Getty Images

Rafael Nadal remporte son 10e titre en battant Stan Wawrinka en finale

Chef-d'œuvre pour une Decima

Le 11/06/2017 à 17:24Mis à jour Le 11/06/2017 à 21:19

ROLAND-GARROS. Le roi est de retour ! Trois ans après son dernier succès sur la terre battue parisienne, Rafael Nadal a décroché son 10e titre à Roland-Garros. En finale, l'Espagnol s'est montré impitoyable face à Stan Wawrinka, qu'il a écrasé en trois sets (6-2, 6-3, 6-1). Sa quinzaine aura été parfaite et lui permet, aussi, de décrocher un 15e sacre en Grand Chelem. Un de plus que Pete Sampras.

Ce ne pouvait être que lui. Ce ne pouvait être qu'ici. 11 juin 2017. Retenez bien cette date. Elle restera à jamais comme celle où un joueur a remporté pour la 10e fois un même tournoi du Grand Chelem. Rafael Nadal a accompli un pas de plus dans la légende du tennis en décrochant son 10e titre à Roland-Garros. Vainqueur en trois sets de Stan Wawrinka au cours d'une finale à sens unique (6-2, 6-3, 6-1), l'Espagnol a enfin renoué avec sa grande histoire d'amour terrienne et parisienne. Sevré de titre majeur depuis trois années entières, il signe pour de bon son retour au sommet, comme Roger Federer l'avait fait à Melbourne à ses dépens au mois de janvier.

Ce dernier obstacle vers la Decima avait tout pour être le plus dur. Parce que Stan Wawrinka, fort de ses trois titres en Grand Chelem en trois finales, de sa confiance et de son absence de complexes, semblait de taille à poser de vrais problèmes à Nadal. Résultat, le Vaudois n'aura pas tenu plus de deux heures et n'aura chapardé que six jeux, soit un de moins que Dominic Thiem lors d'une demi-finale pourtant déjà expéditive. L'opération decima, jusqu'au bout, aura été l'opération boucherie. En ne perdant que 35 jeux sur cette quinzaine, il a même battu son record personnel, datant de 2008, son année de référence jusque-là.

Vidéo - Wawrinka n'a eu d'autre choix que d'applaudir Rafa : quel coup droit !

00:35

Proche de la perfection

Il y a neuf ans, Rafael Nadal avait parachevé son récital en détruisant en finale Roger Federer, auquel il n'avait laissé que quatre petits jeux. Cette fois, il s'est montré tout aussi brutal avec l'autre référence helvétique. Le combat annoncé et espéré aura duré à peine un demi-set. Pendant cinq premiers jeux d'un niveau d'ailleurs assez décevant et émaillés de fautes directes (la chaleur ? la tension ?), Stan Wawrinka a eu du répondant. Il a même obtenu la première balle de break de la rencontre, dans le troisième jeu. Ce fut aussi la seule pour lui dans ce match...

Vidéo - Un dernier revers raté et Wawrinka a envoyé Nadal au paradis

01:00

Une fois ce danger repoussé, Nadal a rapidement mis la main sur cette finale. S'il a manqué quatre balles de break à 2-1, il a saisi sa chance dix minutes plus tard à 3-2 et ne s'est plus retourné. Alignant sept jeux pour faire passer le score de 2-2 à 6-2, 3-0, le roi de l'ocre avait fait le plus dur, et sans doute le savait-il. Car Wawrinka, dépassé par la maestria de son bourreau, a probablement aussi manqué d'une dose d'énergie qui, si elle n'aurait probablement pas bouleversé l'issue des débats, en aurait peut-être atténué la nature. Son épique demi-finale contre Murray a peut-être laissé des traces. En tout cas, dimanche, le feu sacré du roi des finales majeures ne s'est jamais allumé.

Nadal a abordé le troisième set comme le précédent, par un break d'entrée. Puis il y en eut un deuxième, et encore un troisième pour achever une proie déjà agonisante depuis longtemps. Avec seulement 12 fautes directes et un récital au service comme à l'échange, l'Espagnol a flirté avec la perfection. 10e titre à Roland-Garros, 15e titre en Grand Chelem, domaine dans lequel seul Roger Federer peut encore le toiser, Rafa de Manacor a repris son surhomme de chemin. Roland-Garros est plus que jamais son royaume. Il n'avait jamais tout à fait cessé de l'être. Mais le voir à nouveau sur le trône parisien confère à cette édition 2017 une portée historique. Nous pourrons dire "nous y étions".

Rafael Nadal

Rafael NadalGetty Images

0
0