Il a quitté le Tour pour ça, ne rêve plus que de ça depuis qu'il a dû se séparer de son beau maillot jaune. Mathieu van der Poel veut être champion olympique. Pas sur route où le profil ne lui correspondait pas, pas en cyclo-cross, là où il est le meilleur du monde, puisque la discipline n'est pas olympique mais en VTT. Modèle de polyvalence, de talent, de classe, le petit-fils de Raymond Poulidor semble transformer tout ce qu'il touche en or. Peut-il le faire à Tokyo ? Ce serait un authentique exploit, un de plus.
Suivez les JO de Tokyo 2020 en intégralité en vous abonnant à Eurosport
S'ils sont nombreux à avoir profité du report des Jeux Olympiques, Mathieu van der Poel a lui dû tirer une gueule de six pieds de long. Son programme était tracé, parfait. Les JO en VTT en 2020 puis la découverte du Tour de France en 2021. La pandémie est passée par là pour entrechoquer les deux événements. Huit jours séparaient l'arrivée de la Grande Boucle de son épreuve olympique. Trop peu alors 'MVDP" a filé à l'anglaise à la veille de la première journée de repos, au lendemain de la première étape alpestre où il a perdu le maillot jaune. Mais ce choc des objectifs a plus de conséquences que ça.
Tokyo 2020
Pas de finale pour Helal
08/08/2021 À 02:43

Deux courses de VTT seulement en 2021, aucune en 2020

On connaît désormais très bien le Mathieu van der Poel de la route, on sait qu'il est un ogre en cyclo-cross, on connaît moins ses qualités en VTT. Elles sont pourtant exceptionnelles. Depuis 2017, le vainqueur du Tour des Flandres 2020 brille en cross-country, l'épreuve olympique. Déjà deuxième d'une manche de Coupe du monde en 2017, deuxième au général en 2018 avec trois podiums, van der Poel a dû attendre 2019 et Nove Mesto pour enfin lever les bras. Ceci au prix d'une attaque qui a laissé la légende Nino Schurter sur place. Deux autres allaient suivre à Val di Sole puis Lenzerheide la même année. La voix royale ? Pas vraiment.

Mathieu van der Poel en 2018

Crédit: Getty Images

Si on entend moins parler du colosse néerlandais en VTT, c'est que la saison de Coupe du monde coïncide fortement avec celle sur route. Prenez 2020 par exemple, année ô combien perturbée évidemment. Le coureur d'Alpecin-Fénix n'y a pas disputé la moindre manche de VTT puisqu'il était occupé à batailler sur route et même à remporter le Tour des Flandres à la mi-octobre. Et 2021 ? Deux courses sur quatre. C'est peu pour un prétendant à l'or olympique.
Calendrier, résultats : Tout savoir sur Tokyo 2020
"Le report des Jeux est un désavantage pour moi. L’année dernière, j’étais là où je voulais et j’étais prêt pour les Jeux. J’ai couru quasiment toutes les étapes de Coupe du monde […] et je me sentais bien sur mon vélo", disait-il à Sporza en début d'année évoquant un rêve d'or olympique qui "ne s’est certainement pas envolé" mais qui est devenu "bien plus compliqué". Son titre de champion d'Europe 2019 prouve qu'il a les qualités pour briller dans la discipline mais ses adversaires partent avec une longueur d'avance.

Comme Peter Sagan ?

"Une année est désormais passée et je ne suis presque pas monté sur un VTT. C’est toujours un véritable point d’interrogation", poursuivait van der Poel. Depuis, il a pris la 7e place de la Coupe du monde d'Albstadt le 8 mai puis la 2e à Nove Mesto une semaine plus tard. Preuve encore qu'il faut compter avec lui. Le sélectionneur des Pays-Bas, Gerben de Knegt, regrette tout de même sa participation au Tour de France qui l'a privé de deux courses supplémentaires en Coupe du monde. Discipline technique s'il en est, le VTT demande de la répétition et avec deux résultats seulement, Mathieu van der Poel ne s'élancera pas des premières positions pour la course olympique. Un détail qui peut ne pas en être un en VTT.
En 2016 à Rio, un autre touche-à-tout du peloton mondial avait tenté sa chance sur l'épreuve olympique de VTT. Peter Sagan avait vécu un cauchemar en jouant de malchance et en matérialisant le fossé qui le séparait de ses adversaires. Mathieu van der Poel est fait d'un autre bois et est bien plus assidu aux courses de VTT que ne l'était le Slovaque. Avant lui, Miguel Martinez et surtout Jean-Christophe Péraud, 2e des JO en 2008 et du Tour de France en 2014, ont fait la bascule mais ni l'un ni l'autre n'ont fait se chevaucher les deux disciplines. C'est donc bien à un everest que s'attaque Mathieu van der Poel. Un titre le ferait entrer dans l'histoire et ajouterait une page à sa légende naissante.
Tokyo 2020
Braspennincx en or au keirin après la crise cardiaque
05/08/2021 À 12:27
Tokyo 2020
Les Bleus perpétuent la tradition : du bronze pour la vitesse par équipes
03/08/2021 À 09:18