Julian Alaphilippe prend ses précautions. Plutôt dix fois qu'une. Il ne veut surtout pas de quiproquo : son Tour de France 2019 est une exception. Pas une règle. Ses 14 journées en jaune, maillot qu'il n'a cédé qu'à deux petites journées de l'arrivée à Paris, sa place dans le Top 5 au classement général final, l'engouement autour de ses performances, tout ça ne doit surtout pas créer une attente particulière à l'heure des retrouvailles. Julian Alaphilippe vient faire du Julian Alaphilippe. Pas du Egan Bernal ou du Thibaut Pinot.

"L'objectif est très clair, a-t-il martelé jeudi à Nice. Je ne suis pas venu ici pour le classement général. C'est une décision naturelle. Ca été quelque chose d'incroyable d'avoir été leader du Tour pendant 14 jours. L'année dernière a été très spéciale pour moi et l'équipe. J'ai vécu des émotions inoubliables. Mais,même si je n'étais pas loin à la fin, ce n'était pas mon objectif." On pourrait effectivement lui objecter qu'il tenait exactement le même discours il y a an, mais que personne ne lui parle de Tour décevant de sa part s'il termine 32e à Paris dans trois semaines.

Tour de France
Le Tour et les JO : van der Poel et le casse-tête du calendrier 2021
29/12/2020 À 08:06

Julian Alaphilippe avec le maillot jaune sur le Tour de France 2019.

Crédit: Getty Images

Pour autant, cela ne signifie pas que la coqueluche tricolore de l'été 2019 manque d'envie ou d'ambition. "Je suis là pour essayer de gagner une étape, avec l'équipe on n'est pas là pour gagner le Tour, insiste-t-il. Sur le papier, il y a pas mal d'étapes à ma convenance, il y a vraiment de quoi faire." Et peut-être assez vite. Dimanche, la 2e étape dans l'arrière-pays niçois offre effectivement un profil intéressant pour le puncheur de l'équipe Deceuninck – Quick Step.

Objectif dimanche

Trois cols seront au programme, pour une sorte de super étape de Paris-Nice en plus musclée. Des cols, oui, mais potentiellement à la convenance de Julian Alaphilippe, même s'il insiste sur la difficulté du tracé : "Très clairement, c'est une étape de montagne avec 4.000 mètres de dénivelé positif : ce n'est pas de la moyenne montagne mais une vraie journée difficile."

Le profil de la 2e étape : Trois cols au menu, la montagne arrive déjà !

Mais si les jambes tournent bien, c'est un terrain de jeu qui peut lui convenir. "Je ne vais pas le cacher, si j'ai des bonnes sensations, si je me sens bien, dimanche, c'est une bonne opportunité d'aller chercher la victoire et le maillot jaune.Je prendrai jour après jour mais pour moi il est important de bien démarrer. Très important de commencer bien dimanche."

C'est un peu comme ça qu'avait démarré sa folle aventure de l'été 2019. Une victoire d'étape, un maillot jaune, et il s'était piqué au jeu, peu à peu. Mais on ne planifie pas ce genre d'épopée. Sa quinzaine en jaune a tenu à des circonstances qu'il juge particulières. Ce n'est donc pas sa place à Paris qui déterminera ou non la réussite de son Tour. En revanche, si dimanche, à Nice, il lève les bras et se pare à nouveau de jaune, sa campagne 2020 sera déjà un succès. Quoi qu'il arrive après.

Julian Alaphilippe : "Aller à la chasse aux étapes"

Tour de France
"Je ne comprends pas comment ce type..." : Jumbo-Visma et les affres de La Planche des Belles Filles
28/12/2020 À 16:00
Tour de France
Pogacar et la difficulté de battre son idole Roglic : "Avant, je voulais qu'il gagne le Tour"
16/12/2020 À 07:56