Une telle plaie peut-elle être pansée ? Voilà trois mois que Primoz Roglic, et par extension Jumbo-Visma, ont tout perdu sur La Planche des Belles Filles. Le sacre du Slovène sur Liège-Bastogne-Liège puis à la Vuelta ont sans doute atténué la peine mais pas complètement refermé la cicatrice. Une centaine de jours après, c'est un documentaire de la chaîne néerlandaise, NOS, qui nous replonge dans cette journée en enfer pour les "jaune et noir". Avec en filigrane, avant toute chose, peut-être même avant la douleur, l'incompréhension. Et avec elle la sensation qu'il faudra du temps, beaucoup de temps, à cette équipe pour accepter.

Beaucoup de choses ont été dites et écrites sur cette journée, sur la fête qu'avait prévue Jumbo-Visma au soir de ce contre-la-montre censé couronner Primoz Roglic, sur ce même Slovène hagard dans la dernière rampe menant à l'arrivée, casque de travers, regard vitreux et bave aux lèvres, sur l'exceptionnelle performance de Tadej Pogacar. "Mes valeurs étaient celles que je développe lors d'un Championnat du monde. C'est pourquoi j'ai été d'autant plus surpris que Tadej Pogacar soit plus rapide d'une minute et vingt secondes par rapport à moi", avait jugé Tom Dumoulin une semaine plus tard. Des mots qui résonnent désormais avec ce qu'il dit dans le documentaire de NOS.

Tour de France
Van Aert : "Je veux plus de liberté sur le Tour l'an prochain"
29/11/2020 À 09:56

Sublime, cruelle et déjà dans la légende : Le résumé de la 20e étape

L'incompréhension de Dumoulin, Roglic fataliste

"Je ne comprends tout simplement pas comment ce type... Je ne vois aucune solution pour savoir comment diable j'aurais dû aller une minute et demie plus vite", enrage Tom Dumoulin dans la voiture le ramenant à l'hôtel au soir de cette fameuse 20e étape. La réalisation donne à voir d'un côté l'incompréhension de Dumoulin, de l'autre la fatalité vécue par Primoz Roglic dans une autre voiture. Comble de l'ironie, le Slovène doit attendre de longues minutes dans sa voiture pour se plier à la traditionnelle conférence de presse attendant la fin de celle de… Tadej Pogacar. La pénombre dans laquelle il se trouve tranche avec la lumière captée par son rival. En un claquement de doigts, il est passé de héros intouchable à zéro moqué.

"Je ne peux pas y croire", répète-t-il assurant qu'il a tout donné, 110% même. Le regard dans le vide, Roglic avale son plat de pâtes mais le cœur n'y est plus. Lui a su rebondir en décrochant un Liège-Bastogne-Liège rendu fou par Julian Alaphilippe et aussi (et surtout serait-on tenté de dire au regard de son échec français), la Vuelta. Mais le Tour d'Espagne ne ressemble en rien au Tour de France. Ce n'était ni la même concurrence, ni le même scénario et évidemment pas le même parcours. Comment Jumbo-Visma se comportera-t-elle l'an prochain sur les routes de la Grande Boucle alors qu'elle sait - et George Bennett, équipier de Roglic le dit dans le documentaire - qu'elle a commis des erreurs tactiques qui ont favorisé ce funeste dénouement ?

Primoz Roglic

Crédit: Getty Images

La Planche, terreau d'une rivalité Roglic-Dumoulin ?

Il faudra beaucoup de discussions, de courage et de résilience à la Jumbo-Visma pour se présenter au départ du prochain Tour de France dans le but d'y jouer la victoire. Faudra-t-il courir exactement de la même manière pour vaincre les démons avec tous les doutes que cela ferait inévitablement naître chez les observateurs mais aussi dans l'équipe ? Primoz Roglic sera-t-il une double victime ? Sur le coup évidemment mais aussi un an plus tard en étant sacrifié sur l'autel de l'oubli d'un passé trop douloureux ?

Tom Dumoulin, qui a avoué dans ce documentaire avoir été gêné à la selle pendant les trois semaines du Tour, ne jouera pas l'équipier de luxe bien longtemps. Ce n'est pas pour ça qu'il a rejoint l'équipe phare de son pays en début de saison dernière. La Planche des Belles Filles lui a offert un argument tout fait : Roglic a eu sa chance, l'équipe a écrasé le Tour mais il n'a pas su conclure. Au minimum cordiale jusqu'ici, les déboires physiques de Dumoulin l'ayant empêché de demander un rôle plus important, la relation entre les deux leaders pourrait bien se dégrader à l'aune des ambitions de 2021. Si tel est le cas, il faudra se souvenir du rôle joué par La Planche des Belles Filles.

Tom Dumoulin et Primoz Roglic : rivalité latente

Crédit: Getty Images

Tour de France
Le Tour et les JO : van der Poel et le casse-tête du calendrier 2021
29/12/2020 À 08:06
Tour de France
Pogacar et la difficulté de battre son idole Roglic : "Avant, je voulais qu'il gagne le Tour"
16/12/2020 À 07:56