Getty Images

Ligue des champions : Le PSG en finale après sa victoire contre Veszprém (27-26)

Le PSG tient sa revanche et s'offre une finale

Le 03/06/2017 à 17:01Mis à jour Le 03/06/2017 à 19:51

LIGUE DES CHAMPIONS – Un an après avoir échoué au même stade de la compétition, le PSG a arraché de haute lutte son ticket pour la finale en prenant le meilleur sur Veszprém (27-26). Le club de la capitale aura une chance dimanche de décrocher la première Ligue des champions de son histoire contre Skopje, qui a éliminé de son côté le Barça.

Le Paris Saint-Germain a écarté de sa route Veszprém (27-26), déjà battu deux fois en phase de poules cette saison, pour accéder samedi à sa première finale de Final Four. Dans la Lanxess Arena de Cologne en ébullition malgré l'absence de clubs allemands dans le dernier carré cette année, les deux équipes ont disputé un combat de tous les instants. Le club parisien a dû s'employer jusqu'aux dernières secondes pour arracher son ticket. Pourtant, les joueurs de Zvonimir Serdarušić ont plus longtemps mené au score que leur adversaire dans ce match où la défense a été la donnée la plus importante pour les mener au succès.

Dès les premières secondes, le ton de cette première demi-finale a été donné par les Hongrois avec un maillot de Nikola Karabatic totalement déchiré poussant le meilleur joueur de l'année 2016 à sortir pour récupérer une tunique plus présentable. En lice pour un triplé, les deux équipes n'avaient pas l'intention de se faire de cadeaux ce samedi après-midi. Durant 60 minutes, l'écart n'aura jamais dépassé les trois buts, à chaque fois en faveur du PSG.

La première mi-temps a d'ailleurs été plutôt fermée avec un score de 11-11 à la pause. A ce moment-là, les regrets étaient plus français que hongrois. Car les expulsions temporaires de Renato Sulic (6e) puis Mate Leaki (20e) n'avaient pas permis aux Parisiens de faire le trou malgré la mi-temps efficace de Thierry Omeyer, auteur de 50% d'arrêts.

En quête d'un premier sacre

La deuxième période a été plus débridée avec des contacts toujours aussi rudes. Dans une stratégie sûrement pensée par son stratège serbe, le PSG a pilonné ses attaques en ciblant Andreas Nilsson limité dans son activité défensive. A ce jeu-là, le Suédois a souvent commis des fautes. Mais après avoir pris 3 buts d'avance (42e), comme en première période, le PSG n'a jamais su étendre ou même conserver cet écart, notamment en manquant deux penalties par ses meilleurs marqueurs devant un gardien croate Mirko Alilović tantôt intimidant, tantôt chanceux avec l'aide de son poteau.

Mais les tirs du jeune Nedim Redili, muet en première période avant d'être triple buteur dans la seconde, et l'unique mais précieuse réalisation de Nikola Karabatic (58e, 27-25), surtout brillant défensivement, ont permis au PSG de conserver l'ascendant. "On était toujours derrière, c'était difficile psychologiquement, a reconnu Dragan Gajic l'ailier droit slovène de Veszprèm au micro de beIN Sport. J'espere que le PSG va l'emporter pour la première d'un club francais 14 ans après."

Paris va d'abord devoir récupérer après avoir laissé beaucoup d'énergie dans sa demi-finale. "Il y a de la joie après s’être battu pendant ce match serré, s'est réjoui Luka Karabatic (1 but). On savait que ce serait disputé car c'est un match de Final Four. On va essayer désormais de se concentrer sur la finale." Ce dimanche, le PSG va tutoyer le véritable objectif de son ambitieux propriétaire, revanchard après avoir échoué dans les Ligues de Champions homme et femme de football. Le handball français pourrait remporter son premier sacre dans l'épreuve depuis Montpellier en 2003.

Daniel Narcisse (PSG) au duel avec Blaz Blagotinsek (Veszprem) lors de la demie du Final Four 2017.

Daniel Narcisse (PSG) au duel avec Blaz Blagotinsek (Veszprem) lors de la demie du Final Four 2017.Getty Images

0
0