Imago

Contador est-il injouable?

Contador est-il injouable?
Par Eurosport

Le 07/03/2009 à 14:00Mis à jour

Vainqueur des trois derniers grands Tours ces deux dernières années, Alberto Contador s'est imposé comme la nouvelle terreur du peloton. A l'aube de Paris-Nice, et alors qu'il n'a encore que 26 ans, la question se pose: l'Espagnol est-il intouchable dans les courses par étapes. Les avis divergnent.

Tour de France 2007. Giro 2008. Vuelta 2008. En l'espace de 14 mois, Alberto Contador est entré dans l'histoire du cyclisme en devenant le cinquième coureur à remporter les trois grands Tours du calendrier. Un exploit d'autant plus saisissant que l'Espagnol n'a encore que 26 ans. S'il continue d'évoluer sur ces hauteurs, il semble parti pour se construire un palmarès digne des plus grands, au moins en ce qui concerne les courses par étapes. Au point qu'on peut se demander si, aujourd'hui, quelqu'un dans le peloton est en mesure de contrarier durablement les ambitions du leader de l'équipe Astana dans ce type d'épreuves.

Les chiffres donnent une petite idée de la supériorité du Madrilène, qui a remporté les cinq dernières courses par étapes qu'il a disputées: Tour de Castille-Leon, Tour du Pays basque, Tour d'Italie et Tour d'Espagne en 2008, et le Tour d'Algarve il y a deux semaines. Depuis sa victoire dans Paris-Nice voilà tout juste deux ans, Contador a gagné huit des dix courses par étapes dont il a pris le départ. Impérial en montagne, rouleur très honnête même s'il ne fait pas partie des meilleurs spécialistes de l'effort solitaire, doté d'une grande faculté de récupération et disposant d'une équipe très compétitive pour l'entourer, il a toutes les cartes en main pour faire la loi.

Jacky Durand: "C'est la saison charnière"

Alors que Paris-Nice se profile, la concurrence doit-elle commencer à se résigner? Dans le milieu cycliste, les avis divergent. Carlos Sastre, son successeur au palmarès du Tour, assure qu'il ne partira jamais battu. "Il ne domine quand même pas comme le faisait Armstrong à sa grande époque. Bien sûr, il est très fort, mais il n'est certainement pas imbattable", juge son compatriote. "Il est un cran au-dessus, mais il n'est pas intouchable pour autant, tempère également Thomas Voeckler. Il y a d'autres cadors qui pourraient briller cette saison." C'est aussi l'opinion de Jacky Durand. "Il a encore des lacunes, estime le consultant d'Eurosport. En contre-la-montre, face à des très gros rouleurs, il peut vite perdre deux ou trois minutes. Tant qu'il n'aura pas progressé sensiblement dans cet exercice, il sera prenable, même s'il est très fort."

D'autres, en revanche, le situent clairement au-dessus de la mêlée. C'est le cas d'Emmanuel Hubert, le directeur sportif de la formation Agritubel. "Au niveau physique, j'ai vraiment du mal à lui trouver une faille. En fait, il fait vraiment figure d'épouvantail ", note ce dernier, tout en faisant un distinguo entre certaines courses: "Sur le Tour de France, il sera à mon avis imbattable même par son co-leader (NDLR: Lance Armstrong). En revanche, en début de saison, ce n'est pas dit qu'il soit aussi à son aise. Sur Paris-Nice, par exemple, la météo peut rentrer en ligne de compte avec des conditions souvent difficiles qui peuvent ne pas lui convenir et le mettent en difficulté".

David Moncoutié, qui l'a notamment côtoyé de près lors de la dernière Vuelta, fait lui aussi partie de ceux qui voient Contador régner sans partage. "Imbattable, peut-être pas. Mais c'est sûr que c'est un excellent coureur de courses par étapes. Il l'a démontré parce qu'à son âge avoir gagné le Tour, le Giro et la Vuelta, c'est une sacrée perf'. Il sait parfaitement gérer ses efforts sur plusieurs jours. On l'a rarement vu en défaillance et en plus il a une grosse équipe pour contrôler la course", explique le Lotois. Tout le monde est en tout cas d'accord sur un point: le temps presse. "Plus les années avancent, moins il semble friable", avance Emmanuel Hubert. "C'est la saison charnière pour Contador, et pour les autres. S'il écrase le Tour au mois de juillet, je pense qu'on va en prendre pour quelques années", conclut Jacky Durand. Une perspective effrayante pour la concurrence...

0
0