Un an après, l’UCI TCL découvre, pour de bon, le vélodrome national de Saint-Quentin-en-Yvelines. Annulée en 2021 à cause de la crise sanitaire, l’étape française de la Ligue des champions de cyclisme sur piste n’a pas connu pareil sort cette année. La troisième manche de l’édition 2022 aura bien lieu, ce samedi. L’occasion pour Mathilde Gros, Marie-Divine Kouamé, Rayan Helal et Tom Derache d’offrir un beau spectacle au public tricolore. Un public qui a déjà vécu de grandes émotions dans un écrin pourtant récent, lors des Championnats du monde 2015 puis 2022.

Mondiaux 2015

UCI Track Champions League
Des bulles et des sourires : la célébration de Gros sur le podium
03/12/2022 À 22:43
  • Pervis, deux fois plus de bonheur
Non-aligné en finale de la vitesse par équipes remportée par la France (après déclassement des Néo-Zélandais), François Pervis se venge en décrochant deux soirs de suite ses cinquième et sixième titres mondiaux. Sur le keirin d'abord. Toujours spectaculaire, l'épreuve enflamme le vélodrome national qui vit là sa première grande compétition un an après son inauguration. L'émotion est d'autant plus intense que Pervis vient de passer un hiver pourri mais sûr de sa force, il dépose ses adversaires dans le dernier tour. Pour des premiers "François, François" qui descendent des gradins et une magnifique Marseillaise.

Francois Pervis vainqueur du keirin des Mondiaux à Saint-Quentin-en-Yvelines le 19 février 2015

Crédit: AFP

De quoi lui donner envie de bisser, évidemment. Le lendemain, il est en finale du kilomètre. L'enchaînement des compétitions et sa préparation font planer le doute sur sa capacité à briller de nouveau. Mais la tête prend le dessus. "Avec le bruit que j’avais sous le casque, je n’avais même plus mal aux jambes", sourit-il après son succès, le troisième de suite aux Mondiaux sur l'épreuve. "Je voulais absolument conserver mon titre et revivre la même soirée que la veille", dit-il encore. Comblé Pervis.
  • Baugé, le tigre rugit à nouveau
Grégory Baugé n'a plus disputé la vitesse individuelle aux Mondiaux depuis trois ans. Entre-temps, son rival français, François Pervis, est devenu le boss. Mais ce jour-là, le dernier des Mondiaux de Saint-Quentin, Baugé est habité. Son tournoi de vitesse se trouve presque immaculé. Seul Pervis lui a pris une manche en quart de finale. Pour le reste, c'est une démonstration pour un Baugé ému de triompher chez lui et devant les siens. "C'est la première fois qu'il y avait autant de gens de ma famille pour un titre, je suis très ému", confie Grégory Baugé.

Lafargue : "J’ai le souvenir des frissons de mon dernier sprint ici"

  • Coquard-Kneisky, à l'américaine
Course de 50 kilomètres, OVNI dans un monde de la piste où les formats sont plus courts, l'Américaine n'est pas propice à une ambiance de feu. Vérité que Bryan Coquard et Morgan Kneisky font mentir. Jamais, du début à la fin, les décibels chutent pour la dernière épreuve de ces Mondiaux. Le scénario, des Français devant au classement tôt dans la course, et un renversement de situation, la perte d'un tour par les Britanniques en fin d'épreuve, rendent la course dingue. Coquard et Kneisky embrassent la piste après leur titre et concluent magnifiquement une semaine magnifique pour le clan français (7 médailles, 5 titres). "Gagner devant notre public, c'est un sentiment incroyable" avoue Coquard.

Morgan Kneisky et Bryan Coquard en 2015

Crédit: Getty Images

Mondiaux 2022

  • Gros, un acte de naissance à point nommé
"Je 'devais' être championne du monde à 19 ou 20 ans (...) Tout arrive pour une bonne raison et, avec ces Mondiaux à la maison, je ne regrette pas du tout de n'avoir gagné mon titre 'que' à 23 ans." Mathilde Gros nous a ainsi raconté son sacre planétaire, quelques jours après s'être couronnée reine de la vitesse individuelle en 2022. Dans un vélodrome de Saint-Quentin-en-Yvelines emballé par ses sprints impressionnants et sa détermination prégnante, la tête d'affiche du sprint hexagonal a écarté de sa route les références Emma Hinze et Lea Sophie Friedrich, en demie puis en finale. Chapeau.

Mathilde Gros revit son sacre mondial : "Quand je vois mon père les larmes aux yeux…"

  • Kouamé à pleins poumons
Une Marseillaise pas comme les autres. Marie-Divine Kouamé ne l'a pas chantée. Elle l'a hurlée, déconcertante de spontanéité, au cœur d’un vélodrome national qu’elle venait d’éblouir d’un sacre-surprise. Championne du monde du 500 mètres, la Française de 20 ans était un grand espoir de la discipline… mais en une journée, elle a changé de dimension, collant une seconde à son record de France pour s’installer sur le toit de la planète. Quelques semaines plus tard, Kouamé découvre avec appétit l'UCI TCL. Pour enflammer encore la foule, elle devra cette fois briller en confrontation directe. Chiche !

"Ça vient des tripes" : l'incroyable Marseillaise à pleins poumons de Kouamé

  • Thomas, la clameur puis le titre avec Grondin
Cette année, Benjamin Thomas a glané deux médailles lors des Championnats du monde de "SQY" : une en argent et une en or. Et au niveau des émotions transmises aux spectateurs, c’est sa deuxième place lors de l’omnium qui se taille la part du lion. Certes dominé par Ethan Hayter, le coureur de Cofidis a signé un final du tonnerre pour sauter du 4e au 2e rang, grâce à un tour pris sur le peloton au buzzer. Son sacre avec Donavan Grondin lors de la Madison, le lendemain, a transpiré la maîtrise plus que l'exploit. Pas de scénario hitchcockien, mais sportivement, c'était encore plus fort.

Dernier tour haletant et public en feu : Thomas arrache l'argent sur l'omnium

UCI Track Champions League
Gros conclut en beauté : son ultime sprint gagnant
03/12/2022 À 22:37
UCI Track Champions League
Gros file en finale et s'adjuge la victoire au classement général
03/12/2022 À 21:43