Waldgeist

À l’instar de son fidèle jockey Pierre-Charles Boudot, Waldgeist a réalisé une année stratosphérique. Tout a commencé le 28 avril à Paris Longchamp à l’occasion du Prix Ganay (Gr.1). Le fils de Galileo a surclassé l’opposition, s’offrant le troisième groupe 1 de sa carrière. André Fabre, son entraîneur, a décidé de ne pas reproduire le même programme qu’en 2018. Waldgeist a pris la direction d’Ascot pour les Prince of Wales’s Stakes (Gr.1) lors du Meeting Royal. Le mâle de cinq ans a fini bon troisième, bien battu toutefois par Crystal Ocean et Magical. Le 27 juillet, les King George VI And Queen Elizabeth Stakes ont prouvé que Waldgeist était capable de briller en dehors de la France. Une nouvelle fois troisième derrière Enable et Crystal Ocean dans un style qui présageait un avenir radieux, il a prouvé qu’il faisait partie de la crème des chevaux d’âge en Europe. Waldgeist a abordé le Prix Foy le 15 septembre sans être à 100%, à la différence de la saison précédente. L’impression a été moins bonne, mais il est parvenu à conserver son titre. Lors du Prix de l’Arc de Triomphe, Waldgeist a été porté dans la ligne droite par un Pierre-Charles Boudot des grands jours. La suite est connue. Il a déposé Enable et obtenu un succès qui l’a placé sur le toit du monde. Avec cette victoire, il est évident que sa place est parmi les chevaux qui ont fait l’année 2019. Cela restera également celle d’un Pierre-Charles Boudot incroyable et d’un André Fabre toujours aussi imparable.

Course hippique
«Skalleti a de quoi nous faire rêver», Jérôme Reynier
11/02/2020 À 09:05

Enable

Double lauréate du Prix de l’Arc de Triomphe, Enable n’avait qu’un objectif cette année : réaliser un triplé inédit dans la plus belle course du monde. La jument entraînée par John Gosden a entamé son année dans les Coral Eclipse (Gr.1) le 6 juillet à Sandown. Et de quelle manière! Au terme d’une lutte somptueuse avec Magical, la fille de Nathaniel est sortie victorieuse d’une bataille annonciatrice d’une saison en or. Trois semaines plus tard, elle a remporté l’une des plus belles courses de l’année: un choc au sommet entre Enable et Crystal Ocean dans les King George VI And Queen Elizabeth Stakes. Dans la ligne droite, les deux champions se sont rendues coup pour coup avant que la reine ne prenne le dessus d’une encolure sur son adversaire, Waldgeist devant se contenter d’une troisième place. Pour parfaire sa préparation avant l’Arc, Enable a facilement obtenu un dixième sacre en Groupes 1, dans les Yorkshire Oaks devant Magical. Plus rien ne semblait arrêter Enable dans sa quête de troisième Arc. Rien, sauf un Pierre-Charles Boudot déchaîné en selle sur un Waldgeist au sommet de son art. À cent mètres du poteau, le rêve s’est écroulé. Enable a terminé deuxième du Prix de l’Arc de Triomphe, une épreuve qui devait parachever une carrière hors norme. Le 15 octobre, le Prince Khalid Abdullah a annoncé une nouvelle incroyable : Enable restera à l’entraînement en 2020. La reine foulera donc une nouvelle fois la piste de Paris Longchamp avec un seul souhait: passer le poteau en tête lors de l’Arc.

Blue Point

Il est incontestablement le meilleur sprinteur d’Europe. Blue Point a marqué cette saison 2019 par un grand exploit à Ascot. Revenons tout d’abord le 14 février à Meydan. Les amoureux des courses ont alors pu voir la démonstration de Blue Point à l’occasion de sa rentrée dans un Groupe 2. Le protégé de Charlie Appleby a poursuivi sa tournée aux Émirats arabes unis avec une belle victoire dans le Nad Al Sheba Turf Sprint (Gr.1). L’objectif était de l’amener au mieux pour son premier objectif: l’Al Quoz Sprint. Et ce groupe 1 n’a pas échappé à Blue Point qui a obtenu un deuxième sacre au plus haut niveau. Il a ensuite fallu attendre trois mois avant de revoir le fils de Shamardal sur un hippodrome, lors du fameux Meeting Royal Ascot. Un duel au sommet l’a opposé à Battaash dans les King’s Stand Stakes (Gr.1). Rapidement, Blue Point a fait plier son adversaire, conservant son titre dans cette épreuve, un exploit plus réalisé depuis 2014 et Sole Power. Il n’était pas question de s’arrêter en si bon chemin. Son entourage a tenté le pari fou de lui faire courir les Diamond Jubilee Stakes, programmés cinq jours plus tard. Avec deux cents mètres de plus, il fallait tenir jusqu’au poteau. Après une grosse accélération, Blue Point a résisté de peu à Dream of Dreams et réalisé une incroyable performance: remporter deux courses à Royal Ascot, ce qui n’avait plus été réalisé depuis 2003 avec Choisir. Son fidèle partenaire, James Doyle, était aux anges, son champion ayant ainsi obtenu un quatrième groupe 1, et déjà le troisième en 2019. Blue Point a pris sa retraite après cette épreuve au terme d’une saison hors norme.

Pinatubo

Et s’il était le successeur de Frankel? Pinatubo a été un champion dès l’âge de deux ans. Le 10 mai à Wolverhampton, le poulain entraîné par Charlie Appleby a réalisé une démonstration pour ses débuts en compétition. Trois semaines plus tard à Epsom, il a enchaîné un deuxième succès et gravi les échelons. Lors du Meeting Royal Ascot, le public présent pour voir Stradivarius ou encore Blue Point a découvert une nouvelle pépite dans les rangs de la casaque Godolphin, lors d’un succès acquis avec un très bon style dans les Chesham Stakes. Son avenir radieux s’est confirmé le 30 juillet, date à laquelle il a remporté son premier Groupe, les Vintage Stakes (Gr.1) à Goodwood, laissant ses adversaires à cinq longueurs. Après quatre succès avec James Doyle, William Buick a pris le relais à l’occasion des Vincent O’Brien National Stakes (Gr.1) au Curragh. Plus de huit longueurs ont sanctionn sa supériorité et Pinatubo s’est ainsi offert un premier Groupe 1. Le 12 octobre, le fils de Shamardal en a remporté un second dans les Dewhurst Stakes (Gr.1) à Newmarket. Neuf ans auparavant, un certain Frankel s’était imposé dans cette épreuve. Avec six victoires en six sorties, Pinatubo, meilleur Pur-sang de deux ans en Europe, a tout d’un futur grand champion. Sa place est évidemment parmi les chevaux qui ont marqué 2019, en attendant la saison prochaine.

Stradivarius

Il est tout simplement le meilleur stayer, spécialiste de longue distance, d’Europe. Stradivarius a une nouvelle fois éclaboussé la saison de son talent. Il a débuté son année le 17 mai par une victoire autoritaire dans un Groupe 2 à York. Son plus beau sacre est évidemment son succès dans la Gold Cup (Gr.1) lors du Meeting Royal Ascot. Le protégé de John Gosden a conservé son titre, s’offrant le troisième Groupe 1 de sa carrière. Un mois plus tard, le fils de Sea The Stars a devancé d’une encolure Dee Ex Bee dans la Goodwood Cup (Gr.1). Sans égal sur les longues distances, Stradivarius s’est imposé dans deux Groupes 2, la Lonsdale Cup à York et la Doncaster Cup. Restant sur dix succès consécutifs, il n’a plus été battu depuis le 18 mai 2018! Alors que tout le monde s’attendait à un sacre dans la British Champions Long Distance Cup, Stradivarius et Lanfranco Dettori ont vu dans la ligne droite un Kew Gardens qui ne lâchait rien. Les visages se sont crispés et Stradivarius a finalement été battu d’une encolure par le protégé d’Aidan O’Brien. Jamais abattu, John Gosden a d’ores et déjà annoncé son grand objectif pour 2020: un triplé dans la Gold Cup. Stradivarius a livré sa plus belle partition cette saison, justifiant sa présence incontestable dans ce top cinq.

Course hippique
La Saudi Cup débarque dans le calendrier des courses de galop
06/02/2020 À 13:42
Course hippique
Les cinq courses qui feront l’année 2020
06/02/2020 À 13:29