Bis repetita. Comme en 2008, la société organisatrice du Tour de France a décidé de ne pas accepter Tom Boonen au départ de la Grande Boucle le 4 juillet prochain à Monaco. "L'image et le comportement de Tom Boonen sont incompatibles avec l'mage du Tour de France et celle qu'un champion exceptionnel comme lui se doit de véhiculer", s'est justifiée ASO. Contrôlé positif à la cocaïne (hors-compétition) pour la troisième fois de sa carrière fin avril, Tom Boonen n'est actuellement pas suspendu car son contrôle s'était déroulé hors compétition. L'UCI, qui devait se prononcer sur son cas, a d'ailleurs annoncé jeudi qu'elle n'ouvrirait pas de procédure disciplinaire à son encontre. Mis à pied le 11 mai par son équipe, il avait repris la compétition le 2 juin et disputé la semaine passée le Dauphiné Libéré.
La saison dernière, ASO avait évoqué "une atteinte à l'intégrité de l'épreuve" pour justifier l'exclusion du leader de Quick Step. Cette fois-ci, elle bannit le Belge "afin de préserver sa réputation, son image et celles du Tour de France." Patrick Lefevere, le manageur de Quick Step, avait déjà annoncé qu'il irait en justice si les responsables du Tour ne voulaient pas de Boonen. Le coureur et son équipe ont encore la possibilité de contester la décision d'ASO via la chambre arbitrale du Sport du CNOSF. Mercredi, des experts indépendants affirmaient que le triple vainqueur de Paris-Roubaix n'avait pas pu snifer de la cocaïne au vu de la faible quantité de cette substance trouvée dans les échantillons capillaires analysés. Un rapport qui n'a visiblement pas convaincu les organisateurs du Tour de France.
Tour de France
Astana sera bien là
18/06/2009 À 12:00
Cyclisme
Les passeports ont déjà parlé
18/06/2009 À 07:31
Tour de France
L'ultimatum de Quick Step
17/06/2009 À 04:00