David Gaudu avait opté pour la sincérité. Mardi, à la veille de l'étape dite "des pavés", comme mercredi au départ de celle-ci, le leader de la Groupama-FDJ n'a pas banni de son vocabulaire le mot "peur" ni le mot "stress". La 5e étape du Tour de France, dessinée sur 157 kilomètres entre Lille et Arenberg lui inspirait de la crainte. Mais elle lui a plutôt souri.
"Je me suis bien senti dès les premiers coups de pédale", a-t-il déclaré à notre micro, après avoir terminé dans le premier peloton. Gaudu a seulement concédé 13 secondes à Tadej Pogacar, alors que les déboires de Ben O'Connor ou autre Primoz Roglic se sont traduits en minutes. "J’avais vraiment la bonne patte dans les secteurs pavés", raconte le grimpeur de poche de 25 ans.
Tour de France
De Copenhague à Paris : étape par étape, le roman du Tour 2022
25/07/2022 À 11:30

"Je me suis bien senti dès les premiers secteurs" : Gaudu soulagé après les pavés

"Grand Stefan Küng" et " bonne étoile"

Mais sans une équipe solide autour de lui, Gaudu n'aurait sans doute pas signé pareille performance. D'où sa reconnaissance envers ses coéquipiers. L'un d'entre eux, surtout : "Sans eux, je n'en serais pas là, un grand merci à eux (…) J’ai eu la chance d'avoir un grand Stefan Küng, qui me faisait un peu la trace sur les pavés, je restais au maximum dans sa roue."
"On avait peut-être, aussi, une bonne étoile au-dessus de notre tête, se réjouit-il, comme rapporté par sa formation. J'avais envie de savoir ce que je valais sur les pavés parce que je n'en avais jamais fait de ma vie (il avait fait gruppetto à Roubaix en 2018, NDLR). Je me suis étonné, j'avais vraiment un bon coup de pédale sur les pavés."

"Ma chute m'a fait perdre un peu de confiance" : Van Aert s'en est relevé

Le soutien et la confiance de Pinot

"Quand tu vois Thibaut Pinot remonter sur les pavés et te donner un coup de main, tu te dis 'ah ouais, quand même !'", salue-t-il, au sujet de son compère, lui aussi dans le coup ce mercredi. Pinot louait avant le départ de ce 109e Tour de France la capacité de Gaudu à bien naviguer dans un peloton, à être à la hauteur du rôle de leader dans la plaine. Il a donc passé le test "pavés".
"Ce n’est pas une surprise, on savait qu’il pouvait le faire", assure Marc Madiot, manager général de l’équipe Groupama-FDJ. Interrogé par Cyclism'Actu, il dresse un "bilan satisfaisant" : "On ne perd pas de temps, on est tous à l’arrivée, on a juste eu Olivier Le Gac qui a été victime d’une chute et Kevin Geniets qui a eu un petit problème mécanique. Globalement, on a fait une bonne journée."

Pogacar : "Le but c'était de survivre, pas de gagner du temps"

Pas loin de faire mieux…

Si Thibaut Pinot (42e du classement général, à 2'25") n'a pas toujours été dans les bonnes cassures, David Gaudu (20e à 1'15") n'a jamais quitté les premières positions, ou presque. Il a même entrevu l'opportunité de réaliser un coup de maître, quand la Jumbo-Visma ne comptait plus Primoz Roglic ni Jonas Vingegaard à l'avant.
"Le seul truc qui est dommage, c'est que cela rentre, mais c'est comme ça, c'est le vélo", souffle-t-il, concernant le retour de Vingegaard dans le premier groupe, impulsé par un Wout van Aert retrouvé après une étape un temps cauchemardesque pour lui. David Gaudu est ainsi passé de la crainte de tout perdre, à cette pointe de déception qui fait écho à l’ambitieux objectif fixé par sa direction : le podium.
Le résumé d’une journée rassurante et le témoin d’une ambition confortée. Et maintenant ? "Il va falloir réussir à récupérer, sans décompresser", avertit le 11e du dernier Tour de France. Jeudi, le punch sera de rigueur en direction de Longwy, puis la montagne va arriver, avec la Super Planche des Belles Filles, et il la regarde avec appétit : "Les prochaines étapes devraient beaucoup plus nous convenir."

La palette des RP : Un final qui promet beaucoup, "ça va puncher" sur la 6e étape

Tour de France
Le débat des RP : Tour réussi pour Groupama-FDJ ?
21/07/2022 À 17:42
Tour de France
Gaudu : "On n'est pas à l'abri que Pogacar dégoupille à 80 km de l'arrivée"
21/07/2022 À 12:59