Getty Images

Bonifazio surprend son monde, Schachmann en contrôle

Bonifazio surprend son monde, Schachmann en contrôle

Le 12/03/2020 à 16:31Mis à jour Le 12/03/2020 à 17:00

PARIS-NICE - Niccolo Bonifazio était le plus rapide. L'Italien a remporté, jeudi, la 5e étape à la Côte-Saint-André au sprint devant Ivan Garcia Cortina et Peter Sagan. Le sprinter de la Total Direct Énergie et le peloton ont avalé Jan Tratnik qui filait vers la victoire dans le dernier kilomètre. Maximilian Schachmann (Bora-Hansgrohe) a conservé son maillot de leader au classement général.

Quel suspense ! Alors que Jan Tratnik (Bahrain-McLaren) filait vers l’arrivée et la victoire, le Slovène, présent dans l’échappée du jour, a été repris à quelques mètres de l’arrivée par une meute de sprinteurs lancée à ses trousses. C’est Niccolò Bonifazio (Total-Direct Energie), auteur d’un sprint puissant, qui est venu remporter au sprint la 5e étape de Paris-Nice jeudi, entre Gannat et la Côte-Saint-André (227 kilomètres).

L’Italien a devancé sur la ligne Ivan Garcia Cortina (Bahrain-McLaren) et Peter Sagan (Bora-Hansgrohe). Nacer Bouhanni (Arkéa-Samsic) et Hugo Hofstetter (Israel Start-Up Nation) ont complété le top 5. Avant ce final haletant, la journée avait vu Pascal Ackermann, Oliver Naesen et Michael Woods abandonner. Jamais inquiété, Maximilian Schachmann conserve lui son maillot jaune de leader.

Pourtant, cette journée calme, mais rapide, ne laissait pas augurer d’un final aussi tendu. Le quatuor d’échappée composé de Tratnik, Alexis Gougeard (AG2R La Mondiale), Ryan Mullen (Trek-Segafredo) et Anthony Turgis (Total-Direct Energie), a compté jusqu’à 7 minutes d’avance mais a été contrôlé à bonne distance par le peloton jusque dans le final.

Jungels et Tratnik secouent le peloton

A 14 kilomètres de l’arrivée, c’est Bob Jungels (Deceuninck-Quick Step) qui est venu désorganiser la poursuite de Cofidis, Lotto-Soudal et NTT Pro Cycling. Le Luxembourgeois s’est extirpé en compagnie de Jasper Stuyven (Trek-Segafredo), Kasper Asgreen (Deceuninck-Quick Step), Pello Bilbao (Bahrain-McLaren) et Nikias Arndt (Team Sunweb). Mais le groupe de contre, qui chassait les survivants Tratnik et Gougeard, n’a pas pu résister au retour du peloton.

Vidéo - Bonifazio et les sprinteurs ont coiffé Tratnik au poteau : les temps forts de la 5e étape

02:13

Le Slovène, a lui fait mieux que résister en solitaire. Il est venu échouer à quelques mètres de la ligne, avalé par Bonifazio et les bolides du peloton. Pour l’Italien, troisième sur les Champs-Elysées lors du dernier Tour de France, c’est la deuxième victoire de la saison après celle sur le Tour d’Arabie Saoudite début février.

Turgis fait sa moisson, Woods à la faute

La seule animation de la journée a résidé dans la lutte à distance pour la quête du maillot à pois. Passé en tête des quatre difficultés de la journée, Anthony Turgis est au final revenu à quatre points du leader, son coéquipier Jonathan Hivert, qui compte toujours 23 points.

Scénario moins heureux pour Michael Woods (EF Pro Cycling). Le grimpeur canadien a lourdement chuté dans un virage en descente et a été contraint à l’abandon. Il a rejoint Oliver Naesen (AG2R La Mondiale), Pascal Ackermann (Bora-Hansgrohe), Frederik Backaert (B&B Hôtels - Vital Concept) et enfin Diego Rosa (Arkéa-Samsic) parmi ceux qui ont jeté l’éponge jeudi.

Tejay van Garderen (EF Pro Cycling) n’avait lui carrément pas pris le départ ce matin, par précaution après l'annonce par Donald Trump de la suspension des voyages depuis l'Europe vers les USA. Vendredi, les puncheurs devraient être à l’honneur entre Sorges et Apt. On pourrait donc à nouveau voir le maillot jaune Schachmann à l’avant. Avec Alaphilippe ?