Eurosport

Stefan Küng (BMC) gagne la 2e étape du BinckBank Tour devant Victor Campenaerts (Lotto Soudal)

Küng survole le chrono et prend le maillot

Le 14/08/2018 à 16:44Mis à jour Le 14/08/2018 à 22:23

BINCKBANK TOUR - Stefan Küng (BMC) a remporté mardi la 2e étape, un contre-la-montre de 12,7 km autour de Venray, prenant par la même occasion la tête du classement général, au détriment du vainqueur de la veille, Fabio Jakobsen (Quick-Step, 101e). Le Suisse de 24 ans s'est imposé avec 14 secondes d'avance sur Victor Campenaerts (Lotto Soudal, 2e) et 15 sur Soren Kragh Andersen (Sunweb, 3e).

Mercredi dernier, il avait déçu. Cette fois-ci, il a impressionné. Stefan Küng, "modeste" 7e du contre-la-montre des Championnats européens il y a six jours, a écrasé la concurrence ce mardi lors de la 2e étape du BinckBank Tour, un chrono de 12,7 km autour de Venray (Pays-Bas).

Le Suisse de la BMC a nettement dominé le champion d'Europe de la spécialité Victor Campenaerts (Lotto Soudal, 2e à 14") et deux coureurs de la Sunweb (Soren Kragh Andersen, 3e, et Michael Matthews, 4e, à 15"). Küng dépossède ainsi Fabio Jakobsen (Quick-Step, 101e à 1'25") du maillot de leader. Un maillot qu'il pourrait bien conserver (au moins) jusqu'aux étapes exigeantes de ce week-end.

Vidéo - Küng a signé un contre-la-montre de très haut niveau : son succès en vidéo

01:30

Küng, futur coureur de la Groupama-FDJ, ne se retrouve pas dans une situation inconnue. L'an passé, il avait déjà remporté le chrono du BinckBank Tour et pris à cette occasion la tête du classement général dès le deuxième jour de course. Le contre-la-montre était plus court (9 km), son succès moins large (4 secondes sur Maciej Bodnar, 5 sur Tom Dumoulin, futur vainqueur) et il avait rapidement troqué son costume de leader du général pour celui d'équipier de Greg Van Avermaet (finalement 4e). En sera-t-il de même cette année ? Le champion olympique a limité la casse (26e, à 36"), comme les autres favoris que sont Tim Wellens (titré en 2014 et 2015) et Niki Terpstra (lauréat 2016), qui ont concédé 31 secondes à Küng.

L'étape de mercredi semble propice à une explication entre sprinteurs, alors que dimanche, notamment, le dernier acte devrait permettre aux classicmen de se mettre en valeur, s'achevant à Grammont après plusieurs passages du fameux Mur.

0
0