Le couperet va tomber. Tranquilles depuis 2020, les équipes World Tour, soit la première division, remettent leurs licences en jeu en 2022. Celles-ci avaient été attribuées par l'Union cycliste internationale (UCI) pour trois ans sur la foi des résultats entre 2017 et 2019. Même donne cette fois avec la période 2020-2022. Certains, dont Cofidis et Lotto-Soudal, en difficulté ces deux dernières saisons, sont en danger et pourraient bien voir Alpecin-Fenix et Arkéa-Samsic leur chiper un sésame qui revêt une extrême importance.
Suivez une année complète de sport et d’événements sur Eurosport pour 69,99 euros !
Appartenir au World Tour, c'est l'assurance de participer aux plus grandes courses du monde. Nul besoin d'une invitation pour le Tour de France et aucun risque de se faire passer devant par une équipe locale sur la Vuelta ou le Tour des Flandres. C'est bien sûr aussi un argument de poids au moment du recrutement. Avant l'ajout de Cofidis début 2020, dix-huit équipes le formaient. Avec le retrait de Qhubeka fin 2021, la première division est revenue à ce chiffre. La ligne de flottaison se situe donc à ce niveau.
Tour de Burgos
Kopecky a laissé tout le monde sur place
IL Y A UNE HEURE

Pour Cofidis, la relégation est une vraie menace

Pour conserver leur place, les équipes World Tour devront donc figurer parmi les 18 meilleures au total des points sur la période 2020-2022. Si ce n'est pas le cas, cela voudra dire qu'une formation Pro Tour, la deuxième division, s'est invitée à la fête et grimpera d'une classe dans la hiérarchie pour la saison 2023. La réforme voulue par le Président de l'UCI, David Lappartient, lisse les résultats sur trois ans. Et à ce jeu-là, certains sont déjà en danger. Au début de la saison 2022, deux équipes du World Tour figurent aux 19e et 20e places : Cofidis et Lotto-Soudal. La première paye, entre autres, l'échec du projet Elia Viviani (7 succès, tous en 2021 et aucun en World Tour). La seconde regrette la blessure de Caleb Ewan en début de Tour 2021 (4e étape).
Classement sur la période 2020-2022
1. Quick-Step Alpha Vinyl25 417 pts
2. Jumbo-Visma22 888
3. Ineos-Grenadiers22 726
4. UAE Team Emirates20 879
5. Bahrain-Victorious15 115
6. Bora-Hansgrohe14 960
7. Trek Segafredo13 184
8. Astana Qazaqstan13 081
9. Alpecin-Fénix13 039
10. Groupama-FDJ12 358
11. Team DSM11 469
12. EF Education - Easyspot10 939
13. AG2R - Citroën10 779
14. Team Bike Exchange Jayco9 722
15. Movistar9 609
16. Israel Premier Tech9 062
17. Arkéa-Samsic8 697
18. Intermarché Wanty Gobert8 349
19. Cofidis8 287
20. Lotto-Soudam7 935
21. Total Energies4 610
Autant le dire tout de suite : il y aura au moins un changement dans le World Tour en 2023. Avec ses 13 039 points et sa 9e place, l'Alpecin-Fénix (formation de 2e division) de Mathieu van der Poel dispose d'une avance très confortable sur la concurrence. Pour Arkéa-Samsic, 17e avec 8 697 points, il faudra se battre et compter sur un grand Nairo Quintana, pas encore au niveau attendu. Même avec Peter Sagan, le coup sera en revanche dur à jouer pour Total-Energie qui compte près de 4 000 points de retard, soit quasiment l'équivalent de son pécule actuel, sur Intermarché Wanty Gobert, 18e au classement sur trois ans.
Reste que de Lotto-Soudal 20e au Team Bike Exchange Jayco 14e, il y a moins de 2 000 points. Il faudrait une catastrophe pour voir l'équipe australienne, tout comme Movistar (15e) descendre dans la zone rouge mais ces deux formations, comme Israel Premier Tech (16e), doivent engranger tous les points qui se présenteront. C'est pourquoi la saison 2022 sera particulière.

C’est la reprise : voici les maillots des équipes World Tour pour la saison 2022

Le Tour de France, énorme pourvoyeur de points

Personne ne voudra perdre sa licence World Tour parce qu'il a "craché" sur une place d'honneur sur les plus grandes courses du calendrier. Pour ce classement, toutes les courses du calendrier sont prises en compte mais les épreuves World Tour rapportent évidemment bien plus. La plus importante d'entre elles, le Tour de France, trônant au sommet de la hiérarchie. Une 10e place au général sur la Grande Boucle vaut pratiquement un succès sur une course dite Pro Series, comme le Tour des Alpes, Milan-Turin ou encore Kuurne-Bruxelles-Kuurne (175 contre 200 pts).
Vous l'aurez compris, la chasse aux places d'honneur va faire rage et il ne faudra pas s'étonner de voir Arkéa et les autres rouler derrière une échappée et ainsi sauver un accessit sur le Tour de France. Sur les grands tours, on peut imaginer, et sans doute regretter, que cette chasse aux points va conduire à une moindre prise de risque. Sur les autres courses, notamment celle d'un jour, certains pourraient, on l'espère, être tentés de provoquer des courses de mouvement pour créer d'énormes surprises très rentables. C'est à ce prix que les portes du World Tour s'ouvriront en 2023.

Thomas : "Je ne signe pas à Cofidis juste pour briller à Bessèges ou au Poitou-Charentes"

Giro
Alpecin-Fenix a eu tout bon, Démare conforte son maillot, Kelderman se replace
IL Y A 4 HEURES
Giro
Oldani : "La présence de Mathieu Van Der Poel a été cruciale"
IL Y A 4 HEURES