Mathieu Van der Poel (Alpecin-Fenix)

C’est l’un des grands discrets de ce Grand Départ. S’il a fait le chrono à fond, cela n’a pas suffi à lui offrir le maillot jaune. Le Néerlandais n’en est toutefois pas bien loin (5e à 20’’ de Van Aert) et cela pourrait bien devenir un objectif, tant le profil des étapes lui correspond tous les jours, à l’exception de la Super Planche des Belles Filles et, sans doute, de Châtel.
Tour de France
De Copenhague à Paris : étape par étape, le roman du Tour 2022
25/07/2022 À 11:30
On ne devrait pas le voir tous les jours à l’attaque mais, avec lui, la norme est une notion vague et souvent réécrite. Sur les pavés du Nord, mercredi, Van der Poel sera même le grand favori si Van Aert est rappelé à ses devoirs collectifs. Son principal rival pourrait bien alors être le nouveau champion de France Florian Sénéchal, qui tient à briller sur ces pavés qu’il aime.

Mathieu Van der Poel (Alpecin-Deceuninck) lors du chrono inaugural du Tour de France 2022

Crédit: Getty Images

Thibaut Pinot (Groupama-FDJ)

Vendredi, il sera l’homme le plus motivé du peloton. L’étape des pavés n’est pas encore passée mais le Franc-Comtois est exactement là où il voulait être avant le départ : sur le territoire français sans avoir chuté. Officiellement, Pinot est là pour soutenir Gaudu mais le voir perdre beaucoup de temps sur la 5e étape pour en profiter pleinement vendredi pour jouer la victoire, à domicile, à la Super Planche des Belles Fillies, a quelque chose d’irrésistible et d’évident. Presque trop. Toute la France en rêve. Lui aussi. Reste à ne pas tomber d’ici là.

Pinot et le Tour, dix ans de montagnes russes

Marc Hirschi (UAE Team Emirates)

Certes, sa formation vise le sacre final à Paris avec Pogacar. Mais, à la vue du parcours du week-end suisse, peu inspirant pour les leaders, UAE Team Emirates pourrait laisser l’Helvète essayer de gagner à domicile, ce qui n’est pas si fréquent pour un Suisse sur le Tour. Que ce soit à Lausanne, en puncheur, ou à Châtel, étape de moyenne montagne comme il en raffole, Hirschi peut s’imposer les deux jours. Les jambes, elles, sont en tout cas bien là (12e du Tour de Suisse avant de quitter la course à cause du Covid) et son retard au général très conséquent (plus de 5 minutes). Largement suffisant pour avoir de la liberté de la part des autres formations. De la sienne ? C’est moins certain.

Marc Hirschi (UAE Team Emirates)

Crédit: Getty Images

Andreas Kron (Lotto-Soudal)

A l’image de Marc Hirschi, le Danois aura aimé briller à domicile mais il a travaillé pour son sprinteur Caleb Ewan, sans succès. Les opportunités pour les sprinteurs seront bien moins nombreuses cette semaine et les chances pour les échappées bien plus fortes. Un scénario qui conviendrait parfaitement au Danois, qui rêve, comme il le confiait à VéloFuté dans leur son magazine de juillet, de "remporter Liège-Bastogne-Liège et une étape du Tour de France". Une ambition qui confirme le profil de puncheur du coureur de la Lotto-Soudal, qui pourrait surprendre à Longwy mais que l’on devrait surtout retrouver à l’avant vers Lausanne et Châtel. Voire même dès Calais.

Andreas Kron (Lotto-Soudal) en tête de peloton, lors de la 2e étape du Tour de France 2022

Crédit: Getty Images

Matis Louvel (Arkéa-Samsic)

C’est l’un des coureurs que l’on est à peu près certain de voir à un moment donné. Même s’il est peu probable qu’il bénéficie de la liberté pour jouer l’étape des pavés, on devrait au moins le voir aux avant-postes du peloton, pour protéger son leader Nairo Quintana. Spécialiste des pavés (top 20 du Ronde et de Roubaix), le jeune Français possède un profil très complet, avec une bonne pointe de vitesse, comme on a pu le remarquer au Dauphiné. Si l’étape des pavés venait à se dérouler comme 2018, il ne serait pas surprenant de le voir lutter pour la victoire. L’étape de Lausanne, trop dure pour un pur sprinteur, peut aussi lui convenir. A condition d’avoir un peu de liberté.

Louvel : "L’objectif World Tour tire tout le monde vers le haut"

Louis Meintjes (Intermarché-Wanty-Gobert Matériaux)

En grande forme sur le Dauphiné (6e du général), le Sud-Africain a malheureusement été piégé dimanche par la grosse chute qui a coupé en deux le peloton, concédant 39’’. Désormais repoussé à 1’21’’ au général, avant même les pavés où il pourrait perdre gros, Meintjes fait office de très bon candidat à l’échappée dimanche prochain, vers Châtel. Son retard devrait, sauf surprise, être suffisant pour que les favoris le laissent filer mais assez faible pour, pourquoi pas, rêver du maillot jaune. Si Pogacar par exemple le détient après la Super Planche des Belles Filles, il aura tout intérêt à le laisser à un grimpeur peu dangereux pour la victoire finale. Et le Sud-Africain pourrait en profiter.

Une chute et le peloton s'est coupé en deux

Quinn Simmons (Trek-Segafredo)

L’Américain est peut-être le plus jeune coureur de cette 109e édition mais il n’en est sûrement pas le moins talentueux. Spécialiste des échappées et des maillots de la montagne cette saison (il a glané ceux de Tirreno-Adriatico et du Tour de Suisse), celui qui a à peine fêté ses 21 ans participe déjà à son deuxième Grand Tour (Vuelta 2021). Dans une équipe sans leader, sans gros sprinteur non plus, les occasions de se glisser dans les échappées devraient être nombreuses et le maillot à pois pourrait vite devenir à nouveau un objectif pour l’Américain. Même si celui de la Trek-Segafredo reste une victoire d’étape.

Quinn Simmons (Trek-Segafredo) sur Tirreno-Adriatico 2022

Crédit: Getty Images

Andrea Bagioli (Quick Step-Alpha Vinyl)

Les étapes de Longwy et de Lausanne semblaient taillées pour le double champion du monde Julian Alaphilippe. Il n’est pas sur le Tour de France ? Qu’à cela ne tienne, la Quick Step-Alpha Vinyl a toujours une carte de rechange et, niveau punch, celle-ci se nomme Andrea Bagioli. Le jeune Italien n’a ni le palmarès, ni l’explosivité de son coéquipier tricolore mais il n’en reste pas moins un sacré puncheur, capable de (presque) rivaliser avec Roglic sur des arrivées en bosse de la Vuelta, à Suances en 2020 et à la Cullera en 2021. De quoi en faire un candidat à la victoire à Longwy, surtout si les favoris du général en gardent sous la pédale, à la veille de la Super Planche des Belles Filles.

L’ogre Roglic a failli le dévorer, l'époustouflant Cort Nielsen a tenu bon : l’arrivée en vidéo

Tour de France
Le débat des RP : Tour réussi pour Groupama-FDJ ?
21/07/2022 À 17:42
Tour de France
Pinot, moral à zéro : "Je suis mauvais"
20/07/2022 À 17:43