Wout van Aert lance ce Critérium du Dauphiné. Ce dimanche, le champion de Belgique a remporté, au sprint, la première étape de cette 74e édition, après 191,8 kilomètres entre La Voulte-sur-Rhône et Beauchastel. A l'arrivée, le pensionnaire de la formation Jumbo-Visma devance le Britannique Ethan Hayter (Ineos Grenadiers) et l'Américain Sean Quinn (EF Education-EasyPost). Meilleur Français du jour, Hugo Page (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) prend une belle quatrième place. De son côté, Van Aert en profite ainsi également pour s'emparer du maillot jaune de leader du classement général de cette épreuve.
Cette étape vallonnée, disputée exclusivement dans le département de l'Ardèche, n'avait pas tardé avant de s'animer. Et dès le défilé, l'Espagnol Imanol Erviti (Movistar) avait alors dû se faire examiner par le service médical de la course, après avoir chuté. Une chute qui a même entraîné son abandon quelques kilomètres plus tard. Malgré de traditionnelles attaques dès les premiers kilomètres, le peloton s'est présenté groupé au moment d'aborder la première difficulté de la journée, la montée du col de Leyrisse, classée en deuxième catégorie et longue de 10 kilomètres à 4,2 % de pente moyenne. Dans cette montée, le peloton n'a laissé personne s'échapper.
Critérium du Dauphiné
Gaudu qui rit, Gaudu qui pleure
14/06/2022 À 08:16

Rolland, premier leader de la montagne

Mais à force d'insister, le Français Pierre Rolland (B&B Hotels p/b KTM), coureur le plus expérimenté du peloton avec treize participations à l'épreuve, a fini par obtenir son bon de sortie. Avant d'être rejoint par son compatriote Maxime Bouet (Arkéa-Samsic), parti en contre-attaque, en compagnie du Belge Laurens Huys (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux). Avant la jonction entre les trois hommes, effectuée après le sommet, le peloton avait alors déjà ralenti. L'écart n'a ensuite cessé d'augmenter, mais il n'a finalement pas dépassé les 3'10'', pour se stabiliser autour des 2' pendant une grande partie de la course. Car le peloton avait visiblement déjà en tête l'arrivée, promise à un sprinteur.

Pierre Rolland (B&B Hotels-KTM), Maxime Bouet (Arkea-Samsic) et Laurens Huys (Intermarché Wanty Gobert)

Crédit: Getty Images

Et c'est bien dans cette optique-là qu'en tête de celui-ci, la formation australienne Bike Exchange-Jayco, dans laquelle évolue un certain Dylan Groenewegen, avait pris les choses en main, en plaçant deux de ses hommes puis l'ensemble de son effectif, en compagnie d'un coureur de la Jumbo-Visma. Devant, les hommes de tête ont résisté le plus possible, passant même ensemble au sommet de la côte des Baraques, classée en troisième catégorie et longue de 3,4 kilomètres à 6,6 % de pente moyenne et de la côte du Chambon de Bavas, classée en troisième catégorie et longue de 4,7 kilomètres à 5,2% de pente moyenne. Une dernière côte franchie à deux reprises, dans le mesure où le parcours de cette première étape était composé de deux boucles, avec un premier passage sur la ligne d'arrivée, du côté de Beauchastel, au 62e kilomètre et après 129 kilomètres d'effort.
Au tout début de l'ultime ascension, la formation Trek-Segafredo, menée par ses Français Julien Bernard et Kenny Elissonde, a dynamité le peloton, qui a perdu des éléments, dont Dylan Groenewegen et Phil Bauhaus. Une grosse accélération, qui a également eu pour effet de réduire considérablement l'écart avec les hommes de tête. Si Maxime Bouet a été repris à 34,5 kilomètres de l'arrivée, Pierre Rolland et Laurens Huys ont tenté un dernier baroud d'honneur, avant de rendre les armes à environ 32 kilomètres. En passant en tête au sommet de l'ensemble des difficultés du jour, Pierre Rolland s'est consolé en enfilant également le maillot à pois de meilleur grimpeur, avec également le prix de la combativité. Une tunique que le Français a déjà remportée en 2008, lorsqu'il a découvert l'épreuve.

Groenewegen et plusieurs sprinteurs n'ont pas réussi à revenir

Alors que l'Allemand Simon Geschke (Cofidis) et le Belge Kobe Goossens (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux) sont ensuite sortis du peloton, le Danois Mikkel Honoré (Quick-Step Alpha-Vinyl) est également parti, avant d'être repris à 22,5 kilomètres, après une dizaine de kilomètres seul en tête. Sur la fin de cette étape, c'est l'équipe Ineos Grenadiers, emmenée par le Polonais Michal Kwiatkowski, qui a pris ses responsabilités, en tête du peloton, secondée, en toute fin de course, par Trek-Segafredo, Jumbo-Visma puis Quick-Step Alpha Vinyl. Un durcissement qui a entraîné une cassure au sein du peloton, avant que tout revienne ensuite à la normale.
Quant au groupe des sprinteurs, avec notamment Dylan Groenewegen, s'il s'est rapproché à environ trente secondes, il n'a donc jamais pu revenir. Si Rémi Cavagna a tenté une attaque, à 1,7 kilomètre de la ligne, le champion de France a finalement été repris sous la flamme rouge par Christophe Laporte, qui s'est sacrifié pour son coéquipier. Wout van Aert a ensuite pu lever les bras, pour son quatrième succès, dans sa carrière, sur cette épreuve. Dès ce lundi, le peloton se donne rendez-vous pour la deuxième étape, longue de 169,8 kilomètres et courue entre Saint-Péray et Brives-Charensac.
Critérium du Dauphiné
Préparation parfaite, sens de l’histoire et Wiggins 2012 : tous les voyants sont au vert pour Roglic
12/06/2022 À 22:54
Critérium du Dauphiné
Les RP : Vingegaard-Roglic, remake de Froome-Wiggins 2012 sur le prochain Tour ?
12/06/2022 À 16:39