Getty Images

Marie Dorin-Habert n'a pas encore dit son dernier mot

Dorin-Habert n'a pas encore dit son dernier mot
Par AFP

Le 21/02/2018 à 16:03

JO PYEONGCHANG 2018 - Sacrée sur le relais mixte après des JO réalisés à un niveau inattendu, Marie Dorin-Habert revit après un début de saison pourri. Et, dans sa folle renaissance, elle espère mener les Bleues sur une nouvelle médaille en relais féminin ce jeudi.

On l'avait enterrée trop tôt et jugée bonne pour la retraite avec un mois d'avance mais Marie Dorin-Habert a réussi le tour de force de renaître lors des JO 2018, sa dernière grande compétition, avec en apothéose une première médaille d'or olympique lors du relais mixte, mardi.

Qui aurait cru que la Lyonnaise de 31 ans serait la meilleure Française à Pyeongchang? Début janvier, c'est une Dorin-Habert au fond du trou qui annonçait sa décision de mettre un terme à sa brillante carrière à l'issue de la saison, après un hiver désastreux. Un choix qui semblait particulièrement avisé tant elle se traînait sur le circuit, incapable d'avancer sur les skis et de tenir le rythme des meilleures comme au temps de sa splendeur. A l'époque, l'encadrement s'interrogeait même sur l'opportunité de la sélectionner pour les JO.

En un mois, la métamorphose est saisissante. Hormis sur la poursuite où Anaïs Bescond a trouvé le moyen de rafler une médaille de bronze, les Bleues sont jusqu'ici globalement passées à côté de leurs Jeux. Pas Dorin-Habert, en pleine résurrection au crépuscule de sa vie de biathlète.

Les Bleus du relais mixte, Marie Dorin-Habert en tête, tout à leur joie d'être champions olympique à Pyeongchang

Les Bleus du relais mixte, Marie Dorin-Habert en tête, tout à leur joie d'être champions olympique à PyeongchangGetty Images

Le soutien de Fourcade

Contre toute attente, la quintuple championne du monde a parfaitement lancé sa quinzaine olympique en échouant au pied du podium sur le sprint (4e). Sa piètre prestation lors de la poursuite (27e) a ensuite poussé le staff à la dispenser de l'Individuel, épreuve exigeante de 15 km. Une sage précaution puisque sa 9e place sur la mass start n'était qu'un avant-goût de son festival au cours du relais mixte: un 10/10 au tir et une équipe de France placée sur les bons rails (7 secondes de retard sur la tête de la course au moment de passer le témoin à Anaïs Bescond). Comme à ses plus belles heures.

"Je ne pensais pas que ça pourrait se terminer comme ça, au regard de la saison que je fais", a-t-elle reconnu mardi après le premier sacre olympique d'une carrière débutée en 2003. "Cela fait enfin du bien de retrouver des sensations, de prendre plaisir à courir. C'est quelque chose qui ne m'est tellement pas arrivé cet hiver. Là, je kiffe vraiment depuis la mass start."

S'il y en a un qui a toujours défendu Marie Dorin-Habert, c'est bien Martin Fourcade. Les deux biathlètes ont débuté ensemble au plus haut niveau et le tout frais quintuple champion olympique connaît comme sa poche celle qui a longtemps été avec lui la tête de gondole du biathlon en France. Si Dorin-Habert a fait le voyage jusqu'en Corée du Sud, Fourcade n'y est pas étranger.

La grande classe

"Le staff est venu me demander si je voulais changer de partenaire sur le relais mixte parce que Marie était un peu en méforme, a-t-il révélé mardi. Pour moi, c'était hors de question. Même quand Marie était au plus bas mentalement, elle a toujours été dans les plans parce qu'on savait que sur ce relais mixte, on aurait besoin d'elle pour être champions olympiques. C'est une magnifique leçon de courage. Quand on a joué le haut de l'affiche pendant cinq ans comme elle l'a fait, il faut avoir une grande classe et une grande humilité pour accepter les déceptions, ne pas se faire détruire par ça et ne pas tout envoyer bâcher."

Avant de dire adieu, Dorin-Habert a encore un ultime challenge à relever sur le relais dames, jeudi, avec ses camarades de l'équipe de France (Anaïs Bescond, Justine Braisaz, Anaïs Chevalier) et espère que sa dynamique personnelle rejaillira sur elles. "J'aimerais vraiment bien que tout le monde puisse rentrer médaillé, a-t-elle confié. Il y a d'autres filles qui n'ont pas été à leur niveau sur ces Jeux, elles ont un autre potentiel que ça." Histoire de passer définitivement la main, le coeur léger.

Marie Dorin-Habert aux JO de Pyeongchang 2018

Marie Dorin-Habert aux JO de Pyeongchang 2018Getty Images

0
0