C'était si loin le Tourmalet... Le 7 juillet 2019, Thibaut Pinot décrochait la 31e victoire de sa carrière au sommet du mythique col alpestre. La France se mettait à rêver à un succès sur le Tour de France. Il y a eu la cuisse quelques jours plus tard, le dos l'année suivante, des mois et des mois de galère jusqu'à ce vendredi 22 avril 2022. Déçu au point d'en pleurer jeudi, Pinot est reparti à l'attaque et s'est offert David de la Cruz au sprint pour remporter la cinquième et dernière étape du Tour des Alpes. Sa renaissance.
La journée fut superbe jusqu'au bout pour le clan français puisque lui aussi auteur d'un superbe numéro, Romain Bardet a décroché le classement général aux dépens d'un Pello Bilabo qui n'a pas résisté à ses attaques dans le dernier mur. Le leader du Team DSM confirme son excellente forme et remporte sa première course à étapes depuis neuf ans. D'excellent augure avant le Giro (6-29 mai).
Tour des Alpes
Pinot : "J’avais la rage, le couteau entre les dents"
22/04/2022 À 16:00

Pluie, souci mécanique, mur décisif : la grande journée de Pinot et Bardet

Il était écrit que cette dernière étape, disputée autour de Lienz, se jouerait à deux niveaux. Puisque l'échappée, dans laquelle on retrouvait les deux ultimes protagnistes Thibaut Pinot (Groupama-FDJ) et David de la Cruz mais aussi Lennard Kämna ou Andrey Amador, a rapidement pris plus de dix minutes d'avance, il était évident que le vainqueur du jour se trouvait à l'avant. Il a aussi rapidement été clair qu'il se nommerait Pinot ou de la Cruz. Battu par un Astana, Miguel Angel Lopez la veille, Pinot a-t-il pensé au pire ?
Lui peut-être pas mais nous quand il a connu ce problème de dérailleur au pied de la dernière ascension du jour. Revenu à hauteur de l'Espagnol, Pinot l'a lâché avec la rage de celui qui a trop souffert. L'écart n'était cependant pas suffisant pour le mettre à l'abri et son adversaire est revenu dans la descente. Revenu oui mais sans force et de sprint il n'y a pas vraiment eu. Pinot a même eu le loisir de savourer une victoire qui lui, et qui nous, manquait tant.

Pinot : "Un gros soulagement de regagner ici, c'est très fort pour moi"

Le général pour un grand Bardet

Deux niveaux disions-nous donc. Si Pinot était survolté à l'avant, Romain Bardet ne l'était pas moins derrière. Celui qui a peu couru en 2022 et qui abordait ce Tour des Alpes avec une ambition débordante n'a pas attendu bien longtemps dans l'ultime mur pour accélérer et mettre en difficulté Pello Bilbao, le leader du général pour deux petites secondes devant le Français. Trop fort pour l'Espagnol, Bardet a insisté pour lui mettre définitivement la tête sous l'eau.
Flanqué de son coéquipier Thymen Arensman et Michaël Strorer, qui évoluait chez DSM jusque fin 2021 avant de rejoindre la Gorupama-FDJ, Bardet a fait le forcing dans les derniers hectomètres de montée avant de se régaler dans la descente. Le coup était joué et il a pu lui aussi franchir la ligne avec le bonheur en bandoulière. Neuf ans qu'il n'avait pas remporté de classement général, c'était au Tour de l'Ain en 2013.
Ce succès vient valider une préparation axée sur les stages en altitude. "J'espère être à Liège-Batogne-Liège, nous disait-il y a peu. Si vous m'y voyez, ce sera bon signe...". Nul besoin d'attendre dimanche pour comprendre que Bardet est en grande forme avant le Tour d'Italie.
Tour des Alpes
Madiot : "Le grand Pinot ? Attendons encore un peu"
23/04/2022 À 10:33
Tour des Alpes
Bardet, la victoire et le plein de confiance
22/04/2022 À 17:42