Avec 101 points d'avance, Cavendish peut-il encore perdre le maillot vert ?

Christophe Gaudot
Parlons mathématique. D'ici à Paris, deux étapes peuvent arriver au sprint, à Libourne et sur les Champs, pour 100 points à distribuer. Même si Matthews (+101 points) ou Philipsen (+108 points) faisaient le plein sans que Mark Cavendish n'inscrive le moindre point, ce dernier serait toujours en vert. Comme je n'imagine pas le Cav' faire un zéro pointé, le coup pourrait se jouer sur les sprints intermédiaires mais même là, je n'y crois pas. Matthews semble fatigué et Philipsen n'est jamais allé dans les échappées. Colbrelli, alors ? L'Italien est à 128 points et n'a pas fait un seul Top 10 dans les sprints massifs des arrivées.
Tour de France
Houle : "Pour les Québécois, je suis devenu un vrai cycliste quand j’ai fait le Tour de France"
20/09/2021 À 18:04
Regardez le Tour de France en intégralité et sans publicité en vous abonnant à Eurosport
Non pour moi, le seul adversaire de Cavendish ce sont les Pyrénées. Si les Alpes ont été rendues compliquées par la météo, le deuxième grand massif montagneux de ce Tour promet d'être terrible avec pas moins de cinq étapes. Comment va réagir le corps du Britannique ? Nul ne le sait, pas même lui. Je n'oublie pas qu'il était à la limite dans les Alpes. Vu son niveau, je pense qu'il parviendra à rallier Paris mais je ne serais pas surpris outre-mesure s'il devait finir une étape hors-délais.

De Châteauroux 2008 à Carcassonne 2021 : Les 34 victoires de Cavendish en vidéo

Julien Chesnais
A l’inverse de Christophe, je ne suis pas vraiment inquiet pour Cavendish concernant les délais. Certes, les Pyrénées seront dures tous les jours, mais aucune des 5 étapes ne me paraît suffisamment compliquée pour le renvoyer chez lui. Les étapes reines, celles du Portet et de Luz-Ardiden, sont plates dans leur première moitié. Il y a peut-être l’étape d’Andorre, avec son départ en bosse qui pourrait éparpiller le peloton à 180 km de l'arrivée. Et encore. Ce sera derrière l’autoroute jusqu’au col de Beixalis. Je pense donc que le Cav verra Paris, même s’il n’y est plus parvenu depuis six ans.

Le profil de la 15e étape : Quatre cols pour amorcer les Pyrénées

Partant dans ce postulat, il faudrait donc un concours de circonstances pour que Cavendish ne finisse pas en vert pour la 2e fois de sa carrière, dix ans après la première. Mon scénario de sa descente aux enfers se déroulerait de la manière suivante. Un : Matthews ou Colbrelli marquent deux fois 50 points (victoire + sprint intermédiaire), à Quillan et Saint-Gaudens. Deux : l’étape de Libourne revient à une échappée, empêchant ainsi le maillot vert de reprendre le large. Trois : Cavendish chute sur les Champs-Elysées, permettant à l’un de ses deux rivaux, malgré un petit Top 5, de remporter le classement par points. Vous avez dit improbable ?

Quel coureur doit sauver son Tour dans les Pyrénées ?

Julien Chesnais
Sans hésitation, David Gaudu. Le Breton avait fait la course quasi-parfaite avant de perdre au Ventoux ses rêves de podium mais aussi de premier top 10 sur le Tour, qui semblait l’objectif minimal pour le leader de la Groupama-FDJ après sa belle Vuelta 2020 (8e et deux victoires d’étape).

David Gaudu lors de la 8e étape du Tour de France 2021.

Crédit: Getty Images

Seule une victoire d’étape pourra le consoler d’ici Paris. Et ça tombe bien, les Pyrénées qui commencent samedi proposent cinq opportunités d’y parvenir. S’il demeure 15e au général, il accuse 20 minutes de retard sur le top 10 et aura donc les coudées franches pour se lancer dans les échappées qui pourraient bien aller au bout, à Quillan, Andorre et Saint-Gaudens. Et s’il a recouvré l’ensemble de son potentiel physique, il n’est pas interdit de le rêver victorieux à Luz-Ardiden ou au Portet, en suivant les meilleurs à la pédale avant de profiter d’un éventuel marquage dans le final.
Christophe Gaudot
Je sais que ma réponse va surprendre, mais je vais dire Christopher Froome. Attention, je précise immédiatement, je ne crois pas une seule seconde à une victoire d'étape pour le Britannique. Ce serait une résurection peut-être encore plus folle que celle de Mark Cavendish. Non, Chris Froome pourrait à mes yeux sauver sa Grande Boucle en se montrant, tout simplement.

Chris Froome, Tour de France 2021

Crédit: Getty Images

Ce vendredi, entre Nîmes et Carcassonne, on l'a vu tenter de prendre une échappée. Le coup n'est pas parti mais c'est la preuve que le quadruple vainqueur du Tour a envie de tenter sa chance. Ne serait-ce pas de belles images que de le voir passer une journée à l'avant dans une belle étape dans les Pyrénées ? Pourquoi pas dans l'étape du Tourmalet et de Luz-Ardiden, par exemple. Deux ans après le terrible accident qui a fait basculer sa carrière. Souvent lâché très tôt depuis le départ, Froome prouverait qu'il avait bel et bien sa place sur le Tour.

La 14e étape est-elle parfaite pour Alaphilippe ?

Christophe Gaudot
Je le pense. J'aurais d'ailleurs aimé que le champion du monde ne gaspille pas ses forces au Mont Ventoux ou jeudi vers Nîmes. Il n'en a rien été et Alaphilippe donne l'impression de courir sans savoir choisir. Pour moi cette 14e étape est taillée pour lui, plus que les suivantes.
Premièrement, j'estime, et les scénarios l'ont prouvé, qu'Alaphilippe tombe toujours sur meilleur que lui en haute montagne sur ce Tour. Dans les grandes étapes pyrénéennes, il devra faire face à d'autres coureurs avides de sauver leur Tour. Des Gaudu comme évoqué par Julien un peu plus haut, des Miguel Angel Lopez, etc... Cette 14e étape propose des cols pentus mais courts, parfaits pour son profil. Et la montée du Col de Saint-Louis (4,7 km à 7,4%) dont le sommet est placé à 17 kilomètres de l'arrivée est une rampe de lancement idéale. Derrière, ce ne sera que de la descente, ou presque. Si Alaphilippe bascule seul, il aura course gagnée.

Alaphilippe : "Faut que je me refasse un peu la cerise"

Julien Chesnais
Je reste fidèle au pronostic que j’avais tenu dans ces débats voilà quelques jours. Pour moi, Alaphilipe vise principalement l’étape de dimanche, celle d’Andorre, qui va passer à deux pas de son domicile, dans la descente de Beixalis. Si c’est bien le cas, le champion du monde se devra d’en garder sous la pédale, samedi sur la route de Quillan. Certes, ce serait tirer un trait sur une belle opportunité car cette 14e étape, je rejoins Christophe, colle parfaitement à son profil. Mais a-t-il encore suffisamment d’essence dans le moteur pour se livrer à un numéro victorieux après trois journées à se dépenser sans compter ?
Après deux longues échappées, au Ventoux et sur la route de Nîmes, l’ancien maillot jaune a encore beaucoup roulé ce vendredi en tête de peloton pour favoriser les desseins de Mark Cavendish. Pas vraiment l’attitude d’un coureur qui songerait à tout casser le lendemain. Même si, on le sait, Alaf’ vit au jour le jour et n’est pas du genre à calculer.
Tour de France
"Putain de spectateur", l'obsession Pogacar, la locomotive Van Aert : voici Plan B, le doc de Jumbo
23/08/2021 À 16:22
Tour de France
"Ma pire journée sur un vélo" : Coquard raconte son calvaire sur la route de Tignes
16/08/2021 À 18:37