Getty Images

Vuelta - Le top 5 s'éloigne pour Pinot ? Une bonne nouvelle pour chasser les étapes

Le top 5 s'éloigne pour Pinot ? Une aubaine pour chasser une nouvelle étape

Le 11/09/2018 à 21:04Mis à jour Le 12/09/2018 à 10:27

TOUR D'ESPAGNE - Auteur d'un chrono moyen lors de la 16e étape de la Vuelta mardi, Thibaut Pinot, 7e du général, pointe désormais à près de trois minutes du maillot rouge et à 1'38'' du top 5. Un mal pour un bien. Il retrouve un peu de marge pour chasser une deuxième victoire d'étape d'ici la fin de la Vuelta, dimanche prochain.

Eurosport Player: Regardez toutes les étapes du tour d'Espagne en LIVE

Voir sur Eurosport

Ça pouvait être tout ou rien. Ce fut juste … moyen. Avec Pinot, on ne sait jamais trop à quoi s'attendre en chrono. Capable d'exceller (champion de France de la discipline et vainqueur sur le Tour de Romandie en 2016) comme de couler, le Français a finalement livré une performance mi-figue mi-raisin lors de la 16e étape de la Vuelta. Le leader de l'équipe Groupama-FDJ s'est classé 27e à 2'11'' du vainqueur du jour (Rohan Dennis). Une performance plutôt décevante puisque six membres du top 9 au général ont fait mieux que lui. Seuls Rigoberto Uran et Miguel Angel Lopez lui ont concédé du temps (cinq secondes).

Pourtant, tout allait pour le mieux au premier intermédiaire. Après les dix premiers kilomètres, il occupait la 10e place provisoire. Un Pinot de grand cru, semblait-t-Il. L'optimisme était de rigueur puisque la deuxième partie, la plus vallonnée, devait lui être favorable. Mais c'est justement là qu'il a commencé à coincer. Sur les onze kilomètres suivants, il a perdu une petite minute, passant de 29'' à 1'26'' de retard sur Rohan Dennis (21e rang provisoire). Avant de dégringoler un peu plus sur la portion plane finale pour finir 27e.

" J'ai pris du plaisir"

"Je suis bien parti, mais j'ai manqué vraiment de force dans la dernière partie, reconnaissait Pinot juste après l'arrivée, affirmant que sa fin délicate n'était pas à mettre sur le compte d'une mauvaise gestion. "Le reflet du chrono, c'est un peu le reflet de mes qualités en ce moment, préférait-il avancer. Je suis très bien en montagne et un peu moins bien sur le plat."

Vidéo - Pinot : "J'ai manqué de force dans la dernière partie"

01:14

Néanmoins, il tire plutôt de la satisfaction de ce contre-la-montre. Les lendemains de journée de repos sont rarement à l'avantage de Pinot. Sur le Giro, son chrono de Rovereto, au lendemain de la seconde journée de repos, avait viré au cauchemar (66e à 3'19''). Cette fois, pas de scénario catastrophe. Mais un chrono honnête, sans être flamboyant non plus. "J'ai pris du plaisir, même si j'ai moins bien géré la deuxième partie, décrivait l'intéressé. Je suis quand même rassuré de mon chrono, surtout deux jours après une victoire d'étape. Y'a toujours un peu de décompression. Je suis quand même content."

De nouveau en position pour chasser les étapes

Mercredi, il retrouve un terrain qu'il apprécie particulièrement. Le Pays Basque. L'arrivée au Balcon de Bizkaia (7,3km à plus de 9%) promet une belle bataille. Elle pourrait convenir au Français, sachant qu'elle est précédée par cinq ascensions répertoriées, dont trois qui s'enchainent sans répit avant la montée finale. Il reste 7e du général. Mais le top 5 s'est éloigné (41 secondes avant le chrono, 1'38'' après).

Le bon côté de la médaille, c'est qu'il se retrouve dans une situation semblable à celle de dimanche dernier, au pied des Lacs de Covadonga. Il est légèrement en retrait. En position idéale pour bénéficier d'un bon de sortie en cas de marquage entre les prétendants au maillot rouge. Il reste trois étapes de montagne d'ici la fin de la Vuelta. Trois belles opportunités pour s'offrir une deuxième victoire. De quoi frissonner, encore un peu, avant de penser au Mondial.

0
0