Le parcours

Quand les organisateurs ont révélé le parcours des épreuves de cyclisme, un chiffre a été retenu par tout le monde : près de 5 000 mètres de dénivelé positif pour les hommes. A titre de comparaison, c'est plus que n'importe quelle étape du Tour de France 2021. Bien sûr, la distance, longue (234 km), aide pour arriver à ce total, mais c'est bien un parcours pour hommes costauds, peut-être plus encore qu'à Rio en 2016 quand Greg Van Avermaet s'était imposé, qui est proposé.
Suivez les Jeux Olympiques de Tokyo en intégralité sur Eurosport !
Tokyo 2020
Pas de finale pour Helal
08/08/2021 À 02:43
Le départ sera donné du Musashinonomori Park de Tokyo. Puis les coureurs prendront la direction de l'ouest vers le Mont Fuji, dont le majestueux sommet veillera sur la course. Les coureurs ne monteront pas tout en haut du volcan mais ils emprunteront plusieurs de ses versants.
https://i.eurosport.com/2021/07/23/3178837.jpg
S'il faudra attendre un petit moins de 80 kilomètres pour entrer dans le vif du sujet, le début de course sera difficile sur des routes en faux-plat montant. Viendra ensuite, l'enchaînement Doushi Road (4,3 km à 6,1% de moyenne) et Kagosaka Pass (2,2 km à 4,7%). Puis ce sera au tour de l'ascension la plus longue, mais pas la plus difficile, le Fuji Sanroku (14,3 km à 6%) avant d'entrer une première fois sur le le circuit automobile au pied du Mont Fuji.
Les chercheurs d'or en sortiront pour ce qui sera le gros morceau et sans doute le moment décisif de cette course olympique : Mikuni Pass (6,5 km à 10,6%) dont le sommet sera placé à 33 kilomètres de l'arrivée. C'est loin mais ce Mikuni Pass, et ses pentes ne descendant jamais en dessous des 10% et culminant à 20%, sera le terrain de jeu idéal pour ceux qui voudront faire la différence. Ne restera qu'un deuxième passage au Kagosaka Pass, puis la descente vers le circuit avant un final difficile. Du pied du Mikuni Pass à l'arrivée, il n'y aura pas un seul temps mort.

Les favoris : Van Aert - Pogacar

On peut débattre de la meilleure approche pour la course des Jeux Olympiques mais Wout van Aert et Tadej Pogacar se détachent quoiqu'il arrive de la meute. Peut-être arriveront-ils émoussés, peut-être seront-ils sur la lancée de leur Tour exceptionnel, chacun à leur manière. C'est impossible à savoir. Mais le Belge, comme le Slovène, ont tellement impressionné sur les routes de la Grande Boucle qu'il est impossible de ne pas les considérer comme les deux favoris.

Van Aert et Pogacar

Crédit: Getty Images

Vainqueur au Mont Ventoux, Van Aert a prouvé que la haute montagne ne lui faisait pas peur, pas plus que la longueur de l'épreuve. Habitué des classiques, vainqueur de Milan-Sanremo et sur le podium du Tour des Flandres en 2020, "WVA" sera sans doute plus à l'aise que d'autres une fois les 200 kilomètres passés. Enfin, s'il est présent dans un petit groupe dans le dernier kilomètre, bon courage pour le battre au sprint.
Calendrier, résultats : Tout savoir sur les JO de Tokyo !
Tadej Pogacar peut-il faire exploser la course sur le Mikuni Pass ? Sa démonstration vers le Grand-Bornand sur la 8e étape du Tour a marqué les esprits et s'il est dans la même forme, il devrait tenter sa chance à cet endroit-là, à moins de 40 bornes de la ligne. Vainqueur de Liège-Bastogne-Liège cette année, le double lauréat du Tour sera aussi à l'aise dans les petites bosses du final.

Les outsiders : A. Yates, Evenepoel, Valverde, Carapaz

La course olympique est par définition très ouverte et certains pourraient user de tactiques différentes. On pense notamment à la Belgique qui, en plus de Van Aert, aura Remco Evenepoel dans ses rangs. Lui est au Japon depuis le 11 juillet et il travaille dur pour être au top de sa forme. Adepte des aventures au long cours, le jeune flamand (21 ans) pourrait anticiper pour forcer les adversaires de Van Aert à travailler. Si tel était le cas, la Slovénie réagira peut-être avec Primoz Roglic autour de qui le doute est permis après sa chute sur le Tour.
Lui n'aura qu'un coéquipier mais sur les pentes du Mikuni Pass, il n'hésitera pas à tenter sa chance. Richard Carapaz sort d'un Tour de France frustrant mais il l'a bien terminé. Si Pogacar n'est pas parvenu à garder son influx jusqu'à la course olympique, l'Equatorien sera à surveiller de très près parmi les meilleurs grimpeurs. A garder à l'oeil aussi, Adam Yates, annoncé leader d'une sélection britannique très solide (Simon Yates, Tao Geoghegan Hart et Geraint Thomas) et Alejandro Valverde, toujours à l'aise sur les courses longues et difficiles.

Les Français

C'est peu dire que Thomas Voeckler n'a pas tout à fait l'équipe qu'il avait espéré. Ni Julian Alaphilippe, ni Thibaut Pinot, ni Romain Bardet, chacun pour des raisons différentes, ne sont présents. Le cinq Français sera donc composé de David Gaudu, Guillaume Martin, Benoît Cosnefroy, Kenny Elissonde et Rémi Cavagna (qui disputera aussi le contre-la-montre mercredi).

David Gaudu au col du Portet sur le Tour de France.

Crédit: Getty Images

Gaudu et Martin seront donc les deux leaders de Voeckler et auront pour tâche de trouver le moyen de monter sur le podium. L'un comme l'autre ne devraient pas pouvoir lutter à la pédale avec les meilleurs, aussi devront-ils participer à la course de mouvement qui aura forcément lieu dans le Fuji Sanroku. Si ni l'un, ni l'autre, n'est dans un coup parti tôt, ce sera un échec. Si les deux sont dans le groupe des favoris au pied du Mikuni Pass, la probabilité de voir un français sur le podium sera infime.
Tokyo 2020
Braspennincx en or au keirin après la crise cardiaque
05/08/2021 À 12:27
Tokyo 2020
Les Bleus perpétuent la tradition : du bronze pour la vitesse par équipes
03/08/2021 À 09:18