La Longines Hong Kong Cup est comme un bouquet final lors d’un feu d’artifice. À Hong Kong, sur l’hippodrome de Sha Tin, la Hong Kong Cup est l’une des courses les plus richement dotées du monde, avec 28 millions de dollars à se partager. Ce Groupe 1 a réuni la crème de la crème sur la distance de 2.000 mètres. Huit concurrents étaient au départ. Parmi les forces en présence, l’Europe alignait l’Irlandaise Magic Wand et la Française Edisa, avec Stéphane Pasquier en selle. Face à elles, Win Bright et Furore représentaient la coalition japonaise et hongkongaise. Dans une épreuve menée par Time Warp, Win Bright a patienté en troisième position avec, à ses côtés, Magic Wand. Dans la ligne droite, la lutte s’est lancée entre la protégée de Yoshihiro Hatakeyama et Rise High. La jument d’Aidan O’Brien a tardé avant de trouver le passage et a terminé très vite, mais trop tard. Finalement, Win Bright s’est imposé d’une courte tête devant l’Irlandaise tandis que Time Warp a pris la troisième place. Longtemps en retrait, Edisa a fini correctement à l’extérieur, prenant la cinquième place.

Win Bright fait briller le Japon

Course hippique
«Skalleti a de quoi nous faire rêver», Jérôme Reynier
11/02/2020 À 09:05

La saison 2019 de Win Bright avait parfaitement démarré. Lauréat d’un Groupe 3 puis d’un Groupe 2 à Nakayama, le fils de Stay Gold a obtenu son premier succès au plus haut niveau le 28 avril à Sha Tin à l’occasion de la Qeii Cup. Associé à son fidèle partenaire Masami Matsuoka, ils ont créé la surprise en dominant le champion Exultant, troisième du Hong Kong Vase, et Lys Gracieux. Plus revu durant cinq mois, Win Bright a déçu, terminant avant-dernier d’un Groupe 2 lors de sa rentrée à Nakayama. Huitième du Tenno Sho (Gr.1) à Tokyo, il n’a jamais pu accélérer dans les deux cents derniers mètres, craquant pour la cinquième place. De retour dans son jardin à Sha Tin, il a donc profité de la Longines Hong Kong Cup pour accrocher un deuxième Groupe 1 à son palmarès. Win Bright a succédé à Glorious Forever, sixième cette année, et a décroché le record de la course en 2’00’’52 depuis que celle-ci se dispute sur 2.000 mètres. «Les choses se sont déroulées comme prévu», a expliqué son jockey Masami Matsuoka au micro du Racing Post. «Je pensais que le rythme serait lent, alors je me suis positionné à peu près au troisième ou au quatrième rang. Je suis vraiment heureux de la façon dont les choses se sont déroulées. C’est un grand honneur de représenter le Japon.»

Magic Wand, la globetrotteuse

Deuxième, Magic Wand a une nouvelle fois fait plaisir à Aidan O’Brien. «Que puis-je dire sinon que c’est juste une pouliche incroyable. Elle adore la course et les voyages. Vous avez pu voir à quel point elle était détendue et calme aujourd’hui. Rien ne la dérange, rien. Elle est vraiment incroyable.» Magic Wand a voyagée toute l’année, courant notamment aux Émirats arabes unis, en Australie ou encore aux États-Unis. À noter que l’homme de Ballydoyle n’a toujours pas ouvert son compteur dans cette épreuve.

Cinquième pour la France, Edisa a été surprise par l’accélération lors de l’emballage final. «Elle court bien mais manque un peu de vitesse pour briller sur 2.000 mètres sur ce type de piste», analyse Stéphane Pasquier. « Elle aurait été sans doute meilleure sur 2.400 mètres.» L’Europe a donc été vaincue une nouvelle fois par l’Asie et devra encore attendre avant de retrouver le succès dans la Longines Hong Kong Cup, exploit qui n’a plus été réalisé depuis 2010 et Snow Fairy.

Course hippique
La Saudi Cup débarque dans le calendrier des courses de galop
06/02/2020 À 13:42
Course hippique
Les cinq courses qui feront l’année 2020
06/02/2020 À 13:29