Et de trois Tours d’Espagne pour Primoz Roglic. A chaque fois qu’il vient sur les routes ibériques, le Slovène de la Jumbo-Visma s’offre le succès final. C’est que l’épreuve lui correspond à la perfection, dans le tracé et dans l’esprit. "J’adore cette course, expliquait-il après son succès final à Saint-Jacques-de-Compostelle. J’ai apprécié chaque jour que j’ai passé sur la Vuelta. Elle m’offre des souvenirs magnifiques dont je me rappellerais toute ma vie". Et à force d’y briller et de s'y imposer en glouton des pelotons, Roglic est en train de marquer l’épreuve de son empreinte. Avec trois succès (et 9 victoires d’étapes) en trois ans, il a égalé Tony Rominger (1992,1993,1994) et Roberto Heras (2003, 2004, 2005), seuls autres triples vainqueurs consécutifs de la Vuelta.

Roglic gobe Mas sur le chrono avant de remporter la Vuelta : son final magistral en vidéo

Peut-être que j'arrive plus facilement que les autres à tourner la page
Tour d'Espagne
Roglic de A à Z, le frisson Valverde, l'envol de Bardet : ces moments qui ont fait la 76e Vuelta
06/09/2021 À 09:24
Comme si cela ne suffisait pas, il a créé sur cette 76e édition le plus gros écart entre le 1er et le 2e depuis 24 ans, en repoussant son dauphin Enric Mas (Movistar) à 4'42'' ! Sans que cela ne l’intéresse plus que cela. "Je suis honoré de l’apprendre mais les chiffres, les statistiques, les records, ça ne m’intéresse pas trop, avouait-il au micro d’Eurosport. J'essaye juste de faire de mon mieux. Parfois vous gagnez de beaucoup, parfois vous gagnez de peu mais l'essentiel est de gagner tout simplement". Une philosophie rare dans le peloton moderne mais Primoz Roglic est un coureur à part. Y compris dans le chemin qu’il emprunte pour forger ses succès majeurs.
En 2018, il perd le podium du Tour lors du dernier chrono, à la veille de l’arrivée. En 2019, il vit une déception sur le Giro, quelques mois plus tard, il s’offre son premier Grand Tour sur la Vuelta. Un scénario qui va se répéter. En 2020, c’est le maillot jaune, pourtant accroché à ses épaules depuis quinze jours, qui lui échappe à La Planche des Belles Filles. Pas de souci, il remportera le maillot rouge sur les routes espagnoles mais aussi Liège-Bastogne-Liège, disputée en fin de saison. En 2021, il n’avait même pas atteint la montagne sur le Tour, terrassé en Bretagne par une multitude de chutes. Résultat ? Une nouvelle Vuelta après un titre olympique sur le chrono.

Primoz Roglic (Jumbo-Visma), sur la Vuelta 2021

Crédit: Getty Images

Certains auraient vu dans cet enchaînement malheureux un acharnement du destin et auraient renoncé. Pas Primoz Roglic. Loin de se laisser abattre, le Slovène s’est toujours relevé. Plus fort. Plus conquérant. "Peut-être que j'arrive plus facilement que les autres à tourner la page, je ne sais pas, expliquait-il après cette Vuelta pour L'Équipe. J'ai sans doute de la chance d'être comme ça, je ne m'apitoie jamais sur mon sort. Comme je dis toujours, la vie a des hauts et des bas mais, du moment que tu es capable de regarder vers l’avant, tout finit par s’arranger". A condition de s’en donner les moyens.
Cinq podiums en trois ans, 8/9, 50 : Roglic et les grands tours, une histoire d'amour
J'essaie toujours d'être ouvert à l'aide et au soutien
"J’ai vécu des moments vraiment compliqués sur le Tour et j’avais besoin de couper, de me vider la tête, j'avais besoin de vacances, avouait le désormais triple tenant du Tour d’Espagne. Alors je suis parti, mais, ensuite, je me suis concentré à nouveau sur une nouvelle course et de nouveaux objectifs. J'ai obtenu un résultat fantastique aux Jeux Olympiques (médaille d’or sur le contre-la-montre) puis je me suis préparé pour la Vuelta et tout s'est passé comme je l'espérais". Avec Primoz Roglic, se remettre d’une déception paraît toujours simple.

Vivement Roglic vs Pogacar : "Cette Vuelta donne des regrets… et envie d’être au Tour 2022"

Mais c’est avant tout parce que le Slovène n’est pas du genre à vouloir tout contrôler, à tout faire tout seul. Bien au contraire. "Je suis quelqu’un qui travaille bien avec des changements rapides, expliquait-il. J'essaie toujours d'être ouvert à l'aide et au soutien que l’on peut m’apporter". C’est ainsi qu’il a changé son approche du Tour de France cette saison par exemple, en courant beaucoup moins qu’en 2020 pour l’aborder avec un maximum de fraîcheur. Même si ça n’avait pas payé en raison des chutes. Mais Primoz Roglic s’en est remis, comme d’habitude. Il a gagné de nouveau, comme à chaque fois. Il s’est offert le Tour d’Espagne, comme toujours.
Le voici désormais à un succès seulement du recordman absolu, Roberto Heras (4). De quoi le pousser à revenir ? "Cela fait trois fois que je gagne ici et j'aimerais bien ne pas m'arrêter donc oui, je reviendrai sans doute l'an prochain, espère-t-il. On ne sait jamais, rien n'est planifié, mais je le souhaite, vraiment". Espérons pour lui que, cette fois, il ne sera pas passé par la case déception. Même si on sait désormais que ça le rapprocherait encore plus d’une nouvelle victoire.

Primoz Roglic vainqueur de la Vuelta 2021

Crédit: Getty Images

Tour d'Espagne
Une minute pour un podium, Martin et l’Espagne dos au mur : les derniers enjeux du chrono
04/09/2021 À 19:40
Tour d'Espagne
Vivement Roglic vs Pogacar : "Cette Vuelta donne des regrets… et envie d’être au Tour 2022"
02/09/2021 À 18:33