Getty Images

Une course folle et un sprint improbable : Barguil, champion de France du panache

Une course folle et un sprint improbable : Barguil, champion de France du panache

Le 30/06/2019 à 16:43Mis à jour Le 30/06/2019 à 17:23

CHAMPIONNATS DE FRANCE - Quel scénario incroyable et quel champion de France magnifique ! Pour la première fois de sa carrière, Warren Barguil (Arkéa-Samsic) a été sacré champion de France ce dimanche à la Haye-Fouassière après un sprint final entre les compagnons d'échappée. Le Breton devance Julien Simon et Damien Touzé. Il succède à Anthony Roux et portera le maillot tricolore sur le Tour.

Warren Barguil retrouve la lumière, et de quelle manière ! Dans l’ombre depuis deux ans, le coureur breton a remporté la course en ligne des championnats de France, qui s’est déroulée ce dimanche autour de La Haye-Fouassière (252 km). Membre de l’échappée matinale, le grimpeur de l’équipe Arkéa-Samsic a résisté aux nombreuses attaques dans le final et s’est imposé dans un sprint en petit comité. Julien Simon et Damien Touzé (Cofidis) complètent le podium, dont la Groupama-FDJ est absente pour la première fois depuis 2015.

Le circuit très vallonné a permis à une échappée de 37 coureurs de se constituer assez rapidement. Warren Barguil (Arkéa-Samsic), Pierre Latour (AG2R La Mondiale), Guillaume Martin (Wanty-Gobert) ou encore Pierre Rolland (Vital Concept) y figuraient. D’abord plutôt calme, la course a pris une autre dimension à cinq tours de l’arrivée, lorsque les hommes de la Groupama-FDJ ont durci le rythme aux avant-postes. Le groupe de tête s’est retrouvé réduit à 23 éléments et son avance s’est stabilisée au-delà des trois minutes. Une marge loin d’être inintéressante, surtout à cinquante kilomètres de l’arrivée.

Vidéo - Des grimaces avant un sprint royal : Barguil a surgi de nulle part pour gagner

02:40

Pinot a fait beaucoup d'efforts... en vain

La formation de Marc Madiot était alors entre deux eaux : fallait-il laisser une chance aux trois éléments encore présents dans l’échappée (Valentin Madouas, David Gaudu et Benjamin Thomas) ou accélérer le tempo dans le peloton afin d’abattre la carte Arnaud Démare ? Peu perturbé par ce choix cornélien, Thibaut Pinot a tenté sa chance en contre à deux reprises. Le Franc-Comtois était apparemment en très grande forme, mais ses différentes offensives n’ont pas porté leurs fruits.

Pendant que le peloton tergiversait et que Pinot s’époumonait en vain, les hommes de tête ont réussi à maintenir une avance suffisante pour jouer la gagne. Valentin Madouas a tout tenté dans le dernier tour, sans pour autant parvenir à lâcher ses compagnons d’échappée. Sous la flamme rouge, Guillaume Martin a porté une attaque qui a semblé être décisive. Mais le grimpeur de Wanty-Gobert a été repris à quelques centaines de mètres de la ligne d’arrivée. Une ligne que Barguil, qui a mis le coup de rein nécessaire, a coupé en premier.

Deux ans après, Barguil lève de nouveau les bras

Peu à son avantage depuis l’été 2017 et ses deux retentissantes victoires d’étape sur le Tour de France, “Wawa” a décroché un succès qui lui fera sans doute un bien fou au moral. C’est donc paré du maillot bleu-blanc-rouge que le natif d’Hennebont arpentera les routes de la Grande Boucle à partir de samedi prochain. Forcément déçus d’être passés si près du titre, Julien Simon et Damien Touzé (Cofidis) ont complété le podium. Malgré ses 21 coureurs sur la ligne de départ, la Groupama-FDJ voit ainsi la couronne nationale lui filer entre les mains pour la première fois depuis 2015.

Vidéo - Barguil : "Ce maillot n'efface pas toutes les critiques que j'ai reçues"

02:32

0
0