Pas de vainqueur en Slovénie. Tadej Pogacar et Primoz Roglic ont été élus mardi soir meilleurs cyclistes slovènes de l'année 2020. Pourtant lors du Tour de France, c'est bien le cadet de la formation UAE-Team Emirates qui a pris le dessus sur le coureur de 31 ans. Tadej Pogacar a fait la différence lors du contre-la-montre, à la veille de l'arrivée à Paris. Trois mois plus tard, le vainqueur de la Grande Boucle le reconnait : "Avant, je voulais que Roglic gagne le Tour", a-t-il confié mercredi à L'Equipe.

Car sur les routes de France, le coureur de 22 ans a dépassé son idole. "Quand on encourage quelqu'un depuis des années, qu'on le regarde sur le Giro, sur le Tour, on veut forcément que ça se passe bien pour lui. J'étais fan de Roglic depuis ses premiers résultats. Entre quinze et vingt ans, je criais devant ma télé pour qu'il gagne et là, c'est moi qui l'ai battu, qui l'a empêché de réaliser ce dont il rêve depuis des années, a-t-il affirmé. C'était vraiment particulier, je n'arrêtais pas de me répéter : 'C'est la course, c'est le sport, c'était normal que je veuille gagner'".

Tour de France
Le Tour et les JO : van der Poel et le casse-tête du calendrier 2021
29/12/2020 À 08:06

Tadej Pogacar raconte que Primoz Roglic l'a en quelques sortes autorisé à savourer son succès à l'issue de la 20e étape du Tour 2020. "C'est Primoz qui a réussi à m'apaiser, a-t-il reconnu. Quelques minutes après son arrivée, j'étais déjà dans l'espace des interviews pour la télé, il est venu me trouver pour me prendre dans ses bras. Ce moment, je ne l'oublierai jamais. C'est comme s'il me disait que ce n'était pas de ma faute."

Ce n'est pas comme un adversaire

Tadej Pogacar avait seulement 13 ans lorsque Primoz Roglic a débuté sa carrière. Petit à petit, une relation s'est tissée entre les deux Slovènes. "Aujourd'hui, on s'entraîne parfois ensemble, à Monaco. Avant, c'était en Slovénie car on n'habitait pas très loin. On se rencontre par hasard, un des deux fait demi-tour et on continue ensemble. C'est un mec sympa. Il n'aime pas se mettre en avant. Je parle souvent avec lui en course. Pour moi, ce n'est pas comme un adversaire", a conclu le coureur UAE Emirates.

"Si je n'avais pas été Gilbert, j'aurais voulu être Nibali… sur 3 semaines"

Tour de France
"Je ne comprends pas comment ce type..." : Jumbo-Visma et les affres de La Planche des Belles Filles
28/12/2020 À 16:00
Tour de France
"Si je n'avais pas été Gilbert, j'aurais voulu être Nibali… sur 3 semaines"
14/12/2020 À 18:04