La digestion est difficile au sein de l'équipe de Belgique. Malgré une équipe plus que solide et le grand favori, Wout Van Aert, dans ses rangs, la sélection de Sven Vanthourenhout a échoué dans sa quête du maillot arc-en-ciel à domicile. Julian Alaphilippe a réglé son compte à la concurrence pour conserver son titre, et la pilule passe mal chez nos voisins belges, qui se déchirent depuis dimanche par voie de presse interposée, critiquant la stratégie mise en place.
C'est Remco Evenepoel qui a allumé la première mèche. Dans l'émission Extra Time Koers, sur Sporza, le jeune coureur de l'équipe Deceuninck Quick Step a estimé que, s'il avait été utilisé différemment, il aurait pu l'emporter dimanche dernier. "J'avais les jambes pour", a-t-il estimé, alors que Van Aert, dans le final, a calé. Evenepoel s'était glissé dans une échappée très loin de l'arrivée avant de travailler pour son leader en fin de course, mais, ayant tout donné, il a dû se relever. "Ce que l'on attendait de moi n'était pas très clair", a-t-il ajouté.
Mondiaux sur route
La terreur Van der Breggen tire sa révérence avec émotion : "Cela m'a donné la chair de poule"
05/10/2021 À 16:57
Evenepoel aurait-il dû bénéficier lui aussi d'un statut protégé ? La question peut faire débat mais Wout Van Aert n'a goûté la sortie de son jeune compatriote ni sur le fond ni sur la forme et il l'a fait savoir à son tour en amont de Paris-Roubaix, qui se tient ce week-end. "Je m'attendais à ce qu'il y ait des critiques parce que nous n'avons pas gagné, mais je ne pense pas que ce soit malin que quelqu'un de l'équipe remette de l'huile sur le feu", a-t-il estimé.

Remco Evenepoel devant Wout Van Aert : l'échec belge va laisser des traces.

Crédit: Getty Images

C'est lui qui a choisi de bouger si tôt
D'après Van Aert, Evenepoel s'est montré plus prolixe devant la presse que lors du briefing de l'équipe : "Il est celui qui était en accord à la fois sur la sélection et sur la tactique. Donc je trouve bizarre d'effectuer un virage à 180° maintenant. Ça n'apporte rien." Et le puncheur de la Jumbo-Visma a visiblement du mal à encaisser ce coup, qu'il juge très bas. "Ça m'a brisé le cœur de ne pas pouvoir finir le travail et tout le monde était déçu dans l'équipe. Ça n'a pas été simple pour moi et maintenant, il y a ça (la déclaration d'Evenepoel) qui se rajoute par-dessus. C'est vraiment dommage", a-t-il regretté.
Surtout, Van Aert assure que personne n'avait demandé à Remco Evenepoel de partir à 180 kilomètres de l'arrivée. "Ce n'était pas du tout notre tactique en réalité, a poursuivi le quadruple vainqueur d'étape sur le dernier Tour de France. Remco est celui qui devait rester avec Jasper (Stuyven) et moi dans le final. C'est lui qui a choisi de bouger si tôt, alors que nous voulions courir plus défensivement. Donc ça m'ennuie. On ne pouvait pas rappeler Remco, il n'y avait pas d'oreillettes et le public faisait tellement de bruit qu'il était impossible de parler à quelqu'un trois places devant vous dans le peloton."
Au lieu du champagne dont rêvait toute la Belgique et Wout Van Aert en particulier, c'est le vinaigre qui se répand ces derniers jours. Cette désillusion et plus encore ces déclarations laisseront-elles des traces dans le groupe belge ou entre les deux hommes ? Au moins, WVA n'aura pas trop le temps de gamberger, avec Paris-Roubaix qui se profile dès dimanche. S'offrir l'Enfer du Nord serait pour lui le meilleur moyen de tourner la page.

"Je pense que Van Aert va gagner, il va vouloir sa revanche et ça va faire mal"

Mondiaux sur route
Alaphilippe, idole du plat pays : "Les Belges aiment Julian"
28/09/2021 À 12:00
Mondiaux sur route
Alaphilippe : "La plus belle victoire de ma carrière"
28/09/2021 À 06:47