2012 GP d'Australie McLaren Button - McLaren
 
Article
commentaires
Formule 1 > Grand Prix d'Australie

McLaren démarre fort

McLaren démarre fort

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 16/03/2012 à 07:03 -
Par Eurosport - Le 16/03/2012 à 07:03
Le premier entraînement a livré son verdict vendredi à Melbourne, avec le meilleur temps de Jenson Button (McLaren) devant son coéquipier Lewis Hamilton et Michael Schumacher (Mercedes). Fernando Alonso (Ferrari) a forcé pour signer le 4e chrono et Kimi Räikkönen (Lotus) a patienté pour fixer le 9e.

L'histoire retiendra le meilleur temps de Jenson Button (McLaren). Vendredi dans l'Albert Park, par un ciel couvert et des conditions tempérées (21°C dans l'air et sur la piste), le champion du monde 2009 a conclu les essais libres 1 avec le chrono de référence de 1:27.560 signé en pneus "medium", à 11 minutes de la fermeture de la piste. Au terme d'une séance de travail qui n'a réellement commencé qu'à la 45e minute, les "intermédiaire" étant la norme jusque là sur une piste humide, le Britannique a devancé son coéquipier et compatriote Lewis Hamilton de 0.245 sec. Vingt-trois des vingt-quatre pilotes inscrits sont entrés en scène, l'Espagnol Pedro de la Rosa n'ayant pu conduire sa HRT tout juste passée au contrôle technique et pas encore prête. Quant à son coéquipier, Narain Karthikeyan, il a été stoppé dans son 3e tour par une température de fonctionnement de son Cosworth trop élevée, qui s'est mis de suite en mode "sécurité". L'Indien n'a pas été chronométré.

Assez incisives et visiblement plus faciles à piloter que leurs devancières W02, les Mercedes W03 ont pris les 3e et 6e places, avec les Allemands Michael Schumacher, à 0.675 sec, et Nico Rosberg, à 1.123 sec. Bien moins confortable au volant de sa Ferrari déjà revue au niveau de la suspension avant - à poussoir et non plus à tirant -, Fernando Alonso s'est employé pour finir avec le 4e chrono, à 0.800 sec. Avec une belle équerre à la clé sous le drapeau à damier qui en a dit long sur les capacités d'adhérence de la F2012. Plus en difficulté encore que l'Espagnol, le Brésilien Felipe Massa a échoué dans les graviers à la 75e minute. Il a immédiatement sondé son équipe sur une possible défaillance des freins. Un replay TV a montré que le premier fautif de l'année avait tout simplement mis les deux roues gauches de sa rossa dans l'herbe sur le freinage du virage n°9…

Räikkönen fait changer sa colonne de direction

Devant leur public, les Australiens Mark Webber (Red Bull) et Daniel Ricciardo (Toro Rosso) ont pris respectivement les 5e et 7e places. Pour ce dernier, transfuge de HRT, il s'agit d'une belle entrée en matière. Pastor Maldonado (Williams), Kimi Räikkönen (Lotus) et Kamui Kobayashi (Sauber) ont complété le Top 10. Si le Vénézuélien a été discret, le Finlandais a été longtemps vu en train de patienter dans son garage ; à sa demande. Comme lors des premiers essais de pré-saison, à Jerez de la Frontera, il a souhaité le changement de sa colonne de direction pour une question de sensation au volant. On sait qu'Eric Boullier, le directeur de son équipe, ne laisse jamais ce genre de problème entamer la confiance d'un pilote. Le champion du monde 2009 est reparti dans les sept dernières minutes pour boucler le plus rapide des ses huit tours à 2.005 sec de Jenson Button. Quant au Japonais de l'équipe helvétique, il a multiplié les travers dans un style assez brouillon.

Quid donc de Sebastian Vettel (Red Bull) ? Le double champion du monde a suivi un programme qui n'était visiblement pas agressif. Il a attaqué une série de tours sans actionner son DRS ou aileron arrière mobile. Il simulait semble-t-il un début de course, car on sait que cet outil n'est pas autorisé dans les deux premiers tours d'un Grand Prix.

Du côté des Français, on n'a pas flambé : Romain Grosjean a pris la 16e place, Jean-Eric Vergne (Toro Rosso) - le tout premier en piste - la 19e suite à un souci de boîte de vitesses et Charles Pic (Marussia) la 22e et dernière, à plus de 12 secondes. Le jeune protégé d'Olivier Panis a longtemps été crédité d'un chrono supérieur à deux minutes et a beaucoup checké ses rétroviseurs pour ne gêner personne. Il n'y est malheureusement pas entièrement parvenu : Sebastian Vettel s'est chargé de lui rappeler d'un geste d'agacement qu'il devait aller plus vite.

SUIVEZ LES ESSAIS ET LA QUALIFICATION EN DIRECT SUR EUROSPORT ET EUROSPORT PLAYER

McLaren