Getty Images

Un sacré bazar sacre Gilbert et remet Quintana sur le podium

Un sacré bazar sacre Gilbert et remet Quintana sur le podium
Par Eurosport

Le 11/09/2019 à 16:23Mis à jour Le 11/09/2019 à 17:39

TOUR D'ESPAGNE - Philippe Gilbert a remporté la 17e étape de la Vuelta entre Aranda de Duero et Guadalajara mais c'est Nairo Quintana (Movistar) qui a fait la bonne opération. Le Colombien a profité d'un début d'étape fou pour prendre place dans un groupe de 47 et récupérer plus de cinq minutes sur ses adversaires. Sixième au départ, Quintana est désormais deuxième devant Alejandro Valverde.

On s'attendait à beaucoup de choses mais vraiment pas à ça. Le Tour d'Espagne nous a offert ce mercredi l'une des plus belles étapes en Grand Tour de la décennie. La folie s'est emparée de cette 74e édition avec une journée balayée par le vent et des bordures qui se sont multipliées, dès le départ. A l'arrivée, Philippe Gilbert (Deceuninck-Quick Step) s'est offert son deuxième succès sur cette Vuelta en déposant Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) à 200m de l'arrivée au terme d'une journée disputée à plus de 51km/h de moyenne. Également présent dans le groupe de trente coureurs partis dès les premiers kilomètres, Nairo Quintana (Movistar) reprend 5'19'' aux autres favoris et se replace en 2e position du général, à 2'24'' de Roglic.

Movistar a tout tenté

Le leader de la Jumbo-Visma pourra dire un grand merci à Astana, Bora-Hansgrohe et UAE Team Emirates. Piégé par une bordure d'entrée de jeu, le Slovène a vite pris conscience du danger en lisant la composition du premier groupe. Sept Deceuninck-Quick Step, cinq Movistar dont Quintana, cinq Sunweb dont Keldermann, cinq INEOS, Sam Bennett (Bora-Hansgrohe)… L'échappée avait fière allure. Nous étions alors au km 2… Et elle n'a jamais été revue. Avec un vent de côté pendant 150 kilomètres puis vent de dos dans le final, le groupe Roglic a tenté tant bien que mal de limiter la casse. Mais, malgré le travail de l'ensemble des équipiers du maillot rouge, l'écart est vite monté, jusqu'à atteindre les 6 minutes d'avance à 82 kilomètres de l'arrivée.

A cet instant, Nairo Quintana est alors revenu à 1'40'' de Roglic, qui voyait ses équipiers exploser un à un. Son maillot rouge était clairement en danger. Mais son salut est alors venu de ses adversaires, Lopez, Pogacar et même Majka. Inquiets de la remontée du Colombien de la Movistar, Astana, UAE et Bora-Hansgrohe ont pris en main la chasse pour réduire l'écart. Conscient des difficultés des équipiers de Roglic et Pogacar à rouler, la Movistar a provoqué un nouveau coup de bordure dans le groupe des favoris, à 42km de l'arrivée. Aidé par Pedrero et Soler, Valverde a tenté d'isoler et de piéger les deux Slovènes mais on s'est vite retrouvé avec les cinq premiers du général plus Marc Soler. Et la Movistar n'a pas insisté.

Vidéo - Roglic en a bavé, Quintana s’est replacé et Gilbert a régalé : ce 17e acte était fou !

06:19

Et de deux pour Gilbert

Redescendu à 4'35'', l'avance du groupe de tête n'a alors cessé de grimper, la faute à l'allure phénoménale des trente derniers kilomètres (60km/h de moyenne !). A l'arrivée à Guadalajara, le débours des favoris était de 5'28'' sur Keldermann et 5'18'' sur Quintana. Isolé suite au coup de force des Movistar, Roglic n'aura pourtant même pas eu à rouler. La faute à Astana qui a préféré travailler pour limiter la casse plutôt que d'essayer de jouer la gagne de la Vuelta. Un manque d'ambition qui a fait les affaires du Slovène, qui aurait pu perdre bien plus dans l'affaire. Au général, il compte désormais 2'24'' d'avance sur Quintana, son nouveau dauphin, mais reste toujours le grand favori à la victoire finale. A noter également les remontées de deux places de Keldermann (Sunweb, 6e) et Knox (Deceuninck-Quick Step, 8e). Piégé, Nicolas Edet (Cofidis) a lui explosé et sort du top 10 (15e, à 28'34'' de Roglic).

Grand vainqueur dans la course au podium, Quintana n'a en revanche rien pu faire pour la victoire d'étape. La faute à la tactique toujours aussi parfaite des Deceuninck-Quick Step. Malgré la perte en cours d'étape de Capecchi mais surtout Jakobsen, incapable de suivre l'allure du groupe de tête, la formation belge a parfaitement manoeuvré dans le final. Sam Bennett (Bora-Hansgrohe) faisant office d'épouvantail, c'est Stybar qui a attaqué le premier à 2km, profitant des longs faux-plats montants qui menaient à l'arrivée. A 800m de la ligne, le Tchèque possédait encore quinze mètres d'avance. Suffisant pour forcer le champion d'Irlande à bouger très loin de l'arrivée. Trop loin. Malgré un jump impressionnant, Bennett n'a rien pu faire face au retour de Gilbert, qui s'est ainsi offert sa 2e étape sur cette Vuelta. Et conclu de la meilleure des manière la journée parfaite des Deceuninck-Quick Step.

Vidéo - Bennett a anticipé mais Gilbert l'a contré : l'arrivée de la 17e étape en vidéo

02:05
0
0