dpa

Coureur recherche équipe

Coureur recherche équipe
Par Eurosport

Le 03/10/2006 à 18:45Mis à jour

Plusieurs coureurs de renom ne savent pas encore sous quelles couleurs ils évolueront en 2007. Entre les conséquences de l'affaire Puerto et la disparition des équipes Phonak et Liberty Seguros, ils sont sur le marché, provisoirement ou pas. Le point sur

C'est lors des trois grands Tours que se dessinent généralement les contours de la saison suivante. Les formations approchent les coureurs et font leur marché durant l'été dans l'optique d'être opérationnelles rapidement. Cette année, la donne a quelque peu été modifiée. Par l'affaire Puerto, qui a laissé de grands noms sur le carreau (Basso, Sevilla, Ullrich,...) mais aussi par la dissolution de deux équipes, Phonak et Liberty Seguros. Si certains coureurs ont déjà trouvé refuge ailleurs, ils sont encore nombreux à ne pas savoir de quoi sera fait leur avenir.

LES "MOUILLÉS" DANS L'AFFAIRE PUERTO

Pourtant, si leurs fédérations respectives les blanchis, ils pourraient alors réintégrer leur équipe ou en trouver une nouvelle. Bjarn Riis, le manager de la CSC, a récemment expliqué que la porte était ouverte pour Ivan Basso. "J'ai encore régulièrement des contacts avec Ivan. Il fait partie de notre équipe car j'ai un contrat de deux ans avec lui. On doit attendre de voir s'il est mis hors cause". Vincent Lavenue, manager d'Ag2R et de Paco Mancebo parle plus de contrainte. "En l'absence d'une sanction de la fédération espagnole contre Mancebo, je serai probablement obligé de respecter son contrat de deux ans".

Pour Oscar Sevilla, c'est le calme plat. Au contraire de l'Espagnol, Jan Ullrich alimente la chronique régulièrement. Le coureur de Rostock avoue avoir des contacts avec plusieurs formations du ProTour prêtes, selon lui, à l'embaucher s'il est disculpé. Info ou intox? Tout ce que l'on sait, c'est qu'Astana n'en fait pas partie. Désormais dirigée par son ex-manager Walter Godefroot, la formation kazakhe est opposée à un éventuel recrutement de l'Allemand. "Même si au final, il n'est pas accusé de dopage et s'il n'est pas condamné par un tribunal civil, je n'engagerai pas Jan Ullrich", avoue Godefroot.

LES VICTIMES DES DISSOLUTIONS

Lassés des affaires de dopage, deux sponsors ont décidé de quitter le cyclisme. Pour l'Espagnol Liberty Seguros, c'est déjà fait, écoeuré de l'implication de Manolo Saiz dans l'affaire Puerto. De nombreux coureurs n'ont plus d'équipe depuis. Il y a les anciens comme Beloki, Etxebarria, Nozal, Serrano ou les frères Osa . Il y a aussi les plus jeunes comme Davis, Contador ou Luis Sanchez. Ceux-là devraient avoir moins de mal à rebondir à moins qu'ils ne traînent cette histoire comme un boulet. Rejoindre une formation Continental Pro peut aussi être une solution.

Pour Phonak, l'arrêt du sponsoring est prévu à la fin de l'année. L'affaire Floyd Landis a été la goutte d'eau pour le spécialiste des appareils auditifs déjà miné par plusieurs scandales de dopage ces dernières années. Certains coureurs ont déjà trouvé refuge ailleurs comme Aurélien Clerc et Johan Tschopp chez Bouygues Telecom. Guidi, Martin Perdiguero, Hunter, Pena et Gutierrez sont dans l'attente. Pour Floyd Landis, l'avenir semble encore plus sombre. Botero, lui, est le seul à avoir une piste pour l'instant. Le Colombien, innocenté ces derniers jours par sa Fédération, pourrait être leader de l'équipe Gam-Relax en 2007.

SUR LE MARCHÉ AUSSI

Plusieurs coureurs intéressants sont libres car ils n'ont pas été conservés ou parce qu'ils veulent aller vers d'autres horizons. Pêle-mêle, Perez et Bertagnolli (Cofidis), Mattan (Davitamon-Lotto), Luttenberger (CSC), Thomas Dekker (Rabobank), Ruban Plaza (Communidad Valenciana), Bénéteau (Bouygues Telecom) ou Wesemann (T-Mobile), sur le point de rejoindre Wiesenhof. Le plus célèbre d'entre eux reste Iban Mayo (Euskaltel). Malgré une nouvelle offre de l'équipe basque, à laquelle il doit répondre avant le 11 octobre, l'Espagnol aurait décidé de relancer sa carrière chez Saunier Duval. Réponse dans quelques jours.

0
0