Jordan Poole (Golden State Warriors)

Arrière / 22 ans / 12 points par match en 2020-2021
Il vaut mieux éviter de tirer des conclusions hâtives en pré-saison. Encore plus après une seule petite rencontre. Mais les 30 points – 7 paniers primés ! – de Jordan Poole, lors de la reprise des Warriors lundi soir, donnent peut-être le ton de l’exercice à venir pour le 28ème choix de la draft 2019. En réalité, ce n’est même pas son premier coup d’éclat. Il avait réussi à s’illustrer lors de la deuxième moitié de saison l’an dernier. Une dynamique positive sur laquelle il compte bien surfer. "Il domine lors des matches d’entraînement. Son niveau de confiance n’a jamais été aussi élevé", faisait remarquer son coach, Steve Kerr, il y a quelques jours. "Je sais que Jordan va beaucoup jouer cette année. Peu importe qu’il soit titulaire ou non, il va avoir beaucoup de temps de jeu."
NBA
Fournier déjà fantastique avec les Knicks, Gobert déjà dans le bon tempo avec le Jazz
HIER À 05:33
Les Warriors auront justement besoin de lui, et encore plus en l’absence de Klay Thompson, indisponible au moins jusqu’à Noël. Poole n’est pas encore un basketteur très polyvalent mais il sait se montrer très prolifique en attaque. Un partenaire idéal pour épauler Stephen Curry, ou pour se muter en première option offensive quand le meneur All-Star se repose. Avec un temps de jeu et des responsabilités accrues, le joueur de 22 ans pourrait aider Golden State à se hisser dans le top 5 ou le top 6 de la Conférence Ouest pendant la saison régulière.

Michael Porter Jr (Denver Nuggets)

Ailier / 23 ans / 19 points par match en 2020-2021
D’une certaine manière, Michael Porter Jr a déjà explosé la saison dernière, voire quelques mois auparavant, au sein de la bulle Disney. Intéressant dans son rôle, le jeune homme ne cesse de monter en puissance et de gagner en responsabilités. Mais le meilleur reste encore à venir. Traditionnellement, les joueurs passent réellement un cap lors de leur troisième saison. C’est à ce moment-là qu’ils se sentent vraiment à l’aise tactiquement au point de ne plus subir l’intensité et la vitesse extrêmement élevés du championnat le plus fort au monde.
Il faut donc s’attendre à un grand Porter Jr en 2022, avec des statistiques qui pourraient doucement le rapprocher de la liste des potentiels All-Stars. Le meneur Jamal Murray sera absent de nombreux mois – sans doute toute la saison régulière – et c’est MPJ qui devrait prendre le relais. En fait, nous ne serions pas surpris de le retrouver meilleur marqueur des Nuggets. Nikola Jokic restera évidemment le maître à jouer de cette équipe. Mais son jeune coéquipier se régale à ses côtés. Et plus il grandit vite, plus la franchise du Colorado sera en mesure de jouer le titre.

Michael Porter Jr (Denver Nuggets)

Crédit: Getty Images

Nickeil Alexander-Walker (New Orleans Pelicans)

Arrière / 23 ans / 11 points par match en 2020-2021
Il n’est pas le plus connu de cette liste mais certainement pas non plus le moins talentueux. Nickeil Alexander-Walker va peut-être contribuer à sortir les Pelicans de leur marasme en s’affirmant comme le troisième homme derrière Zion Williamson et Brandon Ingram. Les dirigeants ont perdu gros en laissant filer Lonzo Ball. Devonte' Graham le remplace, mais ne soyez pas surpris si le cousin de Shai Gilgeous-Alexander s’immisce rapidement dans le cinq majeur. Le succès des Pelicans dépendra aussi de l’évolution de cet arrière très complet, capable de scorer et de défendre. Un nom à retenir.

Nassir Little (Portland Trail Blazers)

Ailier-fort / 21 ans / 4,6 points par match en 2020-2021
Les Trail Blazers ont fait une meilleure intersaison qu’il n’y paraît. Alors, bien sûr, rien d’extravagant et sans doute pas de quoi s’inviter parmi les cadors de la Conférence Ouest. Mais au moins de quoi convaincre Damian Lillard de tenter encore le coup. Larry Nance Jr (super pioche !), Cody Zeller ou encore Ben McLemore sont des joueurs solides. Mais la principale recrue, à Portland, c’est peut-être Nassir Little.
En réalité, le jeune homme formé à North Carolina est déjà sur place depuis 2019. Sauf qu’il n’a encore jamais vraiment eu sa chance. Surtout, sa progression a été ralentie par une infection sévère au Covid-19, au point de rester cloué au lit plusieurs semaines et de perdre de nombreux kilos. Little est désormais remis et il devrait avoir plus d’opportunités cette année. Parce qu’attention, il y a joueur ! C’était même l’un des prospects les plus convoités du pays à sa sortie du lycée en 2018. Costaud, athlétique, pas maladroit, il va pouvoir s’affirmer comme l’un des membres intéressants de la rotation des Blazers.

Darius Garland (Cleveland Cavaliers)

Meneur / 21 ans / 17,4 points par match en 2020-2021
Tout le monde aimerait être comme Stephen Curry. Et bien faites comme lui, et croyez en Darius Garland ! "Steph aime beaucoup, beaucoup, beaucoup" le jeune meneur des Cavaliers. "Il pense que le gamin va devenir une star", confie Jackie MacMullan. Et bien nous aussi ! Pour l’instant, Garland n’a pas encore complètement les clés de l’attaque à Cleveland mais ses dirigeants songent à lui faire de la place en transférant éventuellement son collègue Collin Sexton.
Ils l’ont aussi entouré du précieux Ricky Rubio pour l’aider à peaufiner sa formation. Gestionnaire, adroit, élégant, le joueur passé par l’université de Vanderbilt claquait déjà 17 points de moyenne pour sa deuxième saison chez les pros. Gros potentiel.

Darius Garland (Cleveland Cavaliers)

Crédit: Getty Images

Malachi Flynn (Toronto Raptors)

Meneur / 23 ans / 7,5 points par match en 2020-2021
Les Raptors entament officiellement une nouvelle ère après le départ de Kyle Lowry, le joueur le plus emblématique de l’Histoire de la franchise canadienne. Plutôt que de drafter Jalen Suggs, successeur désigné à la mène, les dirigeants ont préféré miser sur l’ailier polyvalent Scottie Barnes avec leur quatrième choix. Peut-être tout simplement parce qu’ils possèdent déjà dans l’effectif un jeune gestionnaire capable de prendre la relève. Malachi Flynn sera la doublure attitrée de Fred VanVleet à la mène, mais il pourrait avoir de nouvelles opportunités pour sa deuxième saison dans l’élite. Excellent lors des ligues estivales, le bonhomme est à suivre avec attention. Les Raptors savent développer des talents inattendus. C’est lui le prochain.

Terance Mann (Los Angeles Clippers)

Arrière / 24 ans / 7 points par match en 2020-2021
La révélation des playoffs ! Terance Mann avait été l’un des héros de l’excellent parcours des Clippers. L'arrière avait marqué les esprits en claquant 39 points lors d’un match décisif contre le Jazz. Ce n’est pas tout le monde qui s’illustre de cette manière à un tel niveau de la compétition. Et c’est souvent le signe d’un fort potentiel. En tout cas, pour l’arrle joueur de 24 ans, on tend à penser qu’il ne s’agissait pas juste d’un coup d’éclat isolé mais bien d’un signe annonciateur d’un avenir plus brillant.
Mann est resté cantonné à son rôle de joueur de devoir depuis son arrivée en NBA il y a deux ans. Ça devrait changer cette saison, surtout en l’absence de Kawhi Leonard. Les Angelenos vont avoir besoin du dynamisme et de l’agressivité de leur poulain. Il doit maintenant être capable de s’affirmer comme une option offensive crédible chaque soir. L’évolution de Jimmy Butler, simple soldat au début de sa carrière, doit lui servir d’exemple, sans pour autant l’imaginer avoir la même réussite jusqu’à devenir l’un des meilleurs joueurs du monde.

Terance Mann, héros des Los Angeles Clippers contre le Utah Jazz lors du match 6 des demi-finales de conférence des play-offs

Crédit: Getty Images

Jaren Jackson Jr (Memphis Grizzlies)

Pivot / 22 ans / 14,4 points par match en 2020-2021
Sans les blessures, Jaren Jackson Jr serait déjà considéré comme l’un des intérieurs les plus prometteurs du championnat. Parce que sa polyvalence et ses qualités techniques, en plus de sa taille (2,11 m), en font un joueur unique à son poste et à son âge. Normalement, le voilà remis pour de bon. Et attention, ça peut faire mal. En son absence, Ja Morant s’est imposé comme la star du futur des Grizzlies. Mais il vaudrait mieux ne pas oublier JJJ. Ensemble, ils peuvent d’ailleurs former un duo redoutable à l’Ouest d’ici quelques années.

Keldon Johnson (San Antonio Spurs)

Ailier / 21 ans / 12,8 points par match en 2020-2021
Gregg Popovich croit fort en Keldon Johnson, et c’est pourquoi il l’a emmené dans ses bagages direction le Japon lors des derniers Jeux Olympiques. En plus d’engranger de l’expérience, le jeune ailier est reparti avec une médaille d’or. Le voilà prêt à exploser. Déjà très en vue la saison dernière, la boule de muscle des Spurs est un scoreur très intéressant qui devrait profiter de responsabilités accrues pour se rapprocher de la barre des 20 points par match.
DeMar DeRozan est parti et les Texans se cherchent un nouveau leader offensif. Johnson est tout indiqué au sein de cet effectif rempli de jeunes joueurs.

Anthony Edwards (Minnesota Timberwolves)

Arrière / 20 ans / 19,3 points par match en 2020-2021
Les journalistes NBA ont peut-être rendu un grand service aux Wolves en ne donnant pas le trophée de rookie de l’année à Anthony Edwards. Le garçon est plus motivé que jamais pour sa deuxième saison dans la ligue. Et s’il continue sur sa lancée des derniers mois, il a tout pour aligner des statistiques très élevées. Même si faire gagner son équipe s'annonce difficile. Le premier choix de la draft 2020 avait débuté timidement avant de s’imposer comme le patron à Minnesota. On s’attend à ce qu’il profite d’un casting un peu plus doué autour de lui pour s’illustrer encore plus. Après, pour passer le cap de superstar, c’est une autre histoire…

Anthony Edwards (Minnesota Timberwolves)

Crédit: Getty Images

NBA
Les Bucks en fanfare, ça commence mal pour les Lakers
20/10/2021 À 05:13
NBA
Lakers et LeBron au sommet, Mavericks en embuscade : notre classement des franchises à l'Ouest
19/10/2021 À 09:01