Getty Images

Euro 2017 - Avec Grebennikov, défense de passer

Avec Grebennikov, défense de passer
Par AFP

Le 29/08/2017 à 21:46Mis à jour Le 29/08/2017 à 22:12

EURO 2017 - Jenia Grebennikov est le travailleur de l'ombre de l'Equipe de France de volleyball. Le libéro des Bleus, très bon depuis le début de l'Euro 2017 en République tchèque, sera l'un des principaux atouts des Tricolores pour la suite de la compétition.

Ne comptez pas sur Jenia Grebennikov pour attaquer, il n'en a pas le droit. Son domaine à lui, c'est la défense, où il est passé maître : un atout de choix pour l'équipe de France de volley avant les barrages de l'Euro 2017 contre la République tchèque mercredi.

Le libéro des Bleus est considéré comme le meilleur du monde à son poste et son statut n'a pas été démenti jusqu'ici en Pologne. Il est difficile de faire ressortir une individualité dans le collectif français après une phase de poules où la star Earvin Ngapeth, gêné au dos, n'a que très peu joué et où ses camarades ont tous connu des hauts et des bas.

Tous sauf peut-être un : Grebennikov, régulier pendant trois matches et ce malgré une petite pointe au mollet droit contractée lors du premier match contre les Belges vendredi, perdu 3 sets à 2. "Même avec une jambe en moins, je tiendrai ma place", assurait le joueur de 27 ans, au sourire permanent, qui a le sens du sacrifice. C'est une nécessité à un poste où on passe la majeure partie de son temps à plonger ou couché sur le sol pour rattraper des ballons.

" C'est un poste assez ingrat"

Reconnaissable à son maillot, différent de celui de ses partenaires, le libéro n'a le droit ni d'attaquer, ni de contrer, ni de servir. C'est un travailleur de l'ombre qui est là pour diriger la défense, réceptionner et empêcher les volleyeurs adverses de marquer quand le bloc a été passé.

Frustrant ? "Il y avait beaucoup de frustration au début. C'est un poste assez ingrat et j'avais un peu l'impression que l'on me mettait dans une cage", explique l'intéressé, pas assez grand (1,88 m) pour faire une belle carrière comme réceptionneur-attaquant, son premier poste.

Reconversion

C'est son père, l'ex-international russe Boris Grebennikov et entraîneur de Rennes qui lui a conseillé de se reconvertir et l'a formé en Bretagne. "Au fil du temps, j'ai appris à apprécier le poste. C'est vrai que c'est dur parce que l'on ne voit que les fautes du libéro. Il faut être parfait. Mais quand je fais une bonne défense et que l'équipe marque dans la foulée, c'est une jouissance", explique "Grebe", élu meilleur libéro lors du Championnat du monde 2014.

Jenia Grebennikov

Jenia GrebennikovGetty Images

"En défense, c'est un rat. Il ramasse tout. C'est aussi le seul à son poste capable de donner de la vitesse au jeu", souligne Earvin Ngapeth au sujet du digne héritier de Hubert Henno, ancien grand libéro des Bleus. Jenia Grebennikov se distingue aussi par son énergie communicative sur le terrain. "Je m'exprime beaucoup. J'aime crier. Comme je ne dois me concentrer que sur la défense, j'essaie aussi d'apporter de l'énergie et du peps à l'équipe", souligne ce joueur apprécié aussi de ses partenaires pour ses qualités de bosseur.

Pugnacité

Il est du genre à ne jamais rien lâcher. On l'a déjà vu plusieurs fois sauter par dessus les panneaux publicitaires de bord du terrain pour récupérer des ballons impossibles à ramener. Cette saison, Grebennikov a encore dû élever son niveau de pugnacité. A Macerata (Italie), on lui avait demandé de partir l'été dernier parce que le club était atteint par la limite du nombre de joueurs étrangers.

" J'aimerais bien pouvoir servir. Ce serait top"

L'ancien Rennais, passé aussi par le Championnat allemand (Friedrichshafen de 2013 à 2015), s'est accroché. "Je voulais rester et prouver que le club a besoin de moi", souligne le meilleur libéro du précédent Championnat d'Europe (2015), redevenu titulaire en début d'année.

Bilan de la saison: un doublé Coupe-Championnat et une troisième place en Ligue des champions. Il espère ajouter un autre titre européen à son palmarès avec les Bleus et milite pour que les caractéristiques de son poste évolue. "J'aimerais bien pouvoir servir. Ce serait top."

0
0