sept éditions données aux Emirats arabes unis. Les exceptions ? Mark Webber (Red Bull) en 2013 et Nico Rosberg (Mercedes) et 2014, au profit de leurs coéquipiers, Sebastian Vettel et Lewis Hamilton.

Pour en finir avec les mauvaises nouvelles, il faut préciser que le vainqueur est parti à six reprises de la première ligne en sept ans. La seule fois où ça n'est pas arrivé, c'était en 2012, lorsque Lewis Hamilton avait été touché en pleine démonstration par une fuite d'eau à bord de sa McLaren. Kimi Räikkönen, qualifié quatrième, en avait profité pour offrir à Lotus sa première victoire en 25 ans. Le Britannique, qui n'a pas connu que des malheurs à Abou Dabi puisqu'il y a été sacré en 2014, avait aussi été stoppé en tête par des problèmes de freins sur sa MP4, en 2009.

Pour Hamilton, tout dépendra de Verstappen

Avec Lewis Hamilton placé huit mètres devant Nico Rosberg au coup d'envoi, il y a donc fort à parier que le vainqueur se trouve parmi ces deux-là. D'autant que le Britannique et l'Allemand n'auront pas de mal à résister en pneus "ultra tendre" à un Daniel Ricciardo (Red Bull) équipé de "super tendre" au départ. Il faudra donc voir quelles avances pourront prendre les as aux "Flèches d'argent" dans le premier relais avant de s'arrêter pour laisser l'Australien seul en tête.

Daniel Ricciardo (Red Bull) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016

Telle que la grille est agencée, ça se jouera donc très probablement entre Lewis Hamilton, Nico Rosberg et Daniel Ricciardo car Max Verstappen (Red Bull), qualifié sixième, devra réaliser des prouesses pour avoir la peau de ses ennemis de chez Ferrari, Kimi Räikkönen et Sebastian Vettel, chaussés en "ultra tendre" dans le premier relais. Indéniablement, le point crucial de cette course sera de voir si le Batave pourra apparaître comme ce deuxième pilote dont l'Anglais a besoin pour faire le tampon avec la Mercedes n°6.

Le spectre d'une course tactique

Dans le paddock de la marina Yas, on glose déjà sur le comportement de LH44 : roulera-t-il à un faux rythme s'il est en tête pour permettre à Ricciardo (et les Ferrari) d'attaquer Rosberg ? Il l'a déjà fait et Rosberg l'avait dénoncé. Hamilton prendrait le risque de favoriser une victoire de Red Bull mais vu l'enjeu, il ne faudrait pas s'en étonner.

De par ses résultats et surtout sa stratégie, Red Bull semble néanmoins mieux armé que Ferrari pour renverser les pronostics qui présentent la consécration de Rosberg comme une évidence. Car si Vettel a avancé qu'un podium était possible pour la Scuderia, c'était surtout l'objectif minimal à revendiquer au pays du gigantesque Ferrari World Abu Dhabi.

Pour sortir de ces coups à trois ou quatre bandes, on préfèrerait évidemment une bagarre franche et loyale entre Lewis Hamilton et Nico Rosberg car celui-ci n'a pas encore eu lieu cette saison. Pour l'heure, on reste sur les épisodes fracassants du premier tour à Montmelo et du dernier à Spielberg. Finalement, peut-être faut-il s'armer de pessimisme avant cette course pour se laisser surprendre par le meilleur.

Nico Rosberg et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016

Nico Rosberg et Lewis Hamilton (Mercedes) au Grand Prix d'Abou Dabi 2016AFP

0
0