Getty Images

Julian Alaphilippe remporte la 4e étape, Gianni Moscon nouveau maillot jaune

Alaphilippe a réglé les cadors au sommet, Moscon se pare de jaune

Le 07/06/2018 à 16:31Mis à jour Le 07/06/2018 à 17:16

DAUPHINE - Julian Alaphilippe (Quick Step) s'est offert jeudi la 4e étape du Dauphiné à l'occasion de la première arrivée en altitude à Lans-en-Vercors. Le Français a devancé trois favoris au sprint, Dan Martin (UAE Team Emirates), Geraint Thomas (Sky) et Romain Bardet (AG2R La Mondiale). Michal Kwiatkowski cède lui son maillot jaune de leader à son coéquipier Gianni Moscon.

Il la voulait, Julian Alapahilippe l’a fait ! Plus fort que les autres dans le final de cette 4e étape qui lui correspondait tant, le Français de la Quick-Step Floors s’est facilement imposé à Lans-en-Vercors. Il a devancé au sprint Dan Martin (UAE Team Emirates), Geraint Thomas (Sky) et Romain Bardet (AG2R La Mondiale) pour signer sa cinquième victoire de la saison. S’il a fallu attendre le dernier kilomètre pour voir les favoris bouger, Michal Kwiatkowski (Sky) a craqué dans le final et perd son maillot de leader, désormais sur les épaules de son coéquipier Gianni Moscon.

On a longtemps pensé que les favoris repousseraient l’explication à un autre jour, après l’attentisme général dans l’ascension inédite du Mont Noir (17km à 7%). Mais, avec un sommet à quasi 40km de l’arrivée, le géant du Vercors était surtout trop loin pour tenter de mettre en danger l’armada de la Sky, impressionnante dans le sillage du travail de Castroviejo et Geoghegan Hart. Du coup, l’échappée en a profité pour croire à la victoire. Enfin, surtout Dario Cataldo.

52km/h dans la première heure

Il faut dire que tout semblait aller dans ce sens. L’échappée avait énormément eu de difficultés à se former en début d’étape, pas aidée par le rythme endiablé des deux premières heures de course, parcourues à 48km/h de moyenne (52 dans la première !). Et, lorsqu’un groupe de huit coureurs a fini par sortir à 100km de l’arrivée, l’absence de grimpeurs semblait le condamner. C’était oublier Dario Cataldo.

Le coureur d’Astana, très fort, s’est d’abord isolé dans les derniers kilomètres de l’ascension du Mont Noir avant de profiter d’un orage dans la descente pour prendre 3’30’’ d’avance sur le peloton. Rien ne semblait alors pouvoir le priver d’un premier succès cette saison. D’autant que l’Italien est loin d’être un mauvais grimpeur, comme sa victoire au Cuitu Neigru sur la Vuelta 2012 le rappelle. Mais Cataldo n’était pas assez loin au général (2’15’’) et la Sky a roulé pour réduire l’écart.

Thomas, carte majeure de la Sky

AG2R La Mondiale en a fait de même, bien décidé à tester une première fois la Sky et tous les autres leaders. Mais c’est bien la formation britannique qui a durci l’allure lors des trois premiers kilomètres de l’ascension (4,8km à 7,5%) vers Lans-en-Vercors, avec un énorme travail de Tao Geoghegan Hart. Et le premier leader à en souffrir a été le maillot jaune en personne, Michal Kwiatkowski. Le Polonais a fini par céder à 1,5km de la ligne, à la suite d’une nouvelle accélération des AG2R La Mondiale. Il perdra 17’’ sur la ligne, toujours moins qu’un Vincenzo Nibali (Bahrain-Merida) en difficulté et repoussé ce jeudi à 32’’.

Mais c’est bien Dan Martin (UAE Team Emirates) qui a définitivement condamné les efforts de Cataldo, repris par l’attaque de l’Irlandais à 300m de l’arrivée. En puncheur, le 6e du Tour 2017 a mis à mal bon nombre de leaders. Mais pas Thomas, clairement leader de la Sky désormais, ni Bardet, ni – surtout – Alaphilippe. Facile, le Français de la Quick-Step Floors a déboîté l’Irlandais à 150m de la ligne pour s’offrir un cinquième succès de la saison. Désormais 4e à 48’’ du nouveau leader, Gianni Moscon, Alaph’ ne dit rien espérer au général, au contraire de Bardet (9e, + 1’41’’). Vu sa forme, le leader d’AG2R La Mondiale aurait tort de ne pas y croire.

0
0