On a déjà hâte d’être à la saison 3. Depuis ses débuts en 2019, la série Netflix sur la Movistar a souvent révélé des moments croustillants mais jamais la formation espagnole n’avait connu une étape aussi folle. Deux jours après son succès au Gamoniteiru, Miguel Angel Lopez semblait pourtant bien parti pour accrocher le podium final de la Vuelta, son premier sur un Grand Tour depuis celui décroché sur les routes espagnoles en 2018. Mais le Colombien a tout perdu dans cette 20e étape aux contours surréalistes. Il s'est néanmoins excusé ce samedi soir tard.
Piégé par l’accélération en deux temps d’Adam Yates dans l’Alto de Moguas (1re cat) à près de 60km de l’arrivée, Lopez a vu s’échapper un groupe où l’on retrouvait le maillot rouge Primoz Roglic, le 2e du général et équipier du Colombien Enric Mas mais surtout Adam Yates et Jack Haig, adversaires de Lopez dans la course à la 3e place. Et si Haig avait Mäder, Poels et bientôt Padun pour l’aider à l’avant, le Colombien de la Movistar était seul. Il a bien tenté de rouler mais c’était peine perdue. Il a alors attendu le retour de José Joaquin Rojas mais il était déjà trop tard. Le podium était perdu. Alors Miguel Angel Lopez s’est arrêté.
Cyclisme
Houle : "Je ne serais pas surpris de voir Lopez revenir chez Astana"
20/09/2021 À 17:40

Lopez a refusé de reprendre, malgré la demande de Movistar

Il n’a pas arrêté de rouler mais il s’est bien arrêté, purement et simplement. Sur le bord de la route. Dégoûté par la tournure des évènements, en colère, le Colombien avait décidé d’abandonner. La nouvelle a surpris tout le monde et a choqué tant elle semblait difficile à croire et à comprendre. Après tout, il jouait encore une place dans le top 5 du général et qu’un top 10 était assuré. Quitter la course dans ses conditions par frustration était incompréhensible. Ses équipiers n'étaient même pas au courant, comme le confiait José Joaquin Rojas après l'arrivée. "Il faudra en parler ce soir pour voir ce qu'il s'est passé mais la vérité c'est que je ne le sais pas du tout, expliquait-il. C'est en arrivant, là, que j'ai appris qu'il aurait quitté la course. Je n'en avais aucune idée".
Tour à tour, le directeur sportif de la Movistar Patxi Vila et le capitaine de route de la formation espagnole Imanol Erviti se sont arrêtés pour discuter avec Lopez, lui demandant de reprendre la course et de finir. Après tout, un top 10 au général n’était pas négligeable pour la Movistar, comme pour toute autre équipe. Les nouvelles concernant Lopez ont alors afflué régulièrement, chacune avec son renversement de situation et sa nouvelle information plus ubuesque que la précédente. Un coup, il avait été convaincu de remonter sur le vélo. Un autre, il avait abandonné et était monté dans la voiture. La situation était telle que même la Movistar ne savait plus vraiment ce qu’il en était. Interrogé après l'étape, José Joaquin Rojas confiait lui-même à nos micros que ses équipiers et lui-même n'étaient même au courant.
"Comme vous l'avez vu, le moment où le groupe est parti était une situation difficile à résoudre, explique Lopez dans un communiqué de sa formation. Bahrain a joué sa carte et c'est difficile de boucher un trou comme celui-ci, même petit. Il nous a fallu du temps pour réagir. Il y avait plein de facteurs, c'est triste de voir la Vuelta s'achever comme ça pour moi".

Lopez s'excuse dans un communiqué

Mais Lopez n’a pas changé d’avis. Le grimpeur colombien, si brillant sur les pentes des Asturies il y a encore deux jours, a tout simplement refusé de reprendre la course. Malgré presque une heure de discussion avec ses directeurs sportifs, il n'est pas remonté sur le vélo. Alors que l'on pensait les relations coupées entre Movistar et le coureur, l'équipe a publié un communiqué dans lequel "Superman" s'est excusé.
"Je veux m'excuser auprès de mes coéquipiers. Nous ne sommes plus que cinq (après les abandons de Jacobs, Valverde et Verona) et trois coureurs seulement jouent le rôle d'équipier. [...] J'ai arrêté de me battre alors que tout n'était pas perdu. Là, je veux juste dire aux fans, aux sponsors, aux organisateurs du Tour d'Espagne que je suis désolé pour ce qu'il s'est passé aujourd'hui". L'image de Miguel Angel Lopez restera longtemps affecté par cette 20e de la Vuelta 2021 mais au moins a-t-il toujours une équipe. Il y a quelques heures encore, on était en droit d'en douter.
Tour d'Espagne
Roglic de A à Z, le frisson Valverde, l'envol de Bardet : ces moments qui ont fait la 76e Vuelta
06/09/2021 À 09:24
Tour d'Espagne
Irrésistible Lopez : son attaque décisive
02/09/2021 À 20:29