On l'avait trouvé un brin fataliste lundi, lors de la journée de repos. Lucide, toujours. Mais cette pointe de résignation pouvait quand même surprendre de la part d'un coureur 4e du classement général et pas à cinq minutes du maillot jaune, mais à une trentaine de secondes. En trois phrases, ça donnait ça :
  • "Je ne vois pas comment reprendre 30 secondes à Primoz Roglic, à part un miracle."
  • "Je pense que j'ai laissé passer ma chance"
  • "Je suis réaliste. Il y a des coureurs qui sont beaucoup plus forts que moi."
Pas exactement le discours d'un conquérant. Mais Bardet connait trop bien la musique du Tour. Il sait ce qu'il vaut, et qui il ne vaut pas. Il sait aussi que son passé est son meilleur ennemi. Au vu de ses résultats passé sur le Tour (deux podiums, cinq fois dans le Top 10), personne ne lui donnera de bon de sortie, surtout compte tenu de l'étroitesse des écarts. Mais à la pédale, il a sans doute raison, lâcher un Roglic, un Pogacar ou un Bernal semble difficilement envisageable. Voilà bien le double "drame" du leader d'AG2R La Mondiale : trop fort pour jouir d'une quelconque liberté, pas assez pour renverser la table.
Tour de France
Le Tour et les JO : van der Poel et le casse-tête du calendrier 2021
29/12/2020 À 08:10

Romain Bardet lors de la neuvième étape du Tour de France 2020.

Crédit: Getty Images

Lavenu : "Oui, je rêve, même à mon âge"

Depuis son discours charentais, Bardet a passé deux journées "tranquilles", plutôt bien menées sur un terrain qui aurait pu s'avérer dangereux. Maintenant, il est temps de penser à la suite. Jeudi, le peloton met le cap vers la Corrèze puis traversera le Massif Central. C'est peut-être là, sur ces terres qu'il connait si bien, que le natif de Brioude a une chance de forcer son destin. "Romain est toujours présent au général et il arrive sur un terrain qui lui convient bien, souffle Vincent Lavenu. Il ne faut rien s'interdire, mais ne pas se mettre la pression."
A l'image de cette dernière phrase, le manager de la formation AG2R souffle le chaud et le froid dans son discours, teintée d'ambition et de prudence. "Pas de pression", répète-t-il donc à l'envi. Mais dans le même temps, il confiait mercredi matin sur Eurosport qu'il avait un rêve : "Je rêve d'un podium à Paris pour Romain. Oui, je rêve, même à mon âge. C'est la force de la passion. Un podium, c'est réalisable. Ce serait super. On est en position de le réaliser. Mais sans pression."

Lavenu : "Mon rêve ? Un podium à Paris"

Julien Jurdie n'est évidemment pas sur une ligne différente. "Honnêtement, assure le directeur sportif, entre nous, on ne parle pas de classement général. Comme vous le savez, Romain a connu tellement d'émotions au niveau de ses places podium, le Top 5, le Top 10... L'objectif, c'est de se faire plaisir et d'aller chercher une étape. Le général, ça reste encore assez abstrait, on verra au fil des jours."

Du jaune avant de partir ?

Mais lui aussi caresse un rêve pour son leader qui voguera bientôt vers d'autres horizons puisqu'il rejoindra la formation Sunweb en fin de saison. Car malgré son gros CV sur la Grande Boucle, Bardet n'a jamais eu les honneurs du maillot jaune, ne serait-ce qu'une journée. "Malgré tout, on parle encore de maillot jaune même si on est à 30 secondes, avoue Jurdie. Romain va partir l'année prochaine, et ça reste quand même un objectif. On n'a jamais eu la chance de le porter avec lui."
Ce serait beau, mais dans cette quête-là, c'est retour à la case départ avec une équation pas loin d'être insoluble : comment aller chercher ce maillot et combler ces 30 secondes de retard quand on n'a ni liberté d'action ni, a priori, les cannes pour se peler tout seul un tel coup de force ? Une chose est sûre : si Bardet exauce le souhait de Julien Jurdie, il aura toutes les chances d'assouvir le rêve de Vincent Lavenu...
Tour de France
"Je ne comprends pas comment ce type..." : Jumbo-Visma et les affres de La Planche des Belles Filles
28/12/2020 À 16:07
Tour de France
Pogacar et la difficulté de battre son idole Roglic : "Avant, je voulais qu'il gagne le Tour"
16/12/2020 À 08:03