Le rêve est passé. Longtemps en tête, Monaco a cru un temps accrocher le Final Four de l’Euroleague, mais les joueurs du Rocher se sont finalement inclinés lors du match 5 sur le parquet de l’Olympiakos (94-88). Pourtant emmenés par un grand Mike James, la "Roca Team" a craqué au pire moment, dans le dernier quart-temps et laisse filer les Grecs dans le dernier carré. Il faudra donc encore attendre pour voir un successeur à l’ASVEL, dernier club français à avoir rejoint le Final Four. C’était en 1997.
Dix minutes. C’est ce qu’il a manqué à Monaco. Les hommes de Saša Obradović étaient pourtant parfaitement entrés dans leur rencontre, malgré la chaleur et la ferveur du Stade de la Paix et de l'Amitié du Pirée. Lucides à la construction, alternant jeu extérieur et jeu au poste bas, les Monégasques ont rapidement pris les devants, dans le sillage d’un Yakuba Ouattara très précis (5/7) longue distance. Tout au long de la première période, la "Roca Team" a dominé les débats, étouffant une équipe grecque pour mener de 7 points à la pause (41-48).
EuroLeague
Les clubs russes suspendus de l'Euroleague et de l'Eurocoupe la saison prochaine
16/06/2022 À 13:17

25 ans sans club français en Final Four

Mais l’Olympiakos ne pouvait pas décemment se laisser faire ainsi. Plus agressifs en seconde période, au point de faire multiplier les fautes aux Monégasques (27 au total), les joueurs de Georgios Bartzokas ont peu à peu réduit l’écart, portés par Thomas Walkup (17pts), Tyler Dorsey (16pts) et Shaquielle McKissic (18pts). Mais l’AS Monaco était encore en tête à l’aube du dernier quart-temps, dans un match qui a tourné à l’orgie offensive en seconde période, entre deux défenses qui ont commencé à ne plus réussir à arrêter la moindre attaque adverse. Malheureusement pour la "Roca Team", celle de l’Olympiakos a fini par se reprendre en main.
Bien plus solides en fin de match, beaucoup plus forts mentalement lorsque la tension a pris le pas, les Grecs ont privé aux Monégasques l’accès au cercle, les forçant à des shoots compliqués qui ne sont que trop rarement rentrés. Dépassé par l’intensité grecque, l’ASM a fini par baisser pavillon dans la dernière minute, laissant l’Olympiakos et ses supporters à leur joie et à leur qualification pour le Final Four, la première depuis 2017. Les hommes de Saša Obradović devront attendre au moins encore un an pour atteindre les demi-finales. La France attend ça depuis 25 ans. Et ça commence à faire beaucoup trop.
EuroLeague
Monaco, quarante minutes pour l'histoire
03/05/2022 À 22:10
EuroLeague
Monaco peut encore rêver du Final Four
29/04/2022 À 21:00