2012 GP d'Australie McLaren Hamilton - McLaren
 
Article
commentaires
Formule 1 > Grand Prix d'Australie

Hamilton éblouissant, Grosjean épatant

Hamilton éblouissant, Grosjean épatant

Par Eurosport
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/03/2012 à 13:39 -
Par Eurosport - Le 18/03/2012 à 13:39
Lewis Hamilton (McLaren) a produit un tour d'anthologie pour s'octroyer la 1re pole de la saison, samedi à Melbourne, devant son coéquipier Jenson Button. Romain Grosjean (Lotus), 3e, fait un sensationnel retour en Grand Prix. Autres enseignements : l'échec de Red Bull et la déroute de Ferrari.

CIRCUIT, CONDITIONS

Melbourne Albert Park - 5,303 km
Soleil - Air à 19°C, piste à 24°C

LE POLEMAN

Lewis Hamilton (McLaren) est un fantastique sprinter, et seul sans doute parmi les pilotes actuels Sebastian Vettel est capable de rivaliser avec lui dans le money time. Le tour qu'a réalisé le champion du monde 2008 en 1:24.922 appartient à sa légende. A l'instant où il le boucle, il colle 0.750 sec à Rosberg (Mercedes). Ses adversaires ont eu besoin d'un second run pour s'approcher de lui. Avec le même matériel, Jenson Button a fini à 0.152 sec. LH confirme là sa supériorité en qualif au sein de McLaren. C'est sa 20e pole en carrière, la dernière remontant au dernier GP de Corée du Sud. L'an dernier, il avait été le seul non-Red Bull posté en tête de grille.

TOP 3 : DECLARATIONS

Lewis Hamilton (McLaren, pole position) : "C'est une sensation incroyable, ici, de prendre un tel départ, de faire le doublé avec mon coéquipier Jenson Button. C'est un fantastique début de saison. Je suis énormément fier du travail de l'équipe. Voir ce résultat est génial. Dimanche est le jour qui compte et nous avons beaucoup de choses à anticiper. Les gars ont fait du super boulot. Ils ont eu deux années difficiles mais ils n'ont jamais baissé les bras. La course va être incroyablement éprouvante et intense. Les pneus seront la clé."

DPPI

Jenson Button (McLaren, 2e) : "Bravo à Lewis, il a fait du super bon boulot. C'était serré mais il a eu le dernier mot. La saison s'annonce excitante."

Romain Grosjean (Lotus, 3e) : "Je suis très content d'être ici. Ce fut une qualif extraordinaire, avec des gens qui ont cru en moi à un moment un peu plus dur… Je suis fier d'être avec eux aujourd'hui dans la voiture, je suis fier d'être dans le Lotus F1 Team. L'atmosphère est assez extraordinaire et j'espère qu'on va continuer d'avoir une belle histoire ensemble jusqu'à atteindre l'objectif commun qui est d'être champion du monde (ndlr : en 2015)".

LA PERF

Romain Grosjean. Pour son premier GP depuis le Brésil 2009, le Français de Lotus a frappé un grand coup en arrachant le 3e temps sous le drapeau à damier, à 0.380 sec. "Romain est notre futur, il a le talent nécessaire pour devenir un grand. Il a le même parcours que celui d'Hamilton (champion de F3 et de GP2)", nous avait déclaré son mentor Eric Boullier, directeur de Lotus F1 Team, avant de s'envoler pour l'Australie. Une performance relevée par l'échec en Q1 de l'autre pilote Lotus, Kimi Räikkönen.

LA DECEPTION

En toute fin de Q2, Kimi Räikkönen est parti large à l'entrée du virage n°12 et s'est fait éliminer. Passé au-delà de la bordure, il a temporisé dans la ligne droite suivante. "J'ai simplement commis une erreur, puis nous avons eu un problème de communication et j'ai franchi la ligne trop tard pour effectuer un dernier tour", a-t-il relaté. 18e, un vrai couac.

LE COUP DE SANG

Tout un hiver de frustration est remonté d'un coup pour Fernando Alonso. Sorti par sa faute au virage n°1 en mordant sur l'herbe, le bouillant Espagnol a réclamé qu'on tracte sa F2012. Le règlement l'interdit et il a passé sa colère sur un commissaire dans un geste de fort mauvaise humeur. Pas très corporate pour le monde si aseptisé de la F1. Eliminé en Q2 et d'une humeur massacrante en rentrant à pied à son garage. 12e sur la grille. La course risque d'être longue, longue...

DATA

Button (McLaren), Rosberg (Mercedes) et Grosjean (Lotus) ont établi les meilleurs chronos respectivement dans les secteurs 1, 2 et 3. Et on comprend mieux la pole d'Hamilton en constant qu'il avait la voiture la plus homogène sur les trois secteurs, avec les 2e, 3e et 2e partiels.

Ce que l'on remarque aussi, c'est le sacrifice de Red Bull en termes de Vmax : Vettel avait la 19e valeur (303,7 km/h) et Webber la 20e (302,6 km/h). L'Allemand a saturé à la 6e place, l'Australien à la 5e. Seules les HRT et les Marussia allaient moins vite dans la speed trap, située dans la ligne droite des stands.

Pérez (Sauber) avait la meilleure vitesse de pointe avec 316,7 km, suivi par Hamilton (McLaren) avec 314,0 km/h et Schumacher (Mercedes) avec 313,4 km/h.

LA STAT

Les deux Ferrari n'étaient plus restées en rade en Q2 depuis le GP de Malaisie 2010.

LES FRANÇAIS

Romain Grosjean (Lotus) a failli être accompagné en Q3 par Jean-Eric Vergne (Toro Rosso). Le débutant francilien a échoué de 0.110 sec contre son coéquipier Daniel Ricciardo, passé de justesse du bon côté. Le natif de Pontoise sait déjà où il a perdu du temps : en légère avance sur l'Australien dans les secteurs 1 et 2, il a lâché 0.3 sec dans le secteur 3.

Contrat rempli pour Charles Pic, notre troisième mousquetaire. Après deux journées de préparation hivernale et un faible roulage vendredi, l'Avalin s'est qualifié 22e, à 0.747 sec de son expérimenté comparse allemand de Marussia, Timo Glock. "La voiture avait un bon équilibre. Il faut travailler pour l'améliorer", a-t-il déclaré.

SANCTIONS

Les commissaires ont rejeté la demande de l'écurie HRT de participer à la course. En Q1, Pedro de la Rosa et Narain Karthikeyan n'ont pu tourner dans les 107% du meilleur chrono. Les commissaires n'ont pas retenu de circonstances exceptionnelles.

Sergio Pérez (Sauber) recule de 5 places suite à un changement de boîte de vitesses.

L'IMAGE

Lotus F1 Team