Getty Images

Astana sourit, Jumbo-Visma pleure

Astana sourit, Jumbo-Visma pleure

Le 24/08/2019 à 20:45Mis à jour Le 25/08/2019 à 02:42

VUELTA - Astana montre les crocs. La formation kazakhe a remporté le contre-la-montre par équipes, samedi, à Torrevieja et propulsé Miguel Ángel López comme premier leader. Cette première étape a été marquée par la chute de la Jumbo-Visma. La formation néerlandaise, 18e de l'étape à 40 secondes, a perdu gros. Deceuninck a terminé 2e à deux secondes, la Sunweb a pris la 3e place à 5 secondes.

Décidément, cette 74e édition du Tour d'Espagne s'annonce plus excitante que jamais. Pour ce Grand Départ, des salins magnifiques de Torrevieja au centre de la commune de la province d'Alicante, la course a réservé son lot de surprises. Déjà impressionnante, la formation kazakhe Astana ne s'est pas manquée en remportant la première étape de cette Vuelta 2019, un contre-la-montre par équipe de 13,4 kilomètres.

Si le Colombien Miguel Angel Lopez a endossé le premier maillot rouge, le Team Jumbo-Visma, emmené par son duo Primoz Roglic - Steven Kruijswijk, a vécu une première journée cauchemardesque, concédant pas moins de 40 secondes à cause d'une chute survenue peu après la mi-course. La Deceuninck Quick-Step (2e, +2'') et le Team Sunweb (3e, +5'') ont complété le podium.

Vidéo - Astana et López au pouvoir, Roglic et Kruijswijk au tapis : le résumé de la 1re étape

08:24

Miguel Angel Lopez (déjà) propulsé en rouge

Il était écrit quelque part que cette première étape ne serait pas une promenade de santé. Pourtant, ça l’a clairement été pour EF Education First (4e, +7’’) et le Team Sunweb (3e, +5’’), toutes deux en tête de ce chrono par équipe pendant de longues minutes et invitées surprises dans le top 5 final. Puis ça l’a surtout été pour Astana, tout simplement la seule "survivante" parmi les grands favoris du jour.

Sous l’impulsion d’un Miguel Angel Lopez qui a fait forte impression, Astana (1er, 14’51’’) a remporté la bataille de Torrevieja. La formation kazakhe a surtout permis à son leader colombien d’endosser très rapidement le maillot rouge de leader. Il s’agira maintenant de le défendre pendant trois semaines. Mais le retard concédé par ses rivaux est déjà important.

Jumbo-Visma en plein cauchemar

Car la course n’a épargné quasi aucune autre formation attendue samedi. En premier lieu, le Team Jumbo-Visma . L’équipe néerlandaise, qui est s’est élancée avec le plein de confiance et qui ne comptait que 7 secondes de retard sur Astana, a passé la ligne d’arrivée le moral dans les chaussettes (18e, +40’’). La faute à une lourde chute, survenue peu après la mi-course.

Dans un virage, les deux leaders des jaune et noir, Primoz Roglic et Steven Kruijswijk, se sont retrouvés à terre après avoir glissé sur une chaussée humide, voire même mouillée, alors que le soleil frappait fort au-dessus de Torrevieja. Le temps de repartir et de se remettre en rythme, le mal était fait et voilà le leader slovène avec un débours d’ores et déjà conséquent. Une journée cauchemardesque qui a sans doute remis en cause tous les plans de course de Jumbo-Visma.

Vidéo - Roglic et Kruijswijk à terre, 40 secondes perdues : la Jumbo-Visma a vécu un cauchemar

00:42

Aru et Pogačar ont également perdu gros

Cette première étape a également été fatale pour Fabio Aru, vainqueur de la Vuelta en 2015, et la jeune pépite slovène de 20 ans, Tadej Pogačar. Leur formation, UAE Emirates (21e), a également goûté au bitume, concédant au final 1’07’’ sur Astana. Pour Deceuninck Quick-Step, les regrets sont aussi à l’ordre du jour. Alors que Philippe Gilbert et ses coéquipiers étaient bien partis pour l’emporter, la voiture du Team Jumbo-Visma, en plein virage, a brusquement ralenti le rythme du train belge. Et à l’arrivée, elle a terminé derrière Astana, pour deux petites secondes.

Enfin, on peut plus ou moins souffler pour les équipes françaises puisque Groupama – FDJ a pris une belle 8e place finale (+16’’) alors qu’AG2R la Mondiale, sous l’impulsion du double champion de France (2018 et 2017) de l’effort solitaire, Pierre Latour, a limité la casse (17e, +37’’). De son côté, Cofidis, qui ne jouera pas le classement général, a tranquillement roulé (19e, +43’’). Comme quoi, si cette première étape a été terrible pour certains, elle a su se montrer clémente pour d’autres.

Vidéo - La Deceuninck a évité la catastrophe avec la voiture de la Jumbo-Visma

00:37
0
0