Getty Images

Alaphilippe, patron malgré tout

Alaphilippe, patron malgré tout

Le 24/04/2019 à 20:00Mis à jour Le 25/04/2019 à 08:43

FLÈCHE WALLONNE - Si Julian Alaphilippe n'a fait que respecter la logique en l'emportant pour une deuxième année consécutive, rien ne lui a été épargné depuis son triomphe à Milan-San Remo il y a un mois. Une gastro et une chute sur le Tour du Pays Basque ont largement affecté sa préparation pour les Ardennaises. Mais le Français était malgré tout le patron ce mercredi. Bluffant.

Un an après sa première victoire sur la Flèche Wallonne, le doublé réalisé par Julian Alaphilippe répond à une logique implacable. Le Français, fort de son statut de numéro 1 mondial depuis sa victoire sur Milan-San Remo, s'avançait comme l'immense favori ce mercredi. Alors, pourquoi s'étonner de le voir encore en vainqueur à Huy ? Le résultat parait limpide comme une eau de source ardennaise. Mais vu la préparation chaotique du phénomène de Deceuninck-Quick Step, c'était loin d'être écrit d'avance.

Vidéo - Comment Alaphilippe a dompté le Mur de Huy et Fuglsang : son arrivée triomphale en vidéo

02:46

L'art de rebondir est depuis toujours une spécialité chez Alaphilippe. Et le dernier mois qui s'est écoulé a montré une nouvelle fois à quel point il savait se relever des cours durs, faire fi des imprévus pour remplir ses objectifs. Après son triomphe sur la Primavera, qui marquait la fin d'un premier cycle aussi chargé que réussi (7 victoires en 22 jours de course), le Montluçonnais s'est logiquement reposé pendant quelques jours. Il devait ensuite démarrer sa préparation pour les Ardennaises, avec quelques séances de lactique au programme, chose qu'il n'avait apparemment pas encore travaillé depuis le début de l'hiver. Las, une bonne gastro l'a finalement conduit à faire l'impasse sur ce travail spécifique, se contenant d'une semaine "correcte" d'entraînement avant de reprendre sur le Tour du Pays Basque.

Le spectre de 2017 avait ressurgi

"J'espère avoir de la fraîcheur mais je n'aurai pas une condition optimale" confiait-il à L'Equipe avant l'épreuve espagnole. Malgré tout, il a été un acteur majeur sur les deux premières étapes de la course World Tour (4e du chrono puis vainqueur d'un sprint en côte). Vraiment épatant pour une reprise dans ces conditions. Mais une chute l'a de nouveau coupé dans son élan lors de la 3e étape. Tombé à 60km/h, il était reparti après de longues minutes restées au sol. Mais le lendemain, pas de trace d'Alaphilippe au départ. Très inquiet, le Français avait préféré filer en Belgique pour passer des examens et se reposer.

Vidéo - L'énorme chute qui a mis Alaphilippe, Kwiatkowski et Thomas à terre

02:04

On était alors à deux semaines de la Flèche Wallonne, et le spectre de 2017 resurgissait. Il y a deux ans, une chute sur le Tour du Pays Basque l'avait déjà privé des Ardennaises et du Tour de France. Le scénario allait-il se répéter ? Heureusement pour lui, rien n'était cassé cette fois-ci. Il déplorait seulement un hématome intercostal qui l'empêchait de respirer correctement. Ce qui était déjà assez préoccupant avant d'aborder des objectifs aussi importants. Après trois jours sans vélo et trois autres d'entraînement, il a repris sur la Flèche Brabançonne et enchaîné sur l'Amstel Gold Race. Si Mathieu Van der Poel l'a frustré à chaque fois, Julian Alaphilippe s'était rassuré. Au point même d'apparaître comme le grand favori de la Flèche Wallonne en l'absence d'adversaires de son calibre, l'équipe de Van der Poel n'étant pas invitée et Alejandro Valverde semblant sur le déclin.

Pas à son top, mais meilleur que le reste du monde

En s'imposant au Mur de Huy, Alaphilippe a donc simplement fait respecter son statut. Vu la difficulté rencontrée pour se défaire de Jakob Fuglsang, aussi fort soit le Danois ce printemps, et les circonstances de sa préparation, on peut penser que le Français n'était pas encore à 100% ce mercredi. Mais force est de constater que 90 ou 95 % d'un Alaphilippe actuel suffisent désormais à dominer le monde du cyclisme, même sur un effort aussi brutal que l'escalade du Mur de Huy. Après tout, c'est peut-être aussi à ça que l'on reconnait un numéro 1 mondial.

En tout cas, le voilà comme le premier Français de l'histoire à remporter deux fois consécutivement la Flèche Wallonne. Sur la scène mondiale, seuls 4 coureurs avaient déjà réussi ce doublé : Marcel Kint (1943 à 1945), Ferdi Kubler (1951-1952), Moreno Argentin (1990-1991) et Alejandro Valverde (2014 à 2017). Si aucune nouvelle péripétie ne lui tombe dessus d'ici dimanche, il sera à nouveau le grand favori de Liège-Bastogne-Liège. Jamais Bernard Hinault, dernier Français vainqueur de la Doyenne en 1980, n'a semblé aussi près de connaitre son successeur.

Julian Alaphilippe l'emporte sur la Flèche Wallonne 2019 devant Jakob Fuglsang

Julian Alaphilippe l'emporte sur la Flèche Wallonne 2019 devant Jakob FuglsangGetty Images