Getty Images

La Colombie à la fête : Martinez vainqueur, Bernal aux commandes

La Colombie à la fête : Martinez vainqueur, Bernal aux commandes

Le 16/03/2019 à 16:41Mis à jour Le 16/03/2019 à 17:38

PARIS - NICE - Jour de fête pour la Colombie ! Daniel Martinez (EF Education First) a remporté la 7e étape de Paris – Nice devant son compatriote Miguel Angel Lopez, samedi au col du Turini. Egan Bernal (Sky), lui, a pris les rênes du général aux dépens de son équipier Michal Kwiatkowski. Il devance Philippe Gilbert de 45 secondes.

Journée faste pour les Colombiens. Au terme d'une nouvelle échappée victorieuse, avec plus de trente coureurs à l'avant, Daniel Martinez (EF Education First) a remporté la 7e étape de Paris-Nice, au sommet du Col de Turini. Le champion de Colombie du contre-la-montre a devancé son compatriote Miguel Angel Lopez (Astana) et le Français Nicolas Edet (Cofidis).

Michal Kwiatkowski a lui craqué dans une montée du Turini où la Sky a dû imposer un énorme tempo pour sauver la tunique de leader, longtemps mise en danger par Philippe Gilbert, nouveau dauphin. Mais c'est un autre Colombien et un autre Sky, Egan Bernal, qui se pare du maillot jaune.

Lopez et Yates surpris

Après une semaine globalement plate mais marquée par de nombreuses bordures lié au vent, le peloton a connu une étape beaucoup plus tranquille et plus classique ce samedi avec un premier opus montagneux. Comme souvent le samedi sur la Course au Soleil, ils étaient nombreux à vouloir prendre l'échappée, dont on savait qu'elle avait de bonnes chances d'aller au bout. Et c'est finalement un groupe de 39 coureurs qui a pris les devants, ramené à 38 à mi-parcours après l'abandon sur chute de Matthias Frank (AG2R La Mondiale). Avec Philippe Gilbert comme plus gros danger au général, la Sky s'est longtemps désintéressée de l'échappée qui comptait plus de 6' d'avance au pied du Turini. Le moment choisi par les grimpeurs pour lancer la bagarre pour l'étape.

Passé en tête de toutes les ascensions jusque-là pour conforter son maillot de la montagne, Thomas De Gendt (Lotto-Soudal) a été l'un des premiers à se relever. Et, quand Simon Yates (Michelton-Scott), a porté sa première attaque, on a très vite retrouvé les cinq plus forts en tête. Avec le Britannique, on retrouvait logiquement Miguel Angel Lopez (Astana) mais aussi Daniel Martinez (EF Education-First), Nicolas Edet (Cofidis) et, un peu, Jonathan Hivert (Direct Energie). Semblant tantôt très fort, tantôt en panne de jambes, Yates et Lopez ont joué au chat et à la souris tout au long de 15km à 7,3% mais n'ont jamais réussi à creuser l'écart. Et ils ont fini par être puni. Attaquant à la flamme rouge, Martinez a surpris Yates avant de piéger Lopez au sprint pour s'offrir la première victoire de sa carrière en World Tour, à 22 ans.

Vidéo - L'arrivée de la 7e étape : Martinez, le démarrage fulgurant !

03:10

Quintana seul à suivre Bernal

Le peloton a lui longtemps vécu une journée tranquille. Mais la présence de Gilbert, à 2'01'' de Kwiatkowski au général ce matin, à l'avant a fini par obliger les Sky à durcir l'allure dans la montée de Turini. Et le tempo imposé par Geoghegan Hart, Henao et Sosa a très rapidement mis à mal les leaders. Tour à tour, Keldermann (Sunweb), Grosschartner (Bora-Hansgrohe), Luis Leon Sanchez (Astana) et Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step), tous dans le top 10 au général, ont lâché prise face à une allure qui a même fini par mettre à mal le maillot jaune en personne. Alors qu'il paraissait serein, Michal Kwiatkowski a fini par exploser à 4km de l'arrivée, en compagnie de Zakarin (Katusha-Alpecin). Une défaillance qui a changé les plans de la Sky, pas le scénario.

Le Polonais distancé, Sosa a encore plus accéléré l'allure pour permettre à Bernal de creuser l'écart sur la concurrence mais avant tout revenir sur un Gilbert encore leader virtuel à 1,5km de l'arrivée. Impressionnant, le Colombien a lâché tous les grimpeurs restants, à l'exception d'un Nairo Quintana toujours aussi costaud (Movistar). Arrivés à 53'' de Gilbert, les deux Colombiens réalisent les bonnes opérations au classement général. Le coureur de la Sky est le nouveau leader de Paris-Nice, à 24 heures de l'arrivée sur la Promenades des Anglais tandis que le grimpeur de la Movistar est 3e, à 46 secondes.

0
0