"Thibaut Pinot est un garçon qui aime gagner et quand tout va bien, il ne fait jamais de déplacement à vide. Pour lui prendre le départ d'une course sans ambition, c'est difficile. Ce qu'il a dit, il ne l'a pas dit de manière anodine". Marc Madiot connaît Thibaut Pinot autant qu'il l'aime, c'est dire. C'est pourquoi il en parle avec assurance. La présentation de la formation Groupama-FDJ ce mardi a été l'occasion pour les deux hommes d'afficher des ambitions claires. Si ce n'est pas une surprise pour le second, c'est une nouveauté pour le premier qui a connu une année 2021 galère. Le temps dira si le Pinot de 2019 est de retour mais le Franc-Comtois y croit.

"Gagner des courses de février à octobre"

Cyclisme
Sainz condamné à un an de détention à domicile sous surveillance électronique
IL Y A 8 HEURES
Oubliez les atermoiements, les doutes sur le présent et surtout sur le futur, c'est un Thibaut Pinot souriant et par-dessus tout confiant qui s'est présenté devant la presse pour sa première obligation médiatique de la saison. Les premiers mots donnaient déjà le ton : "Mes ambitions vont être simples : regagner des courses, retrouver mon niveau après une année difficile. Gagner des courses de février à octobre dès que j'aurai l'occasion. Je veux redevenir le coureur d’avant ma chute sur le Tour 2020. Le Tour de France sera le point d’orgue de ma saison avec cet objectif commun : un podium sur les Champs Elysées." Oui, celui qui a fait rêver la France de juillet il y a deux ans et demi, qui paraissent une éternité soit dit en passant, sera de retour sur la Grande Boucle.
Son absence de 2021 avait la même cause que tous ses maux de l'année passée : sa chute à Nice sur la première étape du Tour 2020. Cette blessure au dos qui lui a pourri la vie des mois durant et qui semble désormais être derrière lui. Pinot, même réservé, cache rarement ses sentiments. Et cette période, il l'assure, a été la pire de sa carrière. "Être blessé aussi longtemps sans voir le bout du tunnel, c'était moralement assez dur. Je me suis toujours accroché à l'idée de revenir à mon meilleur, c'est ce qui m'a permis de revenir à un très bon niveau, pas encore le 100% mais je m'en rapprochais."

Pas de Paris-Nice ni de Dauphiné pour Pinot

Personne ne sait, peut-être même pas lui, si Thibaut Pinot est en passe de redevenir ce grimpeur vainqueur à l'Alpe d'Huez en 2015 ou au Tourmalet en 2019. Mais les premiers signes lui donnent de l'espoir. "Je sors d'une semaine où j'ai fait les entraînements que je voulais, dit-il. J'avais besoin de retrouver du soleil et de la chaleur (Groupama-FDJ est à Calpe, en Espagne). Les sensations sont là. Physiquement, je ne suis pas inquiet pour la suite. J'espère être en forme dès février."
Pour monter en puissance jusqu'au Tour, Pinot adoptera un programme qui a déjà fait ses preuves : une reprise en France, sans doute au Tour des Alpes Maritimes et du Var, puis un enchaînement de courses à étapes de haut niveau (Tirreno, Tour des Alpes, Romandie et Tour de Suisse). Le tout afin de savoir si le podium peut être un objectif raisonnable sur le Tour de France.

"Le Tour de France m'a manqué"

Car Marc Madiot n'y est pas allé par quatre chemins, son équipe vise l'une des trois premières places du général en juillet. Et pour ce faire, Pinot partagera le leadership avec David Gaudu et Michael Storer, double vainqueur d'étape sur la Vuelta et transfuge de DSM à l'intersaison. Pinot se félicite de la qualité du groupe "montagne" monté par sa formation et assure ne pas être inquiet quant au partage des rôles, la route décidera. "Pour moi, c'est plus facile à porter", résume celui qui a longtemps nourri un complexe par rapport à la grande messe de juillet.

La Flèche, le Tour et le championnat du monde : le top 3 des succès de Julian Alaphilippe en 2021

Marc Madiot a d'ailleurs précisé la stratégie d'une équipe souvent touchée par la malchance ces dernières années sur le Tour : "Quand on regarde le découpage, on sait qu'on a trois ou quatre journées très périlleuses au départ. On y va avec plusieurs cartouches mais il y aura également les circonstances de course qui vont décider. Vous dire aujourd'hui si c'est Pierre, Paul ou Jacques qui sera leader, je suis incapable de vous le faire." En effet, les journées dans le vent au Danemark et l'étape des pavés (la 5e) peuvent rebattre les cartes dès la première semaine.
"Le Tour de France m'a manqué, confie Pinot pour conclure. L'objectif de cette année est d'arriver à 100% au départ du Tour. J'ai gagné trois étapes (2012, 2015, 2019) , j'ai été sur le podium (3e en 2014) donc forcément j'ai envie de retrouver ces sensations et de retrouver les joies des victoires sur le Tour. Il manque pour ses ambiances. Gagner sur des lieux mythiques me manque". Les marques d'affection qu'il a reçues tout au long de son année 2021 galère sont la preuve que lui aussi a manqué au public français.
Tour de La Provence
Asgreen lancera sa saison 2022 à Berre-L'Etang avant d'enchaîner sur le Het Nieuwsblad
IL Y A 10 HEURES
Cyclisme
Cap Nord atteint en 5 jours par -30° : le défi dingue réalisé par Arnaud Manzanini
15/01/2022 À 20:32