La Belgique s'est donné un nouveau roi en la personne de Niels Albert, conquérant dans le championnat du monde de cyclo-cross disputé dimanche à Hoogerheide dans les Pays-Bas voisins. Le pays d'Albert II, qui domine le cyclo-cross depuis une bonne décennie, s'est trouvé aussi une équipe. Confrontée au danger Lars Boom (23 ans), le jeune Néerlandais qui avait dominé la course mondiale l'année passée, la sélection de Rudy De Bie s'est forgé un collectif, tant sur le terrain qu'en coulisses.

A en croire Sven Nys, le numéro un mondial maître d'oeuvre de l'opération, "c'est la première fois que l'équipe belge se comporte ainsi". Pour le bonheur d'Albert, un ancien champion du monde juniors (2004) et espoirs (2008) qui avait déclaré au début de l'hiver préférer la victoire de l'un de ses coéquipiers habituels de la formation BKCP -celle du nouveau champion du monde espoirs, l'Allemand Philipp Walsleben- plutôt que d'un autre Belge.

Cyclisme
Nys en favori
01/02/2009 À 05:00

Albert, qui a regretté ensuite ses propos, est devenu l'un des fers de lance de son équipe nationale. D'autant qu'il a pu aborder sans pression le rendez-vous mondial après une chute à l'entraînement le 16 novembre qui lui a gâché la majeure partie de sa saison hivernale. Touché à la rate (déchirure), il a dû passer cinq journées en soins intensifs et laisser le vélo de côté pendant deux semaines. "Je n'avais plus que le Championnat de Belgique et le Championnat du monde pour objectifs", a expliqué le jeune Flamand, qui fêtera jeudi son 23e anniversaire.

Les Français groupés

Devancé seulement par Nys dans son championnat national, Albert a pris les devants à Hoogerheide dès la fin du premier tour. Il n'a été menacé que par le seul Zdenek Stybar, le Tchèque parti en contre-attaque avec retard et pointé à 6 secondes à la fin du troisième tour. Mais Stybar, incapable d'effectuer la jonction devant un public en liesse, a dû se résigner à laisser un écart d'une vingtaine de secondes pour décrocher finalement la médaille d'argent, le métal déjà ramené l'année passée, au terme des dix tours.

Derrière le duo, deux Belges, déjà titrés par le passé, se sont dégagés dans les derniers tours. Sven Nys pour obtenir une nouvelle médaille de bronze, la quatrième de sa carrière depuis 2000. Bart Wellens pour la quatrième place, avant que le champion de France Francis Mourey n'enlève le sprint d'un premier petit peloton à près d'une minute et demie d'Albert. "J'avais la force mais je manquais de nervosité", a expliqué Mourey, en tête d'une équipe de France représentée par trois coureurs dans ce groupe (Chainel 9e, Lopez 14e). Soit un résultat d'ensemble supérieur à celui des Pays-Bas, décevants dans la course élite à l'image de Lars Boom (20e), dans un mauvais jour, quelques heures après la victoire de Marianne Vos chez les dames.

DECLARATIONS

Francis Mourey (FRA), 5e: "Je manquais de nervosité. J'avais la force mais je n'arrivais pas à me placer dans le groupe. Quand Nys est sorti, j'étais mal placé. Après, sur l'attaque de Wellens, j'ai dû changer de vélo. Cinquième, c'est une place que beaucoup aimeraient avoir. Je suis satisfait de ma saison, elle est réussie. Je suis depuis plusieurs années dans les premiers mondiaux."

Steve Chainel (FRA), 9e: "J'étais très bien physiquement alors que je craignais d'être en-dessous sur ce plan. J'étais beaucoup moins bien techniquement. J'avais les doigts gelés, j'avais du mal à changer les vitesses. J'ai fait ce que j'espérais, même si on est encore loin par rapport aux mobylettes qui sont devant. Le mental ne m'a pas fait défaut cette fois. J'ai tenté d'y aller quand Albert a démarré. Mais j'ai préféré me relever pour ne pas me mettre dans le rouge."

Jonathan Lopez (FRA), 14e: "Je savais que je serais bien mais pas à ce point-là ! Dommage que je sois parti de loin, je n'ai fait que remonter dans les premiers tours. Ensuite, j'ai travaillé pour Francis (Mourey). Pour mon premier championnat du monde en élite, je suis content. Je reste au VC La Pomme Marseille. Mon but est de passer pro."

Nicolas Bazin (FRA), 24e: "Dans les premiers tours, ça allait très vite. J'ai réussi à prendre le groupe dans lequel il y avait Vervecken. Je me suis accroché comme j'ai pu et j'ai tenu jusqu'à l'arrivée."

Tour d'Algarve
Coronavirus oblige, l'épreuve n'aura pas lieu fin février et pourrait être reportée en mai
HIER À 15:32
Tokyo 2020
Valverde, la dernière saison avant la retraite : "Les JO sont l'objectif"
HIER À 14:09