Getty Images

Avec quatre Monuments différents, Gilbert change encore de dimension

Avec quatre Monuments différents, Gilbert change encore de dimension

Le 14/04/2019 à 19:01Mis à jour Le 14/04/2019 à 20:00

PARIS-ROUBAIX - Philippe Gilbert est bien le "Monsieur Classiques" de l'ère actuelle. Le Belge, en triomphant sur le vélodrome nordiste, dimanche, a accroché à son palmarès un 4e Monument différent. Du jamais vu dans le peloton depuis les années 80. C'est dire l'ampleur de l'exploit accompli par le Liégeois.

Le XXIe siècle regorge de champions qui ont marqué de leur empreinte les classiques. Ou certaines classiques. Comme Alejandro Valverde, quadruple vainqueur de Liège-Bastogne-Liège (2006, 2008, 2015, 2017), mais qui n'a jamais triomphé ailleurs que sur la Doyenne. Tom Boonen, lui, reste le monstre des Flandriennes avec quatre succès à Roubaix (2005, 2008, 2009, 2012) et trois autres sur le Tour des Flandres (2005, 2006, 2012).

Fabian Cancellara et Paolo Bettini, eux, ont poussé la diversification jusqu'à décrocher trois Monuments : Milan-Sanremo (2008), le Ronde (2010, 2013, 2014) et Paris-Roubaix (2006, 2010, 2013) pour le Suisse, Milan-Sanremo (2003), Liège (2000, 2002) et la Lombardie (2005, 2006) pour l'Italien. Mais aujourd'hui, Philippe Gilbert peut tous les regarder d'en haut. Depuis dimanche, le Belge se situe dans sa propre catégorie. En s'imposant sur le vélodrome de Roubaix, il est devenu le premier coureur depuis des lustres à compter quatre Monuments à son palmarès.

Vidéo - L'arrivée : Comment Gilbert a réglé Politt pour faire un pas de plus dans la légende

02:25

Roubaix, la plus belle ?

Il faut remonter aux années 80 pour trouver trace d'un coureur ayant levé les bras dans quatre des cinq plus grandes classiques du calendrier. Sean Kelly avait bouclé sa tétralogie en 1986 à Sanremo, après avoir, les années précédentes, dominé en Lombardie (1983, 1985), le Tour des Flandres (1984) et Paris-Roubaix (1984). L'Irlandais a achevé sa carrière avec neuf Monuments. Gilbert en est encore loin (il en compte cinq depuis dimanche), mais il n'en a pas moins accompli un pas significatif dans l'Histoire en gagnant dans une quatrième place forte du cyclisme sur les courses d'un jour.

Sa victoire à Roubaix est peut-être la plus belle de toutes, car c'est sans doute le terrain de jeu qui, intrinsèquement, correspondait le moins à ses aptitudes. Il ne l'avait d'ailleurs disputé que deux fois (2007 et 2018 pour une 15e place en guise de meilleur résultat) afin de ne pas piocher dans ses réserves avant le triptyque ardennais. Le puncheur de Verviers a ouvert son palmarès majuscule il y a dix ans, sur le Tour de Lombardie. L'année suivante, il doublait la mise dans la Classique des feuilles mortes. Puis ce fut Liège, en 2011, sa très grande année. C'est là qu'il a commencé à caresser cette folle ambition : "J'ai toujours ce rêve en moi de gagner tous les Monuments, un rêve un peu fou que j'ai eu il y a quelques années."

Vidéo - Gilbert : "Gagner ici, c'est très spécial"

02:48
" J'ai transformé mes qualités, qui étaient d'abord de puncheur"

Son doublé dans les classiques du Nord, dans les Flandres il y a deux ans et, donc, Roubaix, dimanche, donne à son palmarès une allure assez exceptionnelle. "Quand j'ai décidé de me mettre à fond sur les classiques de pavés, beaucoup de gens ont dit que ce n'était pas pour moi, a-t-il rappelé dimanche. Mais j'ai transformé mes qualités, qui étaient d'abord de puncheur. Je suis devenu un coureur un peu différent et j'ai gagné le Tour des Flandres".

C'est simple, Philippe Gilbert a désormais gagné quasiment tout ce qu'il pouvait gagner. Outre les Monuments, il faut en effet ajouter son titre de champion du monde en 2012, quatre Amstel Gold Race, une Flèche Wallonne et, à un degré moindre, deux Paris-Tours, la Clasica San Sebastien et le Grand Prix de Québec. Sans oublier le fait qu'il a également glané au moins un succès d'étape sur les trois grands tours.

Son C.V. est donc aujourd'hui celui d'un géant. L'an prochain, à 37 ans, il tentera de parachever son Grand Chelem lors de Milan-Sanremo. Une course qu'il est tout à fait capable de remporter, personne n'a de doute là-dessus. Il y a signé deux podiums (3e en 2008 et 2011), même s'il n'y a plus joué un rôle majeur depuis un bon moment. Mais si la forme est toujours là, à la sortie de l'hiver 2020, il faudra compter avec lui. Si les dix dernières années nous ont appris quelque chose, c'est bien à ne pas écarter Gilbert de la liste des prétendants. Où que ce soit.

Ils ont gagné au moins 4 Monuments

Milan Sanremo Tour des Flandres Paris-Roubaix Liège-Bastogne-Liège Tour de Lombardie
Eddy Merckx 7 2 3 5 2
Roger De Vlaeminck 3 1 4 1 2
Rik Van Looy 1 2 3 1 1
Alfred De Bruyne 1 1 1 3
Louison Bobet 1 1 1 1
Germain Derycke 1 1 1 1
Hennie Kuiper 1 1 1 1
Seán Kelly 2 2 2 3
Philippe Gilbert 1 1 1 2
0
0