Benjamin Thomas l'avait annoncé haut et fort, il ne venait que pour l'or. "Si je prends l'argent ou le bronze, j'estimerai qu'il s'agit d'un échec", avait-il clamé. Le Français a donc échoué. Il n'a pas eu l'or sur l'omnium, son tricolore fétiche, sur laquelle il a conquis deux titres mondiaux en 2017 et 2020. Mais il ne sera même pas sur le podium et ça, c'est un gros coup dur pour la délégation française dans son ensemble et pour la piste française en particulier.
Jusqu'à l'avant-dernier tour de la course aux points, la dernière des quatre épreuves de ce petit marathon de l'endurance sur piste, Thomas tenait pourtant encore la médaille de bronze. Mais lorsque Campbell Stewart a repris sur le fil un tour au peloton, le Néo-Zélandais a empoché les 20 points de bonus qui lui ont permis de se hisser à la 2e place, devant l'Italien Ella Viviani et, surtout, devant Benjamin Thomas, qui a donc chuté du podium au tout dernier moment. Il y figurait pourtant depuis le tout début de la journée.
Tokyo 2020
Thomas, favori inhibé par la pression : "Cela m'a coûté des cartouches"
05/08/2021 À 12:20

Benjamin Thomas lors de la course scratch de l'ominium.

Crédit: Getty Images

Trop d'efforts dans l'élimination

Car tout avait plutôt bien débuté pour le Tarnais. A l'issue de la course scratch, il pointait au 2e rang derrière le Britannique Matthew Walls. Après la course tempo, trois hommes se partageaient la tête du classement : Walls, Thomas et le Néerlandais Jan Willem Van Schip. A mi-chemin de l'omnium, le double champion du monde français était donc parfaitement dans les temps pour le titre et, a minima, pour le podium. Mais tout restait à faire. Pour preuve, les futurs argenté et bronzé, Stewart et Viviani, n'apparaissaient encore qu'aux 10e et 11e rangs.
Pour Benjamin Thomas, tout s'est compliqué lors de l'élimination, l'épreuve la plus spectaculaire. Le Français a terminé 6e, ce qui l'a fait reculer à la 3e place du général avant la course aux points. Surtout, il a produit beaucoup d'efforts tour après tour pour sauver sa peau alors qu'il s'est assez vite retrouvé à la limite de l'élimination. Cette débauche d'énergie, il allait la payer chèrement lors de la course aux points. Physiquement trop juste, tactiquement piégé, il a presque constamment subi.
Devant lui, Matthew Walls a habilement géré son avance au classement pour décrocher la médaille d'or. Derrière, Ella Viviani et Campbell Stewart ont réussi à revenir de l'arrière en prenant chacun un tour tout en grappillant au passage des points dans les différents sprints. L'Italien, à mi-course, puis le Néo-Zélandais, in extremis, ont ainsi réussi à déposer un Benjamin Thomas sans solution. C'est une très grande déception pour celui qui incarnait la meilleure, et même la seule chance de titre pour la piste française à Tokyo. Un échec qui va être dur à digérer.
Tokyo 2020
Soudé et heureux, le duo français s’offre le bronze : le dernier tour de l’américaine en vidéo
06/10/2021 À 17:03
Tokyo 2020
Kenny devient le plus grand pistard de l'Histoire
08/08/2021 À 03:30