Un Rocher ? Pas vraiment. Une montagne ? Plutôt, oui. Pour Monaco, le paysage peut changer mercredi. Son équipe de basket, la "Roca Team", affronte l'Olympiakos en quarts de finale de l'Euroligue. En jeu, une page d'histoire. Pour elle comme pour le sport français. Depuis la quatrième place de Villeurbanne en 1997 (défaite en demies contre le FC Barcelone puis contre l'Olimpija Ljubljana pour la 3e place), aucun représentant du championnat de France ne s'est en effet hissé jusqu'au Final Four de la compétition. C'est dire la performance que peut réaliser Monaco, qualifié pour la première fois de son histoire en Euroligue grâce à son succès en Eurocoupe (antichambre de la C1) la saison passée.
En quarante minutes, l'équipe de Sasa Obradovic, son entraîneur depuis décembre, va jouer son destin en Europe. Après sa victoire il y a quatre jours à domicile (78-77) pour égaliser à deux partout, elle devra encore élever son niveau dans le stade de la Paix et de l'Amitié du Pirée, où Limoges a décroché le premier - et jusqu'à présent unique - triomphe d'un club français en Euroligue.
EuroLeague
Les clubs russes suspendus de l'Euroleague et de l'Eurocoupe la saison prochaine
16/06/2022 À 13:17
"Je pense qu'ils vont trembler", a prédit Yakuba Ouattara à l'issue du match 4. "C'est un match totalement différent des autres de la série. Tout peut arriver. Ils sont les favoris. Ils ont l'expérience, ils sont devant leur public. Mais ils auront la pression", a-t-il ajouté.

"On n'a rien à perdre"

Un match différent certes, mais aux statistiques très nettement en faveur des équipes recevant un match 5 en Euroligue : depuis l'instauration de ce système lors de la saison 2008/09, treize rencontres se sont terminées lors du dernier match et toutes ont été remportées par l'équipe évoluant à domicile. "De notre côté, on n'a rien à perdre. On va tout donner. On est en position de les renverser", veut croire Ouattara.
Une fois n'est pas coutume, les Monégasques ont eu du temps pour se "régénérer", mot d'ordre sur toutes les lèvres en Principauté, car la Roca Team n'a pas eu de match de championnat intercalé entre le match 4 et le match 5. Alpha Diallo, blessé à une cuisse et absent depuis le deuxième match au Pirée, est du déplacement en Grèce, mais le staff "évalue au jour le jour. Il y a une possibilité qu'il puisse jouer mercredi ", note l'entraîneur de Monaco Sasa Obradovic.
Dominés dans le jeu à domicile lors des matches 3 et 4, les coéquipiers de Mike James se sont toujours accrochés pour réaliser d'incroyables remontées, parfois payantes. Un état d'esprit qu'il faudra une nouvelle fois montrer au Pirée et sur lequel compte Sasa Obradovic. "Je compte sur notre énergie et notre cœur actuels. Il faudra savoir faire la balance entre le côté pragmatique, la capacité à éloigner les émotions, et cette énergie", a-t-il expliqué il y a quatre jours.
L'expérience sera clairement en faveur de l'Olympiakos, habitué aux joutes européennes décisives, mais qui n'a plus disputé de Final 4 depuis 2017 (finale perdue contre le Fenerbahçe). Le meneur de l'Olympiakos Kostas Sloukas, vainqueur de la compétition en 2012 et 2013 sous le maillot du Pirée (puis en 2017 avec le Fenerbahçe), sera l'un des joueurs côté grec à neutraliser, pour que Monaco puisse espérer réussir l'exploit. Pour son match le plus abouti de la série, la Roca Team s'était imposée 96 à 72 lors du match 2. Ca tombe bien, c'était au Pirée. Les joueurs d'Obradovic connaissent donc la recette pour "climatiser" la salle grecque.
(Avec AFP)
EuroLeague
L'exploit n'était pas loin : La Roca Team échoue aux portes du Final Four
04/05/2022 À 20:28
EuroLeague
Monaco peut encore rêver du Final Four
29/04/2022 À 21:00