Le roi du monde, c'est lui. Encore et toujours lui. Monumental, dimanche, à Louvain (belgique), Julian Alaphilippe a conservé son titre planétaire après une course mémorable, historique. Pas vraiment placé parmi les favoris, le Français a donc renversé tous les pronostics dans le pays où le cyclisme est roi. "Oui, sans être défaitiste, je m'étais préparé à perdre le maillot", a même confié "Alaf" ce mardi dans les colonnes de L'Equipe. Visiblement, même lui ne s'y attendait pas.
Je n'ai pas encore réalisé
"Est-ce la plus grande victoire de votre carrière ? Oui, quand même, a poursuivi le Français dans un long entretien. Beaucoup de mes victoires m'ont apporté beaucoup d'émotions, que ce soit sur le Tour, au Mondial, sur les classiques, ça a souvent une saveur particulière parce que j'y mets la manière et c'est important pour moi, mais celle-ci c'est quand même une des plus belles, si ce n'est la plus belle. En Belgique, pays du vélo, avec l'ambiance... Le parcours, je n'étais pas ultra favori, c'était encore une source de motivation supplémentaire pour moi. Mais je n'ai pas encore vraiment réalisé."
Mondiaux sur route
La terreur Van der Breggen tire sa révérence avec émotion : "Cela m'a donné la chair de poule"
05/10/2021 À 16:57

Alaphilippe au bout de l'effort : le résumé du deuxième sacre mondial du Français

Mais grâce à sa "motivation" et sa "faim", Alaphilippe a donc renversé des montagnes. S'il prenait le départ de ce Mondial, c'était tout simplement "pour le gagner", confie-t-il à L'Equipe, même s'il "n'allait pas le crier sur tous les toits". "On a tenu notre rang, sans trop en faire, mais à l'intérieur de moi, je me nourrissais de tout ça. Je savais que j'étais capable d'être là, d'être actif, d'être un élément important dans le final de la course."
Tout là-haut, sur un nuage avec son maillot arc-en-ciel, Julian Alaphilippe veut désormais "savourer" ce doublé historique. "Je suis plus dans cette optique-là, profiter, et le bilan de l'histoire du cyclisme, du sport, c'est génial, je suis super content, hyper fier de marquer l'histoire de mon sport, c'est des souvenirs à vie, mais je ne fais pas tout ça pour être dans les palmarès ou dans les records de je ne sais pas quoi", a-t-il prévenu, tout simplement "heureux" de "donner des émotions" aux gens. "Alaf", c'est aussi (et surtout) ça.

Sénéchal sur Alaphilippe : "Quand je l’ai vu attaquer… c’est lui qui m’a fait mal aujourd’hui"

Mondiaux sur route
Les Belges lavent leur linge sale après les Mondiaux : Van Aert répond à Evenepoel
01/10/2021 À 13:32
Mondiaux sur route
Alaphilippe, idole du plat pays : "Les Belges aiment Julian"
28/09/2021 À 12:00