Le patron chez Jumbo-Visma, c'est Primoz Roglic. Le vainqueur sortant a remporté la première étape de cette Vuelta 2020, mardi, à Arrate - Eibar, après un final de main de maître où ses qualités de finisseur ont fait merveille. Le Slovène, battu sur le fil par Tadej Pogacar il y a un mois lors du Tour de France, s'est également emparé du maillot rouge de leader par la même occasion.

Tour d'Espagne
"Nous avons copié Ineos, maintenant les gens vont regarder ce que nous faisons"
10/11/2020 À 13:12

Bien au chaud tout au long de la journée, Roglic a surpris un maigre groupe de cinq coureurs en plaçant une seule mais foudroyante accélération, juste avant la flamme rouge dans les lacets de la descente de l'Alto de Arrate. Précise et incisive, cette seule flèche a envoyé le Slovène sur orbite. Il a devancé sur la ligne les autres hommes forts de cette première levée : Richard Carapaz (Ineos), Dan Martin (Israel Start Up Nation), Esteban Chaves (Mitchelton-Scott), Felix Gorsschartner (Bora-Hansgrohe) et Enric Mas (Movistar), qui ont tous terminé à une seconde.

Une mise au point et un maillot rouge : revivez la victoire de Roglic lors de la 1ère étape

Dumoulin a déjà perdu le leadership chez Jumbo-Visma

S'il a gagné, Roglic peut aussi dire merci à Sepp Kuss, qui a porté l'estocade dans le final de l'ascension de l'Alto de Arrate et lessivé un peloton qui semble déjà fatigué, un comble vu qu'on vient tout juste de débuter cette Vuelta. Avant lui, la formation Ineos-Grenadiers avait montré les muscles dans le final pour Richard Carapaz. En jambes et en contrôle, l'Equatorien va probablement disputer le podium, ou la gagne, à Roglic. Il a été le seul grand leader, avec Enric Mas, à être au niveau.

Piégeux et corsé, le final de cette première étape a permis à la formation Jumbo-Visma de mettre les choses au clair concernant sa hiérarchie. Alors qu'on attendait de pied ferme Tom Dumoulin, le Néerlandais a perdu pied lors de l'ascension de la grosse difficulté du jour, l'Alto de Arrate, juge de paix classé en 1ère catégorie. L'ancien vainqueur du Giro a terminé avec le groupe des battus à 51 secondes de son coéquipier. Parmi ceux-ci, on cochera les noms d'Alejandro Valverde (Movistar), Gorka Izagirre (Astana), Davide Formolo et David De La Cruz (UAE Emirates).

Une sélection impitoyable : Froome, Pinot et Woods ont déjà perdu la Vuelta

Avant de voir ce groupe des battus se former dans la courte et finale ascension du jour, on a pu se faire une idée précise de la forme de certains coureurs. Chris Froome (Ineos-Grenadiers) ? Lâché dans l'avant-dernière ascension et visiblement pas en rythme puisqu'il a terminé à 11'12". Avant que le Britannique ne fasse l'élastique, Thibaut Pinot avait déjà renoncé. Pas encore remis de sa chute subie lors de la 1ère étape du Tour de France, le Franc-comtois a terminé loin lui aussi, mais devant le Britannique : à la 63e place à +9'56". Pire pour la Groupama-FDJ : David Gaudu, leader ou co-leader c'est selon, avant le grand départ, a lui lâché dans l'Alto de Arrate (35e à 2'22"). Il faudra aller chercher les étapes pour l'équipe française.

Guillaume Martin, 18e à +1"08" et Kenny Elissonde (Trek-Segafredo), 19e à +1"17", ont été les deux premiers Français au classement. Eux aussi ont plus subi qu'existé. Idem pour Daniel Felipe Martinez et Michael Woods, tous les deux partis à terre. Hugh Carthy a sauvé les meubles pour Education First en terminant avec les meilleurs. Martinez a terminé à presque 5 minutes de Roglic (+20" de pénalité pour aspiration derrière sa voiture). Woods, pris dans une chute bête, a perdu 18'29".

Roglic met déjà les choses au point, Pinot et Froome à la rue : le résumé de la 1re étape

Cette première étape a été marquée par une traditionnelle course-poursuite entre échappés et peloton, contrôlé par la Movistar et la Jumbo-Visma. Partis après quelques kilomètres, Jetse Bol (Burgos-BH), Rémi Cavagna (Deceuninck-Quick Step), Quentin Jauregui (AG2R-La Mondiale), Jasha Sütterlin (Sunweb) et Tim Wellens (Lotto-Soudal) ont bravé les éléments et les difficultés, situées en seconde partie de tracé, autour d'Eibar.

Le plus combatif de cette joyeuse troupe a été Quentin Jauregui, en tête au Puerto de Udana (3e cat), puis à l'Alto de Kanapazar (3e cat). Mais le peloton n'a laissé au maximum que 3'35" d'avance à ce groupe de courageux. Jauregui a résisté jusqu'au bout, en solitaire, avant d'être avalé à 24,9 kilomètres du terme. La formation AG2R a d'ailleurs perdu Mathias Frank et Alexandre Géniez en cours de route. La Vuelta, dans le Nord de l'Espagne, et en plein automne, ça ne pardonne pas.

Tour d'Espagne
"Vu sa préparation il n'était pas possible de faire mieux": l'entraîneur de Gaudu décrypte sa Vuelta
09/11/2020 À 13:30
Tour d'Espagne
Fritsch : "La différence entre le Tour et la Vuelta ? Roglic est tombé sur un phénomène en France"
09/11/2020 À 10:10