Getty Images

Sur les Monuments, la France remonte le temps

Sur les Monuments, la France remonte le temps

Le 13/10/2018 à 22:19Mis à jour Le 14/10/2018 à 11:07

En remportant le Tour de Lombardie, Thibaut Pinot a offert au clan français son troisième podium de l'année sur les Monuments. Du jamais vu depuis vingt ans. Un joli bilan qui s'embellit de la deuxième place de Romain Bardet aux Mondiaux et des victoires de Julian Alaphilippe sur la Flèche Wallonne et la Clasica San Sebastian. Les Bleus gagnent à nouveau sur les courses d'un jour.

Douze mois plus tard, nous n'allons évidemment pas changer notre fusil d'épaule au regard de la saison 2018, particulièrement fructueuse sur les courses d'un jour. On a coutume de dire que les cinq Monuments sourient assez peu souvent aux Français. Mais c'est en train de changer, à une vitesse assez folle.

Entre le Tour de Lombardie victorieux de Laurent Jalabert (1997) et le sacre d'Arnaud Démare sur Milan-San Remo en 2016, il avait fallu attendre 19 ans. Une éternité. Cette fois, il ne s'est écoulé que 19 mois entre le sacre du Picard et le triomphe de Thibaut Pinot ce samedi. Les Français ont changé d'envergure comme d'échelle temporelle.

2018, le meilleur cru depuis vingt ans

Entre 2000 et 2010, il n'y pas eu un seul podium tricolore sur un Monument. Depuis 2011, on en compte déjà dix. Dont trois cette année. En mars, Arnaud Démare a ouvert le bal en se classant troisième de Milan-San-Remo. Et après un trou d'air sur le Tour des Flandres (15e place de Démare) et Paris-Roubaix (Marc Sarreau 26e), Romain Bardet a doublé la mise sur Liège-Bastogne-Liège (2e). Pinot a conclu l'année en beauté en devenant le douzième Français vainqueur d'un Tour de Lombardie, une épreuve où seule l'Italie compte plus de victoires (69 !) que le clan tricolore, à égalité avec les Belges.

Il fallait remonter à 1998 pour trouver trace d'une saison avec trois podiums français sur les Monuments. Il y a 20 ans, Emmanuel Magnien et Frédéric Moncassin s'étaient classés deuxième et troisième sur Milan-San Remo, tandis que Laurent Jalabert avait pris la deuxième place de Liège-Bastogne-Liège. Plus que de triplé en 2018, on pourrait parler de quadruplé si l'on ajoute le championnat du monde, qui est, après tout, le sixième Monument de la saison cycliste.

Après les classiques, à quand les grands tours ?

En devenant vice-champion du monde à Innsbruck, Romain Bardet est devenu le deuxième Français sur le podium d'un Mondial depuis le début du siècle. Treize ans après la troisième place sans lendemain d'Anthony Geslin.

Ce bilan d'ensemble est évidemment embelli par Julian Alaphilippe, premier vainqueur d'une Ardennaise depuis Jalabert, sur la Flèche Wallonne au printemps dernier. Cinq ans après Tony Gallopin, l'Auvergnat s'est également offert la Clasica San Sebastian, dont le champion de France Anthony Roux a pris la troisième place. Il y a du bleu de partout. Et de plus en plus. Ne reste plus désormais qu'à convertir cette embellie sur les grands tours. Laurent Jalabert attend là aussi son successeur. Et ça fait 23 ans que ça dure (Vuelta 1995).

Les podiums des Français sur les cinq Monuments (+ les Mondiaux) depuis le début du siècle

Milan-San Remo Tour des Flandres Paris-Roubaix Liège-Bastogne-Liège Tour de Lombardie Mondiaux Total de podiums
Période 2000-2010 / / / / / 3e (Anthony Geslin, 2005) 1
2011 / 2e (Sylvain Chavanel) / / / 1
2012 / / 2e (Sébastien Turgot) / / 1
2013 / / / / / 0
2014 / / / / / 0
2015 / / / 2e (Julian Alaphilippe) 3e (Thibaut Pinot) / 2
2016 1er (Arnaud Démare) / / / / / 1
2017 3e (Julian Alaphilippe) / / / 2e (Julian Alaphilippe) / 2
2018 3e (Arnaud Démare) / / 3e (Romain Bardet) 1er (Thibaut Pinot) 2e (Romain Bardet) 4
0
0