Sonny Colbrelli est champion d’Europe de cyclisme en ligne, devant Remco Evenepoel et le si prometteur Benoit Cosnefroy. Les autres médailles d’or sont allées au Suisse Stefan Küng contre-la-montre, au Belge Thibau Nys chez les Espoirs, à la Néerlandaise Ellen van Dijk chez les femmes et au Français Romain Grégoire chez les Juniors. Pourtant, entre le maillot distinctif des championnats nationaux et le maillot arc-en-ciel du titre mondial, le maillot blanc avec rayures bleues et trois étoiles dorées a du mal à se faire une place au soleil du peloton. Ce n’est pas spontanément celui qu’on cherche ni celui qu’on identifie quand on est sur le bord des routes.
Il faut dire qu’en 2016, pour la première édition des professionnels, Peter Sagan ne lui avait pas rendu service. Il était devenu champion d’Europe alors qu’il était déjà champion du monde et qu’il allait le rester deux années encore. Alors que sa Slovaquie natale avait rejoint l’Union européenne douze ans plus tôt avec d’autres pays de l’Est, Peter Sagan réserva son maillot européen au podium. On l’y voit d’ailleurs avec ses cheveux longs de l’époque, entre un Julian Alaphilippe (2e) tout jeunot, et l’Espagnol Daniel Moreno (3e). Puis c’est le maillot arc-en-ciel, tellement plus prestigieux, qu’il revêtit pour aller gagner notamment le Grand prix de Québec ou Kuurne-Bruxelles-Kuurne.

Sagan, premier vainqueur, jamais porteur du maillot

Championnats d'Europe
Colbrelli, le sprinteur devenu tout... sauf sprinteur
12/09/2021 À 18:32
Dans son livre, Mon monde, Peter Sagan écrit d’ailleurs : "Le maillot était sympa, blanc avec trois bandes bleues, de la plus claire à la plus foncée, parsemée de quelques étoiles jaunes. Allez voir sur Google et vous me verrez le porter pendant trente secondes. Les seules trente secondes où l’on me voit le porter…". Un peu plus loin, de façon assez inattendue de la part d’un champion peu disert dans les interviewes ("I do my best", "Why so serious ?") il se fait l’avocat de l’idée européenne : "Je suis impatient, écrit-il dans le chapitre consacré à la Slovaquie, d’entendre un ami britannique m’expliquer pourquoi sortir de l’Europe est une si brillante idée. Et cela fait un petit moment que j’attends..."

Peter Sagan, champion d'Europe 2016

Crédit: Getty Images

En dehors de ce problème de maillot et du vote des Britanniques favorables au Brexit le 23 juin, ce championnat d’Europe était né sous de mauvais auspices. Il devait se dérouler à Nice. Mais la ville, martyrisée par l’attentat du 14 juillet 2016 et ses 86 morts, renonça naturellement et passa le relais à Plumelec, en Bretagne. Nice ne lui aurait peut-être pas davantage porté bonheur tant le Traité européen, signé à Nice en 2001 après d’interminables palabres, n’a pas laissé que de bons souvenirs, remplacé plus tard par le Traité de Lisbonne après les péripéties référendaires. Jacques Chirac et Lionel Jospin, qui couraient sous des maillots distinctifs le reste de l’année, s’étaient retrouvés un peu seuls face aux autres chefs de gouvernement de l’Union européenne pour représenter la France et réfléchir à la réforme des institutions.
Quelle est d’ailleurs l’Europe du championnat cycliste ? Celle des vingt-six ? Non, celle des trente-six (au moins) avec cette année des coureurs venus de Russie, d’Ukraine, d’Albanie, d’Azerbaïdjan, de Monaco, de Macédoine du nord, d’Israël, de Moldavie, d’Islande et de Biélorussie. En gros, une Europe qui n’a pas grand-chose à voir avec la politique et à peine davantage avec la géographie, sauf à l’imaginer qu’elle s’étend "de l’Atlantique à l’Oural", comme disait un général célèbre, et à lui adjoindre Israël, voire la Turquie.

Colbrelli ne doit surtout pas être champion du monde

Heureusement pour eux, les coureurs européens de pays non-membres de l’UE peuvent se glisser sur les podiums et ils ne s’en privent pas, tels Alexander Kristoff (Norvège) médaille d’or en 2017 ; Stefan Küng, médaille d’or contre-la-montre en 2020 et 2021 pour la Suisse ; ou Soren Waerenskjold, médaille d’argent espoirs en 2021 pour la Norvège. Il y a eu bien sûr, certaines années, des Britanniques dans le peloton. Mais oublions un moment le Brexit pour ne pas fâcher Sagan !

La France et Evenepoel ont tout tenté mais Colbrelli était trop fort : les temps forts de l'épreuve

Au classement général des médailles, toutes catégories confondues, l’Italie écrase la concurrence (19 médailles dont 8 en or) devant la Belgique, la Suisse et la France. Après Sagan et Kristoff, le maillot européen a été porté par des coureurs venant des "pays fondateurs" à la fois du cyclisme et de l’Union européenne : avant Sonny Colbrelli, Matteo Trentin (vainqueur en 2018 devant Van der Poel et Van Aert !), Elia Viviani et Giacomo Nizzolo, vainqueur en 2020 devant un couple franco-allemand, Arnaud Demare et Pascal Ackermann, Belges et Néerlandais complétant souvent le podium.
Dans un cyclisme qui aime tant les photos en noir et blanc et les légendes écrites par l’histoire et par le temps, il faudra quelques années au maillot européen pour s’imposer dans l’imaginaire des spectateurs. Comme l’Union européenne, la course connaîtra des hauts et des bas. Dans les "hauts", on comptera le cru 2021, à condition que Sonny Colbrelli fasse honneur à son maillot étoilé … et ne devienne pas champion du monde !
Championnats d'Europe
Cosnefroy : "Je suis à mon niveau, je ne pouvais pas donner plus"
12/09/2021 À 16:08
Championnats d'Europe
La France et Evenepoel ont tout tenté mais Colbrelli était trop fort : les temps forts de l'épreuve
12/09/2021 À 15:48